Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'actualité

Tsunami

Regarder le film animé

écouter la chronique

Savez-vous si on doit dire tsunami ou raz de marée, au sens propre ou au sens figuré ?

Lire le script
« Un tsunami sous-estimé par les autorités de Djakarta ». Ce titre d’un quotidien français daté d’hier annonce cette catastrophe qui vient de frapper l’île de Java. Mais en marge de la tragédie dont on nous informe, on peut remarquer une presque banalisation de ce type d’événement : on parle d’un tsunami. Alors qu’on pouvait imaginer jusque là qu’en français, on ne pouvait pratiquement parler que du tsunami. Eh bien on vient de passer du défini à l’indéfini, du « le » au « un ». Le tsunami n’est plus unique ; le mot ne renvoie plus à un désastre précis, que tout le monde identifie, mais à un type de catastrophe géographique. Le mot nous est aujourd’hui familier, malheureusement. Mais en décembre 2004, il l’était beaucoup moins. On l’avait pourtant déjà entendu en français, et pas récemment, puisque le dictionnaire Robert fait remonter sa première attestation à 1915. Mais c’était un mot de spécialiste, et il était incompris de la plupart des francophones ordinaires. On sait que c’est un mot japonais, qui veut dire vague, et désigne une certaine catégorie de raz-de-marée. Le mot n’est pas si précis que ça, il peut renvoyer en fait à des phénomènes dont les causes sont diverses : raz-de-marée déclenché par un séisme sous marin, par une éruption volcanique, ou un glissement de terrain… Accident géologique plus fréquent, en ce moment dans le sud-est asiatique que dans le reste du monde, ce qui explique qu’on ait gardé pour le désigner un mot d’origine asiatique… même si les zones d’influence de ces catastrophes sont immenses. Alors on sait que cette île de Java a déjà été touchée par des tsunamis, notamment en 1977 et en 1994. Mais égoïstement, on en parlait assez peu en France, en tout cas pas assez pour que le mot reste dans nos mémoires. En français, bien sûr, on parle de raz-de-marée. Un mot qui n’est pas rare, mais dont on connaît assez peu souvent l’origine. Et même on aurait tendance à mal l’interpréter. Comme si ce raz, qui s’est longtemps écrit ras, avait un rapport avec le verbe raser, l’expression à ras… Un raz de marée n’est pas, linguistiquement en tout cas, un « ras le bol marin ». Le mot n’évoque pas le fait que l’eau viendrait au ras de la terre, pour inonder ce qui d’habitude reste au sec. En fait le mot ras est tout différent. Le français l’a emprunté parler normand, qui le tenait d’une ancienne langue scandinave. Dans l’affaire, les passeurs sont les Vikings. Et ce terme désigne d’abord un courant violent, courant d’eau, pris dans un passage étroit, un genre de goulet. Et d’ailleurs c’est un mot qu’on retrouve dans des noms de lieux : la pointe du Raz par exemple. C’est comme ça qu’est né le mot raz de marée, qui fait référence à cette vague gigantesque, qui vient déferler sur la terre. On notera évidemment que cette image frappante est souvent utilisée au sens figuré : un raz de marée est un bouleversement complet, violent et soudain. Et on peut l’employer en politique comme en histoire. Mais ce qui nous montre bien que le mot de tsunami est réellement passé dans le langage courant, c’est qu’il commence à avoir lui aussi les mêmes usages figurés que le raz de marée : on entend dire par exemple que telle ou telle élection est un tsunami ! Yvan Amar Article publié le 20/07/2006 Site langue française de RadioFranceInternationale - Les mots de l'actualité

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même collection