Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les douze mots du son

Réverbération

Regarder le film animé

écouter la chronique

Écoutez cette chronique de Yvan Amar

S'entraîner

Lire le script
Réverbération : voilà encore un mot qui appartient au vocabulaire de l’acoustique, et qui désigne le prolongement relativement bref du son qui continue à se faire entendre quelques instants alors même que sa source s’est tue. Miracle apparent, comment est-ce possible ? Est-ce dû à une émission particulièrement intense du son qui pourrait faire que le son se soutienne pendant un court moment ? Pas du tout : la réverbération dépend du milieu dans lequel le son a été émis. Et dans des lieux plus ou moins cloisonnés, les parois vont renvoyer les vibrations, les ramener vers leur point départ ou les faire tournoyer. Même un espace apparemment ouvert présente toute une géographie qui affecte ce qu’on y entend, jusqu’à la qualité de l’atmosphère ambiante qui a son importance, et joue sur la réalité acoustique. La matière des parois et la disposition de l’environnement donc ont une influence déterminante sur ce qu’on entend et déterminent les réflexions multiples qui soutiennent le son. Les acousticiens, les architectes de salles de concert en tiennent compte pour concevoir des sortes de coques où l’on peut entendre au mieux tel ou tel type de musique, parce que toutes les salles ne conviennent pas à toutes les musiques. Un lieu magnifique pour le piano peut être beaucoup moins bon pour l’orchestre ; un autre splendide pour un concert de rock peut être incapable d’accueillir un opéra. Et puis bien sûr de très nombreuses musiques subissent un traitement électroacoustique. Pour enregistrer, ou simplement pour sonoriser une salle, on duplique les vibrations pour créer ainsi une persistance sonore. De temps en temps, on dit familièrement « on va mettre de la réverb’ ». Et ces manipulations technologiques se font à l’imitation de phénomènes acoustiques naturels. Alors attention ! La réverbération n’est pas exactement l’écho ! Un son réverbéré donne l’impression de durer, alors qu’un écho donne l’impression d’une répétition, d’une manière de bis sonore et un peu fantomatique qui reproduit à partir d’un lieu différent ce qui est né une première fois.

Matériel pédagogique produit par le SCÉRÉN [CNDP-CRDP] dans le cadre de la Semaine du son 2012.

Découvrir dans la même série