Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

Nathalie Bourriot et Irène Kuesssan (professeures documentalistes) ont mené pour le Canopé de Guadeloupe, une interview à distance du gérant de la librairie Bédéciné à Toulouse, Frédéric Villefranque. En voici la retranscription.

Pouvez-vous présenter brièvement votre parcours et l'origine de votre intérêt pour la bande dessinée ?

Frédéric Villefranque : Bonjour, mon parcours a été assez chaotique malgré des études somme toute assez classiques… J'ai fait un BTS puis un bac professionnel et après cela, j'ai été en lettres modernes, puis assez rapidement, j'ai travaillé en Librairie. Alors pourquoi la BD ? En fait je suis tombé dedans quand j'étais petit. Je lisais tout ce qui me tombait sous la main en termes de BD. A l'âge de 14 ans, un copain m'a aiguillé vers le métier de libraire.

Quels critères retenir pour sélectionner les albums en établissement secondaire ?

Frédéric Villefranque : Cela va dépendre du niveau collège ou lycée. De ce que les élèves ont envie de lire, parfois on peut leur faire découvrir des choses. Parfois au cours de discussions avec les documentalistes, je les aide à faire leurs choix. Certains vont préférer des classiques, d'autres veulent découvrir des nouveautés…

Les professeurs documentalistes posent-elles systématiquement les mêmes questions ?

Frédéric Villefranque : …En y repensant, oui la tranche d'âge !

Est-ce que l'image, la représentation des documentalistes sur les BD est la même que celle qu'un libraire peut avoir ?

Frédéric Villefranque : Pas toujours, cela dépend de l'intérêt que porte le/la documentaliste pour le genre !

Cela reste encore une question d'intérêt personnel alors ?

Frédéric Villefranque : Oui, c'est encore le cas !

Comment choisir parmi la multitude des parutions chaque année ?

Frédéric Villefranque : Il faut essayer déjà d'en lire un maximum… A une époque, on le pouvait encore (rires). Alors au départ, je vais essayer de lire en priorité les albums que je ne connais pas. Ensuite, comme tous les libraires, nous faisons partie d'un réseau… S'Il y a un titre qui m'a échappé, eh bien quelqu'un d'autre qui a lu un album intéressant va le signaler au réseau et nous permettre de le découvrir… Ensuite, je choisis par rapport au graphisme, de voir quel public il va rencontrer. La plupart des clients qui regardent, qui feuillettent une bande dessinée regardent d'abord le graphisme…

C'est donc un critère important…

Frédéric Villefranque : Oui ! De temps en temps on peut les amener vers un sujet, un style différent de leur goût habituel, s'ils me font confiance…

Il y a de bons conseils alors à donner…

Frédéric Villefranque : Oui, c'est le métier de libraire de trouver l'album qui va plaire à la personne !

Finalement, on fait quelque part le même métier ! Quels sont vos derniers coups de cœur ?

Frédéric Villefranque : Il y a les séries : les Campbell de Munuera… Aux éditions Dupuis, c'est un album sur une famille de pirates… style aventure, très bien dessinée et très bien écrite. Il y a une nouvelle série qui est très bien aussi, qui s'appelle Dad. La vie d'un père célibataire avec ses filles, je pense aussi à des titres tels que Le monde de Milo et Le rêve du papillon

Plutôt collège ?

Frédéric Villefranque : Plutôt collège mais au lycée aussi, cela marche tout de même bien !

Alors, justement parmi tous ces choix, est-ce que la BD de votre point de vue, doit-être pédagogique ? Est-ce qu'il y a des albums pédagogiques et les recommanderiez-vous ?

Frédéric Villefranque : Il y a des éditeurs par exemple Casterman qui à sorti des collections qui s'inspirent d'études de sociologues transposées en BD et une nouvelle collection au Lombard… La petite Bédéthèque du savoir où chaque sujet est traité à la fois par un expert et un auteur de bande dessinée… Mais ce n'est pas un critère que je choisis forcément.

Elles ont des qualités mais peut-être des défauts aussi…

Frédéric Villefranque : Effectivement, trop de pédagogique peut ennuyer le jeune lecteur.

Est-ce une demande que formulent les enseignants qu'il y ait un contenu qui est en rapport direct avec la Pédagogie ?

Frédéric Villefranque : C'est très demandé oui ! Les deux collections précédemment présentées peuvent avoir un certain succès auprès du public enseignant et chez certains parents oui !

Et là, est-ce qu'il y a en ce moment des collections pédagogiques qui fonctionnent ?

