Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Dis-moi dix mots qui nous relient

Agapes

Regarder le film animé

écouter la chronique

Par Yvan Amar.

Lire le script
Il n’est pas étonnant que les agapes figurent sur la liste des dix mots 2011 : les agapes sont forcément partagées, et d’autre part le terme est très positif. Qu’évoque-t-il ? Un festin, un repas exquis, copieux, le plus souvent servi à de nombreux convives. Et ce qui domine c’est à la fois l’idée d’excès et d’exception. Il s’agit d’un repas où l’on s’autorise plus que ce qui est habituel : il est plus long, on y mange davantage, on y boit plus aussi peut-être. C’est que la fête ne se comprend que si elle tranche sur l’ordinaire, si elle représente un moment bien particulier qui ressort, et se distingue du cours monotone des journées. Mais on parle d’agapes quand on est indulgent pour cette entorse : on l’envisage sans critique, sans sévérité excessive, comme quelque chose qu’il est bon de s’accorder de temps en temps. Le mot, dans son usage d’aujourd’hui, est toujours au pluriel. Ce pluriel n’a pas de sens particulier, sinon qu’il en rajoute un peu sur l’idée d’abondance. Agapes, à l’origine, a un emploi religieux, qui s’est perdu aujourd’hui. Mais ses premiers usages laïcs, au 19ème siècle, sont dus à des confréries, non religieuses, mais aux buts à la fois fraternels et spirituels, tout au moins au départ. On trouve par exemple des agapes franc-maçonnes : des repas plus ou moins ritualisés où prend corps cette douce égalité qui cimente l’amitié entre frères humains. Beaucoup plus tôt, et déjà dans la langue grecque, le mot désignait des repas où se retrouvaient les premiers chrétiens. Réunions qui donc évoquaient un partage où les aliments étaient peut-être symboliques de ces échanges et de cette communauté. La Cène, mère des agapes alors ? Et pourquoi pas ! Cena en latin classique veut dire dîner, souper. Mais en latin d’église, plus tardif, il a bien sûr désigné le dernier repas que Jésus prend avec des disciples, les Apôtres. Et il accentue évidemment le sens de la communion.

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même série