Vous êtes ici :

Prix européen des jeunes lecteurs

Par Christine Morin, SavoirsCDI,
[août 2005]

Mots clés : prix littéraire , Europe

  • Google+
  • Imprimer
Prix européen des jeunes lecteurs
Prix européen des jeunes lecteurs

Entretien avec Claire Aubert,
Association "Livres en Europe"
100, Allée Saint-Helier
35000 Rennes

Tél : 033 (0)2 23 40 01 58
Livres.en.europe@wanadoo.fr

 

 

Vous êtes en charge du développement du « Prix européen des jeunes lecteurs ». De quoi s’agit-il ?

Claire Aubert : Je travaille pour l'association Livres en Europe depuis bientôt 4 ans pour mettre en place, développer et pérenniser le Prix européen des jeunes lecteurs.

Le principe est de "faire découvrir les littératures d'Europe d'aujourd'hui en donnant à lire une même sélection de titres contemporains à des lycéens de différents pays d'Europe et en leur demandant de désigner leur favori grâce à un système de vote et de rencontres pour favoriser discussion et échanges".  A l'occasion de la proclamation du Prix, une rencontre finale est organisée à Strasbourg avec les auteurs, traducteurs et éditeurs de ces livres.

Quels sont les objectifs de ce prix littéraire ?

Claire Aubert : Les objectifs de ce prix sont nombreux :

  • ouverture sur la littérature européenne contemporaine, domaine encore peu abordé dans un cadre scolaire,
  • échanges entre les lycéens des différents pays dans un souci d'enrichissement mutuel et de découverte,
  • apprentissage d'une citoyenneté à l'européenne grâce à une démocratie représentative qui privilégie débats et dialogues,
  • rencontres avec des auteurs, traducteurs et éditeurs pour mieux connaître la chaîne du livre et ses problématiques internationales,
  • échanges entre enseignants de différents pays autour de l'enseignement de la littérature et de l'incitation à la lecture...

Qui organise ? Qui parraine ? Qu’est-ce que l’association «Livres en Europe" ?

Claire Aubert : Le prix est organisé par l'association Livres en Europe, créée en 2001 à Rennes et est soutenu par le Centre national du Livre, le Ministère des Affaires européennes, la Région Alsace, le Parlement européen, la Ville de Strasbourg (certains partenariats sont en cours ou en attente).

Quel est votre rôle au sein de cette association ?

Claire Aubert : Mon rôle au sein de l'association est, en tant que salariée, de coordonner l'ensemble du projet, de préparer le temps fort de Strasbourg, d'être en lien avec les classes participantes tout au long de l'opération et d'une édition sur l'autre, de préparer la présélection des livres, de faire connaître le prix, etc.

La sélection 2005-2006 est-elle déjà définie ?

Claire Aubert : La sélection 2005-2006 est presque à jour ; nous pourrons vous la communiquer dès sa validation définitive, avant le 15 septembre. Vous pouvez consulter les sélections 2003/2004 et 2004/2005.

Qui choisit les titres et quels sont les critères du choix ?

Claire Aubert : Les titres de la sélection sont choisis par l'association Livres en Europe, selon les critères suivants :

  • date de publication en langue originale postérieure à 1995
  •  pays de publication en langue originale qui appartient à l'espace européen
  • mixité géographique de l'ensemble de la sélection (pour que toutes les zones de l'espace européen soient représentées et pour varier les pays d'une année sur l'autre)
  •  traductions existantes en 10 langues au moins de l'espace européen
  • auteur vivant 
  •  intérêt de la sélection pour des lecteurs de 15 à 18 ans.

L'association Livres en Europe demeure souveraine en ce qui concerne la constitution de la sélection et se réserve le droit de modifier si nécessaire les critères de choix.

Il est très difficile de trouver des titres traduits en 10 langues de l'espace européen publiés après 1995... Nous découvrons ainsi les problèmes et questions des droits étrangers, les mécanismes de la traduction et surtout les habitudes d'un pays à l'autre. Il faut savoir que la France est un pays qui traduit beaucoup, ce qui ne facilite pas la tâche à nos participants étrangers.

