Vous êtes ici :

Référence bibliographique

  • Google+
  • Imprimer

Référence bibliographique

I. La référence bibliographique fournit les éléments d'identification d'un document en tant qu'unité documentaire. Elle permet à celui-ci d'être identifié, repéré et retrouvé. Seul le document est référençable, la référence ne s'appliquant qu'aux documents publiés.

Sa formulation obéit à une norme internationale de présentation (norme ISO 690 de 1985), déclinée selon les types de documents. La norme ISO 690-2 régit  les documents numériques.

Les éléments d'identification portent sur :

  • la source : l'auteur, l'éditeur, l'hébergeur
  • la datation : date d'édition, de réédition, et, pour les documents en ligne, date de création, de mise à jour, de consultation [Voir Validité temporelle]
  • l'unité documentaire : titre du document (dans le cas du référencement d'une monographie ou d'un site dans son ensemble), titre de l'extrait (article, chapitre ou page web), titre du document hôte  (périodique, encyclopédie ou site web hôte de l'extrait faisant l'objet du référencement). Dans le cas des documents en ligne l'unité documentaire est identifiable aussi par son adresse URL, dans la mesure où chaque page a une adresse spécifique mentionnant le chemin d'accès aux données (répertoires, sous répertoires, fichier)
  • le numéro normalisé (ISBN ou ISSN).
  • la collation : volume, pages.

La cote est un élément de localisation du document dans le centre de documentation, mais il n'est pas pris en compte dans la norme de présentation. Si la référence renvoie strictement au document, la cote, quant à elle, renvoie au système documentaire. Pour les documents en ligne, la localisation se fait par la mention de l'adresse URL. Celle-ci permet de se repérer dans l'ensemble du Web, par le nom du domaine, ainsi que dans l'architecture d'un site.

II. Didact. Les fonctions du référencement

Au-delà du comment référencer, il importe de se poser la question de son utilité, autrement dit pourquoi et pour référencer quoi ? Trois raisons, d'ordre fonctionnel,  peuvent alors être présentées aux élèves :

1- Retrouver

A un premier niveau, la référence a pour fonction de retrouver un document utilisé lors d'un travail de recherche et de traitement de l'information.

Dans le cas des documents en ligne, le référencement peut aussi aider l'internaute à se repérer dans l'architecture du Web, et donc à s'y retrouver lui-même en identifiant les différents éléments qui le constituent. La règle veut que ne soit référencée que l'unité documentaire porteuse d'informations pertinentes [Voir Pertinence]. Par contre, le fournisseur d'accès Internet (FAI), l'outil de recherche ou le portail utilisés ne sont pas à référencer.

Discerner ce qui est référençable de ce qui ne l'est pas, repérer les éléments constitutifs de la référence, autant de savoirs qui vont permettre à l'élève de comprendre ce qu'est un document. L'occasion sera saisie ici pour poser les fondements de ce concept.

2- Autoriser

A un deuxième niveau, le fait de citer la ressource consultée a pour fonction d'en autoriser l'utilisation. Le référencement permet ainsi de respecter la loi sur la propriété intellectuelle qui protège toute ouvre de l'esprit. Aussi toute citation, toute illustration (sous forme d'image, de schéma ou de tableau) sera référencée pour pouvoir être intégrée et exploitée dans une production documentaire quelle qu'elle soit.

Mais si la loi ne fait obligation que pour la citation directe, i.e. la donnée informationnelle dans sa forme d'origine, le référencement concerne aussi l'utilisation plus diffuse de données et d'idées empruntées à un document. La référence englobe alors l'idée de «se référer à», de «se reporter à» et d'être ainsi «porté par» l'ouvre d'un auteur. Dans cette acception, «autoriser» c'est se référer à un «auteur» qui, lui, est détenteur d'une certaine autorité conférée par sa notoriété au sein d'une communauté d'experts.

A ce titre, le référencement documentaire, au-delà de l'obligation faite au titre de la loi et l'exigence de sa présentation (norme internationale), manifeste et matérialise le rapport étroit qui nous lie, sur le plan éthique et intellectuel aux savoirs tels qu'ils nous sont légués par la médiation du document.

3- Prouver

La troisième fonction du référencement se situe dans le rapport à la vérification des données exploitées. Référencer revient alors à renvoyer la responsabilité d'un propos, d'une donnée vers son auteur et vers son éditeur. Il est important de faire comprendre à l'élève que par la mention de la référence il se déresponsabilise au plan de l'exactitude des informations relatées et s'en remet à la caution des auteurs cités. Sa responsabilité ne portera plus que sur le choix, plus ou moins judicieux, de ces derniers.

En ce sens le concept de référence bibliographique se rattache à celui de source et est constitutif de ceux de validation et de véridicité.

Dans le cas d'un travail de restitution ou de production d'information, référencer revient alors à apporter les preuves du fondement intellectuel des propos tenus ou relatés.

Retrouver, autoriser, prouver, trois fonctions qui placent l'élève en position de chercheur et qui l'amènent progressivement à adopter une démarche scientifique d'acquisition et d'élaboration des savoirs. A ce titre, le référencement peut être considéré comme un acte fondateur de la construction, non seulement de la pensée critique, mais aussi de la pensée personnelle. Toute pensée nouvelle ne se construit-elle pas en confrontant, en critiquant et en prenant appui sur des connaissances et des réflexions préexistantes ? Le référencement bibliographique, en ce sens, permet à l'élève d'en prendre conscience.

Termes corrélés

Document - Norme - Droit d'auteur - Responsabilité éditoriale - Source - Validation des sources - Véridicité de la source - Citation

Recherche avancée