Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

Les principaux enjeux de cette loi organique relative aux lois de finance

Intervention de M. Migné, gestionnaire d'établissement scolaire (Aquitaine).

Ouvre ce lien externe dans une nouvelle fenêtreEcouter l'intervention (2006) [durée 34 min]
Voir le tableau Budget de l'EPLE [pdf]

Des témoignages de professeurs-documentalistes (2008)

  • La LOLF n'a pas apporté de grands changements dans la stricte gestion de mon C.D.I.. Tout au plus quelques aménagements dans l'élaboration d'animations culturelles : le gestionnaire recevant une enveloppe globale, le poids du changement est surtout pour lui (Nous avons été collège pilote pour la LOLF). Anne-Marie FEYDEL, Collège Pierre Fanlac, 24170 Belves
  • Franchement, DANS LES FAITS ET LES PRATIQUES, cela n'a pas changé grand-chose, je dirais seulement que la négociation budget/CDI est un peu plus "serrée": "hiérar- chiser" les demandes et les argumenter, en fonction des activités (projet) et partenaires du CDI, des secteurs éventuellement "faibles" du fonds. Bien cordialement. François Vinot
  • Je n'ai pas encore un avis tranché sur la question. Des aspects positifs : on peut plus facilement passer d'une ligne budgétaire à une autre mais d'un autre côté, il faut faire une DBM qui doit être votée au CA, donc devoir attendre le CA suivant (plusieurs mois parfois). Le risque aussi que des lignes budgétaires soient trop alimentées par rapport à d'autres (budget de fonctionnement/pédagogie) : mais finalement, c'est plus une question de répartition des crédits dont il faut débattre en CA qu'une conséquence directe de la LOLF. Un point très négatif : les crédits ouverts pour les manuels scolaires : il ne peut pas y avoir de rallonge alors que c'est un secteur qui reste très aléatoire (nombre d'élèves varie d'une année sur l'autre notamment en nombre de section. Ex: 2005 : 4 classes de 5e ; 3 classes de 4e / 2006 : 3 classes de 5e mais 4 classes de 4e : ça ne change pas le nombre d'élèves mais celui des manuels oui ; et dans ce cas, le rectorat ne veut rien savoir ...). Par rapport au budget du CDI et au fonctionnement des commandes, pas de changement. Voilà pour ma modeste contribution Bon courage et à une prochaine fois. Myriam Queheillard
  • Un mot rapide concernant la LOLF. Je ressens une rigueur du service d'intendance . Tous les achats sont répartis dans des comptes et sous-comptes précis et non plus globalement dans le compte documentation ou bibliothèque élèves. Et ces comptes et sous-comptes doivent ête prévus. De même sur les projets, il faut prévoir. Adieu l'opportunité.  Annie CDI [Lp.JGarnier.Morcenx.CDI@ac-bordeaux.fr]
  • La lolf a pour principale conséquence l'obligation pour les documentalistes et enseignants de formaliser tous les projets, puisque l'enveloppe globale est répartie dans les établissements après vote au CA. De plus, j'ai pu constater que les collectivités locales (conseil général notamment)attribuait des subventions en fonction de celles de la lolf (à Tarnos, l'année dernière, les projets que j'ai coordonnés ont obtenu une subvention équivalente à celle que l'établissement avait attribué dans le cadre de la LOLF). Après tout dépend des relations documentaliste/chef d'établissement/gestionnaire mais je crois qu'aujourd'hui les documentalistes ne peuvent faire l'impasse d'une implication en matière budgétaire.  Anne
Recherche avancée