Vous êtes ici :

Enquête sur le taux de pénétration et l'utilisation des livres numériques dans les bibliothèques scolaires aux États-Unis

par Library Journal,
Traduit par Isabelle Estève-Bouvet

Mots clés : international , livre numérique

  • Google+
  • Imprimer

Traduction de Survey of Ebook Penetration & Use in U.S School (k12) Libraries.  LibraryJournal. School library journal. Novembre 2010 - EXECUTIVE SUMMARY
http://c0003264.cdn2.cloudfiles.rackspacecloud.com/School%20Library%20Ebook%20Report_2.pdf

 

Cela fait maintenant longtemps que les livres numériques existent, sous diverses formes, mais leur marché n'est significatif que depuis quelques années, essentiellement mené par l'introduction d'une nouvelle génération de lecteurs de livres numériques (ebook readers, e-readers) comme le Kindle d'Amazon, le Lecteur de Sony, et le Nook de Barnes et Noble, qui ont fait de la lecture électronique une activité pratique, confortable et relativement peu onéreuse.

Selon les données de l'Association des Éditeurs Américains, leurs ventes représentaient environ 0,5% de toutes les ventes de livres aux États-Unis en 2008 et 1,3% un an plus tard. [1] Actuellement, même s'ils ne représentent qu'une infime fraction des ventes de livres, ils sont en progression.

En fait, entre 2002 et 2009, les ventes de livres numériques ont affiché un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 71%, soit le plus élevé de toutes les catégories de livres. (En comparaison et pour la même période, le CAGR des livres reliés pour adultes était de 1,3%, et celui des livres de poche adultes de 2,6%.)

À mesure que les pratiques culturelles, au sens large, leur vouent un intérêt et une préférence croissants, les livres numériques gagnent du terrain dans les bibliothèques scolaires.
Quand ils élaborent leur politique d'acquisition, les bibliothécaires prennent en compte tous les supports, tous les formats et la façon dont tout cela s'intègre aux collections et répond aux besoins des usagers, des enseignants et des programmes. Mais il faut également que cela soit en adéquation avec leurs budgets. Or les livres numériques répondent à de très nombreux besoins des usagers des bibliothèques et apportent des solutions à certains des problèmes qui se posent aux bibliothécaires : ils ne s'usent pas, ne s'abîment pas, n'ont pas besoin d'être remplacés, et ne se perdent pas facilement. Ils n'induisent pas de stockage physique, or de  nombreuses bibliothèques sont à court d'espace.
Cependant, un de leurs inconvénients, et en fait un des facteurs qui en a globalement retardé l'adoption par la population acheteuse de livres, c'est la surabondance des formats incompatibles entre eux et des modèles (DRM) de gestion des droits numériques souvent draconiens.

Les bibliothèques scolaires ont des préoccupations spécifiques qui les distinguent des autres acheteurs et utilisateurs de livres numériques. Il y a en particulier le fait qu'elles ont des budgets serrés et qu'en même temps elles doivent répondre aux besoins de populations variées. C'est pourquoi ce peut être un véritable défi pour elles que de mettre des collections de livres numériques à disposition de tous les utilisateurs qui le souhaitent.

Comme l'a montré notre enquête, les middle schools [2] semblent être les plus réceptives aux livres numériques, et leurs élèves les plus susceptibles de posséder des lecteurs et d'être demandeurs d'ebooks.
Par ailleurs, les bibliothèques de ces middle schools déclarent qu'elles s'attendent à une forte augmentation de la diffusion des livres numériques.

Les données qui suivent proviennent de 697 bibliothèques  scolaires américaines : 71% d'écoles élémentaires, 14% de middle schools [3] et 15% de high schools. [4]

Collections de livres numériques

Actuellement, seulement un tiers des bibliothèques scolaires (33%) déclare proposer des livres numériques à ses utilisateurs. Ce pourcentage s'accroît avec le niveau d'étude : dans les faits, deux tiers des bibliothèques des high schools disent avoir une offre réelle, contre seulement un quart des écoles élémentaires. C'est peut-être une question de budget puisque les bibliothèques des high schools ont généralement des budgets d'acquisition plus élevés.

Quand les bibliothèques scolaires proposent des livres numériques, en moyenne, elles ont acquis ou sont abonnées à une cinquantaine de livres (valeur moyenne 49,4 ; valeur médiane 32,0) La taille de ces collections augmente proportionnellement avec le niveau d'étude, depuis l'élémentaire jusqu'aux high schools.

