Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Dis-moi dix mots qui nous relient

Complice

Regarder le film animé

écouter la chronique

Par Yvan Amar.

Lire le script
Complice : un bon mot pour évoquer le partage et la solidarité… et pourtant un mot un peu paradoxal et inattendu pour illustrer ces idées si positives : en effet, son premier sens, son sens propre, son sens littéral pourrait-on dire, est beaucoup plus lié à des situations qui placent le complice en marge de la loi. Un complice est d’abord quelqu’un qui est associé à une mauvaise action, à quelque chose qui est interdit. Mais il n’en est pas le responsable principal : il aide simplement son auteur à l’exécuter, à la commettre, à la perpétrer comme on dit pour un crime. C’est donc l’assistant, ou l’un des assistants de ce méfait. Ce mot de complice est souvent utilisé de façon assez précise, presque technique, notamment dans le vocabulaire pénal et judiciaire. D’ailleurs la loi tient compte du rôle, parfois important, mais toujours inférieur à celui du malfaiteur principal : les peines requises, c'est-à-dire celles qui sont demandées par le procureur, sont plus faibles pour le complice. Dans ces mêmes contextes, on parle de complicité pour évoquer l’aide que peut recevoir un bandit : aide directe ou indirecte d’ailleurs : on dira que dans telle affaire, les voleurs ont sûrement bénéficié de complicités à l’intérieur de l’établissement par exemple. C’est qu’au sein de la banque, des employés ont pu transmettre certaines informations aux gangsters : des plans des lieux, des renseignements sur les systèmes d’alarmes ou sur les rondes des gardiens. Le mot complice peut avoir des synonymes, notamment comparse, moins courant, moins précis, qui accentue l’idée que son implication et sa part de responsabilité sont moins importantes. L’origine du mot est assez éclairante : il signifie uni avec, associé avec… et même au départ enlacé à… lié à… La première syllabe évoque cette idée que l’action se fait à plusieurs : cum en latin veut dire avec. Et on retrouve bien sûr cette forme dans de nombreux autres mots, comme compagnon, copain. Quant au deuxième élément, -plice, il appartient à la même famille que le verbe plier : il s’agit donc de « se plier avec un autre », de s’enrouler autour de son action. Le mot est encore très courant aujourd’hui, mais justement, il change d’éclairage, abandonne souvent sa carrière malhonnête et prend une signification plus plaisante, ironique et tendre. Par exemple si un anniversaire surprise est organisé pour quelqu’un, on pourra dire que tout a été monté grâce au frère aîné de l’heureuse élue, avec pour complices ses deux cousines. Il s’agit d’une aide, d’une aide secrète d’ailleurs, mais pour la bonne cause. De la même façon, on peut entendre qu’un magasin est dirigé par un gérant, assisté par une complice particulièrement efficace. Mais le mot complicité est encore plus fréquent dans ce genre d’emploi, avec un sens légèrement différent : on parle de la complicité de deux acteurs dans un film par exemple, pour souligner le fait qu’ils s’entendent parfaitement : comme s’il y avait entre eux une entente implicite, au-delà des mots, qui fait qu’ils se devinent et se complètent. Et on peut même parler de complicité entre deux amis, ou dans un vieux couple.

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même série