Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'Outre-Mer

Caraïbes

Regarder le film animé

écouter la chronique

Par Frédérick Gersal.

Lire le script
« Caraïbes », voilà un mot qui fait rêver les Françaises et les Français nés sur le territoire de la métropole, car pour eux, il est synonyme de lieu lointain, de mer bleue, de soleil… Bref, de ce qu’ils ne voient pas quotidiennement. Mais au fait, est-ce bien la définition du mot « Caraïbe » ? Que désigne-t-il exactement et d’où vient-il ? Eh bien, les « Caraïbes », que l’on appelait alors les « Caribs », étaient des peuples qui habitaient à la fois sur le continent américain et sur les îles des Petites Antilles. Au XVIIe siècle, l’arrivée des marins, des explorateurs, des conquérants européens entraîne un affrontement meurtrier. Mais ces peuples ont tellement marqué les esprits que leur nom va être donné à toute une région qui englobe très largement les Antilles et les terres continentales qui leur font face, de la Floride aux États-Unis, au Nord, jusqu’à la Guyane en Amérique du Sud, sans oublier l’Amérique centrale. Cet ensemble géographique est tantôt appelé « la Caraïbe » au singulier, ou bien on emploie le pluriel pour évoquer « les Caraïbes », et certains parlent même du « bassin caraïbe » pour bien montrer que ce nom est utilisé pour désigner un lieu géographique parfaitement délimité. Ces Caraïbes, où sont venus naviguer pendant des siècles les fameux corsaires, qu’il ne faut pas confondre avec les pirates, ces brigands qui couraient les mers pour attaquer les navires. Les corsaires, eux, recevaient de véritables ordres de mission, des « lettres de marque » appelées également « lettres de marche », car à l’origine, il s’agissait d’une autorisation donnée pour franchir la marche, c’est-à-dire la frontière, pour mener des excursions en territoire ennemi, soit sur terre, soit en mer. Le véritable corsaire était toujours muni de son autorisation et il pratiquait la « course », d’où son nom de corsaire, c’est-à-dire qu’il capturait officiellement des vaisseaux marchands ennemis et qu’il reversait à l’État une partie de la valeur de ses prises lors de sa course ! Si les corsaires ont disparu, la vaste mer des Caraïbes conserve le souvenir de cette lointaine histoire.

Matériel pédagogique produit par le SCÉRÉN-CNDP dans le cadre de « 2011, année des Outre-mer »

Découvrir dans la même collection