« La génération Z est celle des apprentis numériques et je souhaiterais mieux satisfaire leurs besoins et en même temps leur proposer une alternative séduisante au livre imprimé »

Quant aux 67% des bibliothèques scolaires qui pour le moment n'ont pas d'offre de livres numériques, 25% d'entre elles ont le projet d'y remédier dans les douze mois à venir. Un tiers (34%) dit ne pas en avoir actuellement le projet, et les écoles élémentaires sont probablement les moins prêtes, aujourd'hui à en proposer.

Nous avons un projet d'offre de livres numériques...
Dans les 12 prochains mois 25,00%
D'ici 1 à 2 ans 28,00%
Pas avant 2 ans 14,00%
Nous n'avons pas de projet 34,00%

Les 34% qui disent ne pas avoir de projet d'offre en ce sens pourraient finir par changer d'avis car la demande des utilisateurs augmente, même s'il y a un segment du marché global des bibliothèques qui n'a encore pas eu la moindre demande pour ce type de produit. La préférence pour le livre numérique n'est pas universelle (en fait il ne représente actuellement que 1,3% de toutes les ventes de livres). Il est même possible – si l'on s'en tient strictement aux nombreux commentaires que nous avons reçus des bibliothèques interrogées - que l'enthousiasme que les bibliothèques et les utilisateurs leur manifeste actuellement diminue, essentiellement à cause des difficultés inhérentes aux formats incompatibles, au manque d'ergonomie, aux coûts élevés, au manque de suivi technique et de service après-vente.

Quand nous nous sommes renseignés sur les premières motivations d'achats de livres numériques, plus de la moitié (55%) des bibliothèques scolaires a cité 'des utilisations programmées' basées sur des indicateurs actuels d'usage, et tout de suite après des 'demandes officielles' (51%).

Dans un futur proche, la majorité des bibliothèques interrogées (65%) pense que la diffusion des livres numériques va augmenter l'année prochaine par rapport à cette année (2011), contre 34% d'entre elles qui pensent qu'elle va rester stable et seulement 1% qui s'attend à une décroissance. Globalement, on estime que la diffusion des livres numériques va s'accroître d'environ 26% l'année prochaine (2011).

Lecteurs de livres numériques et formats

En général, la plupart des usagers des bibliothèques lisent les livres numériques sur les ordinateurs des bibliothèques, et tout de suite après sur ordinateurs personnels et portables. Neuf pour cent des bibliothèques interrogées 'ne savent pas' sur quel type de matériel leurs utilisateurs lisent les livres numériques.
Les smartphones, auxquels cette étude ne s'adresse pas spécifiquement, vont être utilisés de plus en plus dans les écoles, maintenant que la toute récente application E-rate [5] en encourage l'utilisation.

Matériel(s) sur lesquels les utilisateurs des bibliothèques lisent le plus fréquemment les livres numériques ...
Ordinateurs de la bibliothèque 72,00%
Ordinateur portable personnel/ Ordinateur personnel / Netbook (mini portable) 52,00%
Autres matériels portables 13,00%
Lecteurs dédiés livres numériques 9,00%
Ne sait pas 9,00%
Autres 6,00%

En ce qui concerne les formats des livres numériques, le grand favori est le HTML (36%), ce qui laisse à penser que l'offre des bibliothèques est de type Web based (hébergée sur le Web). Le quasi omniprésent format PDF remporte quant à lui 23% des suffrages ; à un moment donné, on a espéré que le PDF serait de facto le format standard pour les livres numériques – et peut-être que jusqu'à un certain point, il l'est. Cependant, 39% des bibliothèques interrogées disent "ne pas encore savoir (quel sera le format), car le livre numérique n'est pas encore entré dans les moeurs"

Format(s) préféré(s) de livres numériques...
Ne sait pas encore, car les livres numériques ne sont pas encore entrés dans les moeurs 39,00%
Plein texte HTML 36,00%
PDF 23,00%
Optimisé(s) pour les outils de lecture numérique 14,00%
ePub 7,00%
Optimisé(s) pour les autres matériels mobiles 6,00%
Autres 11,00%

Les utilisateurs, les bibliothèques et même les éditeurs attendent impatiemment un standard unique. Chaque fabricant propose son propre format propriétaire, optimisé pour son lecteur particulier, avec son propre schéma de gestion des droits (DRM). Jusqu'à ce que le marché ne se tasse et qu'un 'gagnant' clair n'émerge, les éditeurs et les bibliothèques devront proposer des titres dans tous les formats, sinon ils risquent d'aliéner les utilisateurs qui ne pourront pas trouver les titres qu'ils veulent sur leurs matériels préférés.

