Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'actualité

Vacances

Regarder le film animé

écouter la chronique

Découvrez d’où viennent les vacances et comment les exprimer, au singulier ou au pluriel !

Lire le script
« Vive les vacances ! Fini les pénitences ! Les cahiers au feu, la maîtresse au milieu ! » On la connaît cette comptine, apparemment violente, mais que les enfants chantent avec le sourire – on sait bien que c’est pour de faux, comme on dit dans les cours de récréation. Cette comptine donc marque la fin des classes, et le début des vacances, enfin des vacances scolaires. Celles qu’on appelle communément « les grandes vacances », qui ne se limitent pas au mois d’août, mais couvrent largement deux mois : juillet et août. On voit bien le sens particulier qu’a l’expression, pour désigner ce moment qui sépare deux années scolaires. Parfois d’ailleurs, on appelle « petites vacances » les périodes de la Toussaint, ou de mardi-gras. Mais la formule est un peu ancienne : elle date de l’époque où les vacances dites de Noël et de Pâques étaient sensiblement plus longues que les quelques jours que les écoliers avaient début novembre ou mi-février. Quant au mot « vacances » lui-même, il a pris un sens particulier en fonction de son emploi et même de son nombre. Peut-on dire que le mot ne s’emploie qu’au pluriel ? Oui, d’une certaine façon. Le mot « vacance », au singulier, existe bien, mais avec un sens tout différent. Donc on peut dire qu’il existe deux mots différents, bien qu’ils soient homonymes : ils se prononcent de la même façon, mais ont des identités différentes. La vacance, c’est au départ le fait d’être vacant, c’est-à-dire vide. Les deux mots appartiennent à la même famille. Mais en français, ce terme de « vacance » n’a jamais de sens concret. Une bouteille n’est pas vacante quand il n’y a rien dedans. En revanche un poste est vacant quand personne ne remplit sa charge. Et le mot prend alors une fonction assez administrative : il y a vacance de poste après une démission, une mutation, un départ à la retraite, ou un décès. Le poste existe toujours, indépendamment de la personne qui y travaille. La chaise est là, si vous voulez, mais il n’y a personne dessus. Donc on peut postuler pour être nommé à ce poste. On voit bien à quel point ce vocabulaire renvoie à une tradition administrative, où la règle est importante. Et c’est justement dans une telle administration, la juridique, qu’on a commencé à mettre un « s » au mot « vacance ». Pas seulement dans un but pluriel… car bien sûr, on peut parler de plusieurs vacances de poste. Mais en utilisant de manière autonome le mot au pluriel. À la fin du XVIe siècle, les vacances commencent à désigner les périodes où les tribunaux ne siègent pas. De fil en aiguille, le mot va s’appliquer aux jours de congé, pendant lesquels on ne travaille pas... Et tout doucement, on va glisser vers le monde de l’école : les vacances modernes sont nées, et ricocheront vers les adultes. Yvan Amar Article publié le 31/07/2007 Site langue française de RadioFranceInternationale - Les mots de l'actualité

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même collection