Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'actualité

Taxi

Regarder le film animé

écouter la chronique

Découvrez l’origine d’un mot très « international » et toutes les expressions qui ont été fabriquées avec ce mot.

Lire le script
Dans l’actualité toute récente, les taxis ! Journée de protestation, hier à Paris, des chauffeurs mécontents de la situation des taxis dans la capitale française. Mais ce qui nous intéresse, bien sûr, c’est le mot, un des mots les plus internationaux qui soit. Tout autour du monde ou presque, on connaît ce mot de « taxi », en Europe, en Afrique, en Amérique, en Asie, avec des prononciations différentes, mais une base presque semblable. Il est si courant en français qu’on ne l’interroge guère vraiment : il fait partie de la langue. Et pourtant il ne ressemble pas vraiment à grand chose d’autre : avec son « i » final, et son « x » médian, il est très atypique, même s’il fait partie du paysage. Le mot est une vraie création ; on connaît la date de son invention, ou à peu près : c’est le tout début du XXe siècle. C’est un calque de l’allemand « taxameter » – à peine plus ancien – et un nommé Reinach a proposé qu’au lieu de taxamètre, on parle de taximètre pour désigner le compteur qui définit la somme à payer par le client. L’idée est donc de faire payer en fonction de la distance : la taxe est proportionnelle aux mètres. En fait on sait qu’elle est en même temps proportionnelle au temps passé : l’un module l’autre. Le mot « taxi » est donc passé rapidement du compteur à la voiture – un taxi – et souvent à celui qui la conduit. Mais pas de façon aussi systématique : alors qu’on ne parle jamais de taxauto (pourtant le mot a existé brièvement entre 1905 et la guerre de 14), on parle encore beaucoup des chauffeurs de taxi. C’est la dénomination attestée : on ne dit pas conducteur de taxi. Et on ne dit pas « c’est un taxi », même si l’on peut dire « je suis taxi », qui est compréhensible, mais familier. Plus familier encore, mais assez courant quand même, « je fais le taxi ». Et on peut signaler aussi que le mot n’a pas de féminin vraiment accepté. « Le Robert » a cité l’invention « taxite » en la datant de 1977. Mais le mot, avouons-le, n’est pas courant du tout. Quand à « taximan », le mot existe en français d’Afrique, tout à fait transparent, bien que formé avec ce suffixe anglo-saxon, « man » ; il est utilisé dans de nombreux pays, mais pas en France. En Afrique, on a toute une déclinaison autour du taxi. Le très connu taxi-brousse, qui relie plutôt deux villes, alors que le mot « taxi » en français de France se comprend davantage comme une voiture qui vous emmène d’une bout à l’autre de la ville, sans vraiment en sortir. Taxi-bus, plutôt synonyme de minibus collectif. Taxi-compteurs, qui précise qu’on paye au compteur. Taxi-bagage, pour les marchandises. Yvan Amar Article publié le 31/01/2008 Site langue française de RadioFranceInternationale - « Les mots de l'actualité »

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même collection