De la même façon, la compétition VHS vs Beta des années 80 a obligé les magasins de location à stocker les deux formats jusqu'à ce que Beta ne capitule (ce qui à finalement donné naissance aux DVDs).

« Actuellement nous n'utilisons que des livres numériques accessibles via des navigateurs web et non pas des navigateurs liés à des lecteurs spécifiques de livres numériques. »

Prêt de lecteurs numériques

Nous avons également demandé si les bibliothèques prêtaient du matériel de lecture numérique. La grande majorité d'entre elles ne le fait pas; 58 % de toutes les bibliothèques scolaires ne prêtent pas de lecteurs pré-chargés (seulement 6% le font), mais 36% d'entre elles l'envisagent. Bien sûr, les coûts constituent un obstacle majeur : il n'y a pas que le coût initial d'achat du matériel, il y a les mises à jour, et aussi la nécessité de payer et de remplacer les lecteurs cassés, perdus ou volés.
Il est tout à fait probable que les bibliothécaires attendent avec impatience la standardisation du matériel avant de se jeter à l'eau.
Enfin, quand les bibliothèques prêtent des lecteurs numériques, elles proposent le plus souvent le Kindle d'Amazon.

Licence d'utilisation et durée d'accessibilité

C'est le vendeur qui, typiquement, détermine les licences d'usage et différents vendeurs ont des contrats différents, c'est la raison pour laquelle 40% des bibliothèques scolaires disent que leurs licences permettent uniquement 'l'utilisation d'un seul livre numérique à la fois', 35% disent qu'elles ont 'des accès illimités et simultanés' alors que 23% déclarent avoir 'les deux'.

Modèles de licences d'usage de livres numériques

Modèles de licences d'usage de livres numériques
Accès à un seul livre numérique à la fois 40,00%
Accès illimités et utilisations simultanés 35,00%
Les deux 23,00%
Autres 2,0

La durée d'accessibilité aux livres numériques est en moyenne d'une à deux semaines. Quatorze pour cent des bibliothèques interrogées autorisent l'utilisateur à déterminer la durée de l'accessibilité, probablement parce que la bibliothèque (ou plus exactement le vendeur) limite le nombre de livres numériques accessibles simultanément.

Catégories de livres numériques

Parmi les collections de livres numériques actuellement présents dans les bibliothèques scolaires, la fiction pour enfants représente 51% et les documentaires enfants 39%. Quarante deux pour cent des bibliothèques scolaires ont opté pour les usuels, ouvrages de référence (hors prêt). Actuellement, treize pour cent des bibliothèques scolaires ne prêtent pas leurs livres numériques, et ne proposent que des références de titres hors prêt. Naturellement, c'est dans les écoles élémentaires que l'on a le  plus de chance de trouver de la fiction et de la non fiction en prêt, alors que les high schools  mettent l'accent sur les usuels, les ouvrages de référence. Les middle schools, logiquement, sont entre les deux et proposent un mélange.

Catégories de livres numériques dans les médiathèques et les bibliothèques...
Fiction enfants 51,00%
Ouvrages de référence, usuels (hors prêt) 42,00%
Non fiction, documentaires enfants 39,00%
Albums enfants 34,00%
Non fiction, documentaires jeunes adultes 24,00%
Fiction jeunes adultes 23,00%
Non fiction, Documentaires adultes 10,00%
Fiction adultes 8,00%
Bestsellers 3,00%
Autres 6,00%
Ouvrages de référence hors prêt SEULEMENT 13,00%

Notes de bas de page

[1] Association of American Publishers 2009 S1 Report: Estimated Book Publishing Industry Net Sales 2002–2009,  Management Practice, publishers.org/main/IndustryStats/indStats_02.htm
[2] NDLT : les middle school sont à peu près l'équivalent des collèges français
[3] NDLT middle/junior high : expressions équivalentes
[4] NDLT : middle schools, équivalent des collèges français ; high schools, équivalents des lycées français
[5] E-Rate : www.alltelsolutions.com/solutions/alltel_erate_program.html

Recherche avancée