Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Dis-moi dix mots qui nous relient

Main

Regarder le film animé

écouter la chronique

Par Yvan Amar.

Lire le script
La main… un mot courant, et un mot qui sert à tout ou presque ! En français comme probablement dans toutes les langues du monde, la main est l’origine d’expressions multiples, et le plus souvent positives. Oh, pas toujours : faire main basse, en sous-main, homme de main, forcer la main, ou même ne pas y aller de main morte… voilà des expressions qui évoquent la violence, l’agression, la cupidité ou la fraude. Pourtant on a des raisons d’être optimiste : les images qui donnent confiance en l’homme sont bien plus fréquentes. Ne serait-ce que tendre la main : signe de paix, de fraternité, d’amitié ; un code social qui symbolise en même temps la main nue, la main sans arme. Mais la locution a pris en français moderne un sens particulier : il s’agit de faire le premier pas dans le sens d’une réconciliation ; on tend la main après une brouille ou une guerre. On se souvient aussi que tendre la main peut signifier demander l’aumône, tendre une main vide pour qu’une autre la garnisse d’une pièce. Mais cet usage est plus rare, et de toute façon le contexte ne laisse pas de doute sur la signification de la phrase. Fréquemment, le mot est associé à une idée d’entraide : on donne un coup de main. On sent que la locution est légèrement familière. Mais attention, ce n’est pas un coup de pouce, qui évoque davantage le piston, l’assistance indirecte. Avec le coup de main, on se donne du mal, tout juste si on ne retrousse pas ses manches ! Si l’on met la main à la pâte, on sent bien aussi qu’on participe à un effort collectif, et l’image suggère bien sûr le travail chaleureux de la boulange et du pétrissage ; l’odeur du bon pain doré n’est pas loin. Prêter main-forte est plus musclé ; la bagarre n’est pas loin et on a plus l’idée qu’on va soutenir un camarade dans une passe difficile. Jadis, il s’agissait clairement de l’aide apportée à la force publique. Mais aujourd’hui l’expression s’est pacifiée et on peut prêter main-forte pour un déménagement, un repas à préparer ou une vaisselle à faire. La main c’est également celle qui donne : elle est facilement associée à la générosité. On disait jadis avoir la main donnante. L’expression a quitté le français moderne, mais on dit encore de quelqu’un qu’il a le cœur sur la main. De même si on veut faire un geste de soutien, on met la main à la poche, ou la main au portefeuille. Dans les deux cas on comprend qu’il s’agit d’argent. Enfin de deux amis proches, on dit qu’ils sont comme les doigts de la main. Il y en a pourtant cinq… mais l’expression n’a pas besoin d’être complètement logique pour être convaincante.

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même série