Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Les mots de l'actualité

Bienvenue

Regarder le film animé

écouter la chronique

Découvrez comment un mot très ancien peut réapparaître dans la langue moderne avec une signification différente.

Lire le script
Bienvenue chez les Ch’tis ! C’est le titre d’un film dont le succès étonne, et qui met en scène tout un folklore du Nord de la France, qu’on reconnaît à ses traditions, à ses histoires, à ses personnages, mais surtout à son accent : c’est bien cela qui marque de la façon la plus marquante cette identité. Accent et patois, pensera-t-on ; oui, mais l’accent est premier dans la mesure où il colore toute une langue qui, malgré tout, reste compréhensible par tous. Le triomphe de ce film fait que son titre traîne partout et que même, il sert de moule à d’autres expressions : Bienvenue chez les… et là, on peut mettre ce qu’on veut. Ce sont pourtant de nouveau les Ch’tis, les gars du Nord, qui ont été cités sur cette banderole, accrochée dans le stade de Lens, lors d’un match de football qui opposait l’équipe de Lens à celle du Paris Saint-Germain. Or, il se trouve que Lens est une ville du Nord de la France, et un gros scandale a éclaté lorsque des supporters du PSG ont réussi à déployer une banderole, se terminant par « Bienvenue chez les Ch’tis », tout à fait insultante pour les Nordistes et même les autres. Pourquoi « bienvenue » ? Le mot dans cet emploi est expressif, et ironique ; cela veut dire « Eh bien maintenant, vous y êtes ! Et vous y êtes vraiment ! » Et l’on pointe, en prononçant cette formule, une qualité, un signe distinctif des hôtes ou de la région qui vous entoure. Si cet emploi existe bien, il n’est pas du tout le seul, et cet effet de sens ironique dont on vient de parler ne se comprend que d’après le contexte. À part ça, « bienvenue » est un mot tout à fait courant d’accueil très cordial. Il y a même un peu plus que de la politesse abstraite, de la phrase toute faite à dire « bienvenue » : c’est réellement une manière d’exprimer un sentiment chaleureux, et d’aller au-delà des convenances élémentaires. La formation du mot est évidente, il suffit de le décomposer : votre venue, votre arrivée est bonne, et souhaitée. D’ailleurs au départ, « venu » est évidemment senti comme un participe : soyez bien venu, le bien venu. Ensuite les deux mots peuvent se coller l’un à l’autre, et on en fait découler un nom commun, la bienvenue. Ceci explique donc clairement l’orthographe du mot, qui veut qu’on l’écrive avec un « e », lorsqu’il s’agit du nom féminin, mais qu’on l’accorde lorsqu’on l’utilise encore comme un adjectif : tu es bienvenu, ils sont bienvenus. Y a-t-il des synonymes à l’expression ? Pas vraiment, même si, selon les contextes, on peut trouver d’autres formules, plus ou moins consacrées : « Soyez ici chez vous » est courant. Mais « faites comme chez vous », est le plus souvent ironique et même un peu grinçant : si quelqu’un fait montre de trop de sans-gêne, on peut lui dire (ou simplement penser) : « Faites comme chez vous, ne vous gênez pas ! » Un usage particulier de l’expression « bienvenue », au Québec, en fait un genre de symétrique du « de rien » français. Quand quelqu’un vous remercie, pour le remercier de son remerciement, pour en prendre acte, on dit « bienvenue », en calquant d’ailleurs l’usage anglo-américain qui consiste à dire « you are welcome », avec ce mot qui a sensiblement les mêmes usages et le même sens d’origine que « bienvenu ». Yvan Amar Article publié le 01/04/2008 Site langue française de RadioFranceInternationale - « Les mots de l'actualité »

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même collection