Aller directement au contenu de la page
Aller au plan du site
Aller au menu bas de page

Voyage avec les motsVoyage avec les mots

Explorez l'univers des mots et maîtrisez la langue française

Dis-moi dix mots dans tous les sens

Baladeur

Regarder le film animé

écouter la chronique

Découvrez le mot «baladeur» et faites connaissance avec toute sa famille…

Lire le script
Le baladeur, avec sa nonchalance étudiée, est un visiteur qui déambule avec élégance dans notre langue depuis pas mal d’années maintenant. Pourquoi est-ce qu’on l’apprécie à ce point ? Parce qu’il a su imposer sa présence à côté du walkman de façon assez convaincante. Les deux mots cheminent de concert et en relative bonne intelligence ; l’emploi de l’un ne se fait pas contre l’autre. Alors ils témoignent de ce que peut être aujourd’hui une bonne situation francophone. C'est-à-dire qu’une technologie nouvelle se répand ; elle n’est pas d’ailleurs d’origine anglophone mais elle est japonaise. Elle se répand sous un nom anglais « walkman » et le mot témoigne d’ailleurs d’une certaine invention : « walkman », le marcheur en anglais, pour désigner ce petit appareil qui reproduit la musique, qu’on peut écouter à l’aide d’une paire d’écouteurs. Et puis le français reprend l’image à son compte, et il l’améliore, et voilà le baladeur qui n’est plus si jeune puisqu’il date du début des années 80. Est-ce qu’il a encore beaucoup d’avenir ? Le mot n’est pas mort, peut-être qu’il survivra. Parfois on parle, en fonction des techniques d’aujourd’hui, plutôt d’ePod ou d’iPod. Mais on parle encore de baladeur et en tout cas c’est un mot qui fait partie des dix sélectionnés chaque année pour figurer une sorte d’étendard du français. Alors pourquoi ce baladeur était-il une telle réussite ? Et bien d’abord une « balade » avec un « l » qu’est-ce que c’est ? Une flânerie, en général sans but précis, avec un verbe qui lui correspond : se balader, qui trouve à peu près les mêmes échos, avec, au sens pronominal, un usage extrêmement fréquent, et parfois un usage ironique : je t’ai baladé, je me suis fait balader, c'est-à-dire, on m’a raconté des histoires, des bobards. Et puis, un autre mot qui est « ballade » avec deux « l ». Il ne faut pas confondre les deux. Le mot ballade avec deux « l » est ancien, il appartient à la langue artistique : une ballade, si on fait sonner les deux « l », c’est une chanson, en particulier une chanson à danser. Puis c’est un poème d’une forme particulière, avec des strophes, dont la dernière s’appelle un envoi. Alors bien entendu, il ne faut pas confondre les deux mots, avec leurs deux orthographes différentes. Mais on peut rappeler quand même qu’ils appartiennent tous les deux à la même famille. Et d’ailleurs, se balader au moyen-âge, c’était un verbe qui avait un sens tout à fait particulier : il convenait pour un musicien de rue, qu’on appelait par ailleurs un baladin, d’aller de ville en ville, de village en village, en demandant l’aumône, ou en tout cas, en demandant une certaine rétribution pour la musique ou les paroles qu’on avait fait entendre au seigneur du lieu. On espérait qu’il allait être généreux. On voit comment « balade » coexiste avec « ballade » et comment les deux mots se sont réconciliés avec la création du baladeur !

Cette chronique est issue de l'émission Les mots de l'actualité produite par Yvan Amar et diffusée sur RFI - Plus de Mots de l'actualité sur RFI

Découvrir dans la même série