Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'Outre-Mer

Marée

Regarder le film animé

écouter la chronique

Par Frédérick Gersal.

Lire le script
Le mot marée, qui est un dérivé du mot mer : M.E.R, désigne un mouvement permanent qui berce les côtes. La marée monte et descend alternativement. Du rivage on observe la marée montante puis, la marée descendante. Surtout ne cherchez pas au fond de la mer ou de l’océan une bonde, comme il en existe dans le bac à douche ou au fond du lavabo. Un système qui serait actionné discrètement par un géant ou un grand magicien. Non, non, il n’y a rien de tout cela ! Ce mouvement est notamment le résultat du positionnement de la Lune. C’est cet astre qui semble vouloir aspirer l’eau avant de la redéposer sur les plages et dans les ports ! Une fois encore les êtres humains ne peuvent rien faire quand le soleil, la terre et la lune décident de se croiser, de se rapprocher ou de s’éloigner. Ces marées si utiles, si agréables par temps calme, peuvent se transformer en véritables monstres marins, j’en veux pour preuve le « raz-de-marée ». Dans ce mot composé, on entend bien le mot Raz : R.A.Z ; c’est un mot breton qui désigne un courant maritime en général assez violent. Dans le département du Finistère, en Bretagne, se trouve un lieu géographique baptisé la « Pointe du Raz », située à la pointe occidentale de l’hexagone, cette Pointe du Raz est au bout du nez de la métropole. C’est un endroit où les vents et la mer se déchaînent, où les tempêtes sont extrêmes ! Quand un « raz-de-marée » se déclenche à la suite d’un séisme ou d’une éruption volcanique, c’est une vague gigantesque qui déferle sur les côtes et à l’intérieur des terres. Les Japonais appèlent cela un Tsunami. Ce mot que l’on écrit : T.S.U.N.A.M.I est entré dans nos dictionnaires et malheureusement aussi dans l’histoire du monde. Les hommes peuvent également provoquer des catastrophes, comme ces « marées noires » qui promènent accidentellement des tonnes de pétrole dans la mer, détruisant la faune et la flore. Gardons le souvenir de ces marées basses, entraînant avec elles un peu de notre terre, et de ces marées hautes rapportant dans les rouleaux de leurs vagues des regards, des pensées et des sourires, venus d’ailleurs !

Matériel pédagogique produit par le SCÉRÉN-CNDP dans le cadre de « 2011, année des Outre-mer »

Découvrir dans la même collection