Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'Outre-Mer

Dodo

Regarder le film animé

écouter la chronique

Par Frédérick Gersal.

Lire le script
Le dodo est d’abord un mot qui s’écrit comme il se prononce : D.O.D.O. Ce mot a un double sens, il peut être pris comme une onomatopée : le dodo désignant le sommeil. C’est un mot enfantin que l’on utilise pour accompagner les enfants au lit en leur disant qu’il est l’heure de « faire un gros… dodo » et pour la sieste, c’est un « petit dodo ». Une fois dans leur lit, dans leur dodo, il n’est pas interdit de chanter une comptine comme celle-ci par exemple : « Fais dodo, Colin mon p’tit frère, fais dodo, t’auras du lolo ! » Ou bien encore celle-là : « Dodo, l’enfant do, l’enfant dormira bientôt ! » Et puis l’enfant va grandir, devenir adulte et sa journée se résumera peut-être en trois mots : « métro, boulot, dodo ! » Mais figurez-vous que ce mot, dodo, est également un nom commun désignant un oiseau, hélas aujourd’hui complètement disparu de la surface du globe. Cet oiseau qui ne volait pas, vivait sur l’île Maurice, dans l’océan Indien, tout près de l’île de La Réunion. À l’origine, il était appelé le dronte : D.R.O.N.T.E, un mot de la langue indienne repris par les Hollandais. Puis de nombreux navigateurs européens se sont arrêtés sur cette île, Anglais, Français, Portugais, qui l’appelaient tous le « dodo », un nom issu d’un mot portugais voulant dire « fou ». Tout simplement parce que ces marins trouvaient que cet oiseau se laissait attraper très facilement, trop facilement, et cela lui a coûté son existence. Ces commerçants, ces explorateurs, ces corsaires venaient se ravitailler sur cette île et le dodo rapidement capturé devenait une viande aisément transportable à bord des navires pour les longues traversées. À force d’être pourchassé et tué par l’homme, terrible prédateur, ce pauvre dodo a fini par disparaître corps et plumes. En moins d’un siècle, cet oiseau, aux larges pattes et au gros bec, a été rayé de la carte. Il nous reste du dodo un tableau de Roelandt Savery, quelques lignes de Lewis Carroll dans Alice au pays des merveilles et quelques souvenirs. Depuis le XVIIIe siècle, le dodo s’est endormi pour toujours, le dodo fait dodo, il peuple désormais nos rêves !

Matériel pédagogique produit par le SCÉRÉN-CNDP dans le cadre de « 2011, année des Outre-mer »

Découvrir dans la même collection