Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Dis-moi dix mots... que tu accueilles

Amalgame

Regarder le film animé

écouter la chronique

S'entraîner

Lire le script
Amalgame… Avec ses trois « a » et ses deux « m », voilà un mot qui se dit comme si on le mâchait, comme si on le mastiquait. Est-ce que, rien qu’à le prononcer, on aurait déjà une indication sur son sens ? Non ! Là, j’exagère un petit peu. Et pourtant, on n’est pas trop surpris de découvrir que ce mot désigne un mélange de plusieurs éléments qui sont si bien mêlés qu’on ne les reconnaît plus, qu’on ne les distingue plus. Il arrive en français à la fin du Moyen-Âge, et probablement il est emprunté à la langue des alchimistes ou des chimistes arabes, puisqu’à l’époque, on ne fait pas vraiment la différence entre la recherche scientifique et la quête spirituelle. L’amalgame, il est bien proche de l’alliage, un mélange de métaux qu’on a chauffés jusqu’à les rendre liquides, qu’on a mélangé. Mais aujourd’hui, il évoque une pâte, pas toujours métallique, comme celle dont se servent les dentistes pour soigner les caries, c’est-à-dire pour boucher les trous qui se sont creusés dans les dents. Cette préparation durcit en séchant, et voilà la dent à peu près réparée ! Mais l’amalgame a surtout un sens figuré, dans le langage de la politique. Il s’agit, de façon indirecte, d’assimiler deux réalités : par exemple en mettant en parallèle le nombre des chômeurs et le nombre des étrangers dans un pays, pour faire penser que s’il y avait moins d’étrangers, peut-être il y aurait moins de chômeurs. Ha, l’amalgame ! Et dans ce sens bien sûr, le mot amalgame est péjoratif : on dénonce l’amalgame dans le discours politique de ses adversaires, on le montre du doigt. Mais jamais on ne se vante soi-même d’avoir pratiqué un amalgame ! 

Matériel pédagogique produit par le SCÉRÉN [CNDP-CRDP].

Découvrir dans la même série