Quel est le calendrier de l’opération ?

Claire Aubert : septembre 2005 : confirmation des lycées participant à la 3è édition, démarrage des lectures,

  • d'octobre à février : lecture, rencontres entre établissements ou entre enseignants, activités pédagogiques à l'initiative des enseignants, préparation du temps fort,
  • mars : élection du délégué qui portera le choix de sa classe à Strasbourg,
  • fin mars : rencontre au Parlement européen de Strasbourg des délégués de toutes les classes participantes, ainsi que rencontre des classes avec les auteurs, traducteurs et éditeurs présents, proclamation du Prix au Parlement européen,
  • d'avril à juin : quelques rencontres entre classes, préparation de la sélection de l'édition suivante, communication autour du prix, nouvelles candidatures de lycées,
  • juillet - août : préparation des documents de l'édition suivante.

De façon concrète , comment les établissements scolaires peuvent-ils participer à ce prix ? Quelles sont les différentes étapes qu’ils devront franchir, les démarches à effectuer ?

Claire Aubert : Les établissements scolaires qui souhaitent participer doivent contacter l'association Livres en Europe. Ils s'engagent à participer à au moins 3 éditions consécutives du prix, à faire lire l'ensemble de la sélection à un groupe d'élèves, à envoyer au moins un élève délégué et un enseignant à la rencontre finale de Strasbourg et à travailler en lien avec un établissement étranger (qu'ils doivent contacter eux-mêmes).

La première étape est de nous contacter pour parler de vive voix du projet et aborder les éventuelles difficultés ; le Prix européen est récent et se construit au fur et à mesure grâce à tous ceux qui voudront bien s'y consacrer, nous pouvons donc envisager plusieurs cas de figures.

Doivent-ils engager des partenariats ? Avec qui ? Comment ?

Claire Aubert : Le travail en partenariat avec un établissement étranger nous semble garantir la dimension européenne du projet. C'est un critère contraignant, puisque les établissements doivent trouver eux-mêmes leur partenaire (notre réseau à l'étranger n'est pas encore suffisamment fourni pour cela... ), mais assez souple puisque la nature de ce travail est laissée à l'appréciation des enseignants, qui bénéficient ainsi d'une liberté certaine concernant leurs activités. La rencontre de Strasbourg permet à tous les participants de se rencontrer, apportant ainsi une dimension supplémentaire à ce travail collectif et un échange de pratiques et d'expériences particulièrement riche.

Qui prend en charge les échanges et les rencontres ? Quels sont les financements possibles ? Quel budget les établissements doivent-ils prévoir ?

Claire Aubert : L'association organise le temps fort à Strasbourg et assure la coordination générale du projet. Restent à la charge des lycées : l'achat des livres, le déplacement d'au moins un élève et un enseignant à Strasbourg et le coût des différentes activités pédagogiques liées au projet. L'expérience nous a montré que les moyens sont très différents d'un établissement à l'autre : certains font appel à des fonds européens, d'autres à des collectivités locales, d'autres encore à leur ville ou leur rectorat... L'association épaule dans la mesure du possible les lycées dans leur démarche, mais cette démarche reste bien à leur charge.

Quelles sont les réactions des lycéens ayant participé les années précédentes ? Quel regard portez-vous sur ces réactions ?

Claire Aubert : Les enseignants parleraient mieux que moi des réactions des lycéens ayant participé les années précédentes. Je ne les croise en effet qu'au moment des rencontres de Strasbourg, joli temps fort et moment d'échange. Je garderai en mémoire la qualité des discussions et des échanges entre délégués au moment des délibérations et entre lycéens et invités au moment des rencontres, ainsi qu'une certaine fierté à être appelé à se prononcer sur des titres de littérature générale étrangère, après avoir lu toute la sélection.

Recherche avancée