Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Dis-moi dix mots dans tous les sens

Galère

Regarder le film animé

écouter la chronique

Ramez aux côtés des galériens et découvrez l’origine du mot « galère »…

Lire le script
« Ah la galère ! Ah quelle galère ! » Il y a peu d’expressions familières qui ont eu autant de succès depuis quelques dizaines d’années. A tel point que le mot peut presque faire figure d’étendard d’une certaine « langue des jeunes ». Il n’est pas si récent, il apparaît dans son sens figuré dans les années 70, il se répand dans les années 80. C’est le début d’une crise économique et sociale importante : la galère se profile. Donc c’est un mot qui est presque synonyme d’ennui et qui a des usages extrêmement souples. Une exclamation d’abord : Ah quelle galère ! C'est-à-dire quelle malchance ! Quel ennui ! Quel désastre ! Avec souvent l’idée que le sort s’acharne sur vous, on n’est pas responsable de tout. Une panne, une mauvaise rencontre, quelle galère ! La galère ! Et en effet, dans la phrase exclamative bien souvent on utilise l’article, on dit : la galère ! aussi bien que : quelle galère ! Mais souvenons-nous aussi que le mot s’utilise fréquemment comme un attribut : c’est la galère ! C'est-à-dire en gros c’est pénible, c’est ennuyeux, c’est plein d’embûches. Est-ce vraiment un adjectif ? Presque mais pas tout à fait parce qu’on ne l’utilise pas par exemple comme une épithète, lui faire qualifier un nom : une voiture qui marche mal ce n’est pas une voiture galère ! Seulement le mot va fonctionner un peu comme un attribut auquel l’article n’est plus nécessaire : c’est galère ! Une expression très familière. Et le mot finit parfois par avoir le sens de « problème » : je n’ai pas pu finir mon travail à temps parce que j’ai eu une galère d’ordinateur ! C'est-à-dire j’ai eu un problème d’ordinateur. Galère est un mot qui a intégré le lexique des jeunes par le biais de l’argot scolaire. Un argot qui avait réussi, qui a commencé sa carrière figuré par un souvenir de classe : d’abord la galère c’est celle que Scapin a inventée dans la pièce de Molière qui met en valeur ses Fourberies. Et ce valet ingénieux et canaille a imaginé un scénario pour soutirer de l’argent à Géronte qui est un père avaricieux, autoritaire : Scapin prétend que son jeune maître a été enlevé par des Turcs qui l’avaient d’abord invité par un prétexte mielleux sur ce bateau, sur cette galère avant de lever l’ancre, de les emmener et d’exiger une rançon. « Ah mais que diable allait-il donc faire dans cette galère ? » se lamente Géronte. Et au départ la galère c’est le nom d’un bateau de guerre dans l’antiquité et ensuite dans la marine royale en France. Bateau rapide à condition qu’on le fasse avancer à la rame. Et c’était des condamnés qui faisaient les rameurs ! La condamnation aux galères était donc une terrible sanction…

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même série