Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

S'interroger sur les lectures des adolescents revient aussi à s'interroger sur leur culture. Quelle place occupe la lecture dans le panorama culturel de nos adolescents ? Comment s'articule-t-elle avec les nouveaux loisirs ?

Une culture basée sur des loisirs où la lecture occuperait la dernière place ?

On a assisté ces dernières années à l'émergence d'une culture « adolescente » et d'un état de l'adolescence dont les contours ont changé. L'adolescence n'est plus un passage rapide entre l'enfance et l'âge adulte, mais devient un état qui se prolonge jusqu'à l'âge de 25-30 ans. Parallèlement, une culture/marketing se développe autour de l'adolescent : des produits visant les adolescents qui sont de plus en plus consommateurs, voient constamment le jour.

Olivier Gallard, sociologue, affirme que si les enquêtes montrent un spectaculaire rapprochement des classes d'âge autour d'un socle de valeurs communes… c'est sur le terrain culturel que des nouvelles divisions sont apparues. Plusieurs facteurs y ont contribué. Tout d'abord, l'émergence d'une adolescence plus précoce et plus autonome à l'égard des parents s'est accompagnée du développement d'une nouvelle culture de classe d'âge, portée par les industries du loisir, des médias et des biens de consommations destinés aux jeunes. Cette culture est à la fois une culture de l'apparence (se construire un style) et une culture communicationnelle (évidemment amplifiée par l'usage de l'internet, du téléphone portable etc.) [1].

L'association jeunesse ouvrière chrétienne a publié en 2009 les résultats d'une enquête au cours de laquelle elle a interrogé sur leurs pratiques culturelles 7433 jeunes de 13 à 30 ans : les loisirs favoris des jeunes sont les soirées entre amis (59,4%), le sport (33,8%) Internet et les jeux vidéo (25,2%). La télévision n'arrive qu'en quatrième position (24,1%) juste devant la lecture (12,4%). A noter qu'un jeune sur deux (49,9%) ne considère pas la télévision comme un loisir.

Comme le démontre Olivier Donnat [2] dans son enquête sur Les pratiques culturelles des français à l'ère numérique, les jeunes adultes privilégient une « culture de l'écran » au détriment de pratiques plus classiques dont la lecture. Cette culture s'éloignerait de plus en plus de la culture scolaire que valorisent les parents et le monde adulte en général.
La lecture est devenue une activité de loisir, on lit pour se faire plaisir, les classiques sont rejetés car réputés trop difficiles…
Cette « littérature plaisir », Tibo Bérard, responsable de collection Sarbacane, en parle comme d'une littérature viscérale, tournée vers le plaisir de la lecture, ce qui n'exclut absolument pas un travail soigné sur la forme : c'est une littérature « ré-créative », percutante, ludique foisonnante, et qui résonne avec nos sociétés.

Le paradoxe de la lecture jeunesse : les jeunes liraient de moins en moins mais les chiffres de vente explosent

Certains éditeurs parlent d'un paradoxe : les ados affirment ne pas trop aimer la littérature mais les éditeurs jeunesse n'ont jamais autant vendu que ces dix dernières années. L'Express Culture relatait déjà dans son dossier du 01/12/2006 que l'édition jeunesse ne s'était jamais si bien portée. Avec 5,6% de progression en valeur sur le premier semestre 2006, elle devient le deuxième segment du marché (16,5%) - et le plus dynamique - derrière la littérature générale (22%). Ce gain spectaculaire s'explique essentiellement par le succès des romans grand format, donc des romans ados [3].

Selon une enquête sur les pratiques culturelles publiée par le MIN au Québec, l'intérêt pour la lecture a augmenté chez les 15-24 ans de 1999 à 2004. Les ados dopent les ventes de la littérature jeunesse. Pour ne prendre qu'un exemple, il y a 7 ans, Hachette publiait 5 grands formats par an ; aujourd'hui, il en publie jusqu'à 55 par an. En 7 ans, on assiste à une véritable explosion.

Notes de bas de page

[1] Gallard, Olivier. 18-30 ans, la nouvelle jeunesse ?. Lecture Jeune, mars 2011, n° 137. p. 10-13

[2] Donnat, Olivier. Les Pratiques culturelles des Français à l'ère numérique. Eléments de synthèse 1997-2008. Culture et communication. [en ligne] http://wwwpratiquesculturelles.culture.gouv.fr (page consultée le 23 avril 2012)

[3] Lanez, Emilie. Le phénomène cross-age ou les best-sellers transgénérationnels. Le Point.fr. [en ligne] http://www.lepoint.fr/livres/le-phenomene-cross-age-ou-les-best-sellers-transgenerationnels-14-11-2010-1261993_37.php (page consultée le 23 avril 2012)

 

Recherche avancée