Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les douze mots de l'histoire

Combattant

Regarder le film animé

écouter la chronique

Voix-off de l'animation, par Yvan Amar

S'entraîner

Lire le script

Le mot combattant a, en français, un sens incroyablement actif et positif. Actif, cela se comprend facilement : le combattant est celui qui est engagé dans la lutte, celui qui combat concrètement.
La formation du mot n’est pas pour rien dans ce caractère dynamique parce que combattant est formé à partir du verbe combattre et c’est le participe présent du verbe qui va constituer ce nom. Sans rien changer à son apparence, la forme verbale prend son autonomie, mais le substantif se souvient de son ancienne vie et y puise une énergie toute particulière.
Par ailleurs, le participe adjectif combattant est toujours en usage. On se rappelle par exemple que le 13 juillet 1942, c’est la veille de la fête nationale, de Gaulle regroupe l’organisation de la France libre (qu’il a fondée à Londres en 1940) et les mouvements de la Résistance intérieure : c’est l’époque de la France combattante, un nom qui claque comme un drapeau !
Le combattant donc, c’est celui qui combat concrètement. Il se différencie du militaire, qui appartient à une armée, mais qui peut très bien ne pas combattre : soit il n’y a pas la guerre et le militaire ne peut pas être au combat, soit il n’est pas sur le théâtre des opérations ; soit il dépend d’une unité non combattante (service sanitaire, intendance, etc.).
Et puis on a soldat, un mot encore plus vague, moins administratif, qui évoque souvent les « sans grade ».
Quant à guerrier, même si le terme est encore tout à fait en usage, il évoque plus des conflits d’un autre temps.
Alors revenons à notre combattant qui n’a pas toujours besoin d’une armée pour combattre. Sa position est plus individuelle que celle du soldat ou du militaire : de façon générale, il a décidé de se battre et il sait pourquoi. Donc il s’engage pour défendre une cause qu’il pense juste, et cette motivation lui est souvent associée : combattant de la liberté, combattant contre le racisme, ou même, paradoxalement, combattant pour la paix.

Matériel pédagogique produit par le SCÉRÉN [CNDP-CRDP].

Découvrir dans la même série