Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'actualité

Tête de gondole

Regarder le film animé

écouter la chronique

Retrouvez le voyage d’un mot, de Venise au supermarché de votre ville.

Lire le script
La langue familière change et se renouvelle souvent, mais on a tendance à penser que c’est surtout la langue des jeunes qui invente de nouvelles expressions. Pourtant les tournures à la mode se trouvent aussi bien ailleurs, notamment dans le langage commercial. Avec parfois des expressions étonnantes : tête de gondole ! Ce qui marque avec cette formule « en tête de gondole », c’est une préoccupation d’affichage et de visibilité. L’expression vient du marketing, et en particulier de l’organisation des grandes surfaces. Dans ces palais de la grande distribution, les marchandises sont présentées le long de grands présentoirs disposés parallèlement, et qui strient l’espace du magasin. Et les produits, par leur nombre, sont parfois un peu noyés dans la masse ; ils se différencient mal les uns des autres… il y en a tellement. Les spécialistes de la vente et de la psychologie du consommateur se sont donc demandé comment mettre en relief tel ou tel article. Et la réponse est simple : au lieu de le mettre au milieu des autres, on le présente au bout du présentoir, où tout le monde peut le remarquer. Il s’agit donc de donner à voir ce qu’on veut faire remarquer, le faire sortir du lot. Et comme, dans le jargon commercial, on appelle ces présentoirs des gondoles, on parle donc de tout ce qu’on met en tête de gondole ! Bien entendu, l’expression a fait sourire. On en a fait une insulte plaisante, fausse insulte en fait, qui fait penser au vocabulaire du capitaine Haddock : « Va donc, tête de gondole ! » Ce mot de « gondole » mérite quelques explications. Il a gardé, je n’ose dire un sens propre, mais un sens concret, qui est d’ailleurs un sens premier en français : on appelle gondole les barques qui sillonnent les canaux de Venise. Le mot d’ailleurs vient du dialecte vénitien, et il évoque bien ces bateaux assez effilés, élégants, caractérisés par une figure en forme de demi S à l’arrière. Pas de gondole sans gondolier : c’est ainsi qu’on appelle celui qui la dirige, virtuose dont l’aviron sait la faire tourner dans les plus étroits canaux. Traditionnellement, le gondolier chante de sa voix d’or les airs du folklore de la gondole, qui bercent les amoureux qui, tout aussi traditionnellement, glissent dans leur lune de miel. Mais pourquoi cette barque romantique est-elle devenue un accessoire de supermarché ? Probablement parce qu’elle est galbée, toute en courbe sur ses flancs. Mais le verbe « se gondoler » a déjà eu toute une vie figurée, puisqu’il signifie, de façon assez familière, se tordre de rire… Yvan Amar Article publié le 12 septembre 2007 Site langue française de RadioFranceInternationale - « Les mots de l'actualité »

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même collection