Frédéric Villefranque : Il y en a plus… il y en a eu une à une époque. Oui, des séries historiques !

Et dans la même veine, que penses-tu des BD qui sont des adaptations de romans classiques au prétexte que cela va permettre à de nouveaux lecteurs de rentrer dans les textes.

Frédéric Villefranque : Tout dépend de comment et de pourquoi l'auteur s'empare du projet et pourquoi, il fait cela ! Un auteur ou un réalisateur va avoir tendance à donner sa propre version. Après, un album pédagogique peut être également un travail de commande ! Et là souvent, on voit une différence entre un album de commande et une adaptation toute personnelle!

Le mieux c'est de fonctionner par coup de cœur, alors !

Frédéric Villefranque : Cela nécessite surtout de lire et d'avoir une culture de la Bande dessinée. Cela nécessite effectivement de lire et plus on lit, plus on aura une culture de BD importante.

Est-ce que dans le temps, dans les 10/15 dernières années, est-ce qu'il y a une tendance à voir vraiment des enseignants… venir demander des bandes dessinées afin de les étudier avec les élèves ou c'est encore marginal? !

Frédéric Villefranque : Oui, il y a de plus en plus d'enseignants qui étudient la BD avec leur classe.

C'est porteur d'espoir alors…

Frédéric Villefranque : Oui, dans ma librairie, le titre le plus souvent demandé par les enseignants pour étudier avec leur classe est Persépolis ! C'est un bon choix et y compris pour moi !

Quels sont les titres le plus demandés par les adolescents ? Sont-ils attirés par des titres en particulier…

Frédéric Villefranque : Alors là, c'est très très variable. Cela dépend de ce que l'adolescent aime. Il peut être très attiré par les mangas, par les séries sur les vampires, des séries de type Naruto et de nouvelles séries…D'autres vont être attirés par de la fantasy comme Lanfeust et de la SF… Après la série qui marche très bien parmi les adolescents. C'est Seuls. C'est très coté parmi les ados. Après il y a Lucas, il s'agit d'un album sur un jeune garçon, qui est un peu renfermé, qui aimerait draguer les filles, et jouer au foot comme il faut, qui souhaite la popularité quoi ! Et un jour il rencontre un ancien élève qui était le tombeur du lycée et qui va lui venir en aide...

Y-a-t-il des différences entre public filles et public garçons ?

Frédéric Villefranque : En fait pas trop… Pas de différence, au départ c'est plutôt 50/50…Il n'y a pas de style fille ou garçon, c'est plus pour rassurer certains parents. Certaines séries sont achetées par les parents et la différence est faite souvent plus par les éditeurs ! Notamment avec les mangas. Ce sont eux (les éditeurs) qui les différencient dans les grandes surfaces culturelles, pour que les acheteurs puissent déterminer d'un coup d'œil leur choix !

Pour en revenir au manga. Comment l'intégrer dans un CDI, s'il y a des appréhensions par rapport à ce genre, avec les contraintes que cela peut comporter ?

Frédéric Villefranque : La crainte essentielle est le nombre de volumes. Il est nécessaire de leur proposer des séries courtes. L'essentiel, c'est de partir de séries très courtes. Avant l'on pouvait savoir à quels moment une série japonaise se terminait puisqu'il y avait de l'avance, mais désormais les éditeurs et les auteurs font des séries à la demande, si cela plait au public, ils poursuivent la série... Pas moyen de savoir quand cela s'arrêtera, à de rares exceptions.

Auriez-vous quelques titres incontournables à proposer aux professeurs documentalistes en collège et en lycée ?

Frédéric Villefranque : La série Les passagers du vent en lycée, en collège aussi en fonction des thèmes et des messages que l'on souhaite faire passer !

Le niveau de compréhension n'est pas le même pour un élève de 6ème et un élève de 3ème !

Frédéric Villefranque : D'où un choix qui peut être difficile pour les professionnels du livre en collège. Ah, c'est LA question difficile... Laissez-moi réfléchir... Bon, s'il faut faire un choix, je dirais pour les

  • 5 titres en collège (séries)
    Seuls, Les Campbell, Lou, Klaw et... Calvin & Hobbes (ça fonctionne toujours !)
  • 5 titres en lycée (séries et one shot)
    V pour vendetta, Silence de Comes, Persepolis, Maus, Royal Aubrac (sur la vie dans un sanatorium) et Muchacho... 

Et tous ceux du Prix Bdz'îles... Les lauréats Opens external link in new windowcollèges et Opens external link in new windowlycées

Merci Fredéric, de nous avoir consacré un peu votre temps.