Vous êtes ici :

Circulaire n° 77-070 du 17 février 1977

  • Google+
  • Imprimer

Texte abrogé ou tombé en désuétude

Fonctions des responsables de centres de documentation et d'information (CDI) des établissements d'enseignement du second degré.

Circulaire n° 77-070 du 17 février 1977
(Personnels enseignants de lycées : service de la Réglementation et de la Gestion)
Texte adressé aux Recteurs et aux Inspecteurs d'Académie.

BO n° 7, 24 février 1977

Le développement et l'importance croissante des centres de documentation et d'information dans les établissements du second degré justifient que soient définies maintenant les fonctions de leurs responsables.

Le documentaliste bibliothécaire, au même titre que ses collègues enseignants, est membre à part entière de la communauté éducative que constitue un établissement scolaire. Quelles que soient les formes que prend son action, il contribue toujours, soit indirectement, soit directement, à la formation des élèves : sa fonction est donc d'ordre essentiellement pédagogique.

Cette finalité pédagogique se retrouve, à des degrés divers, dans les différents aspects de cette fonction qu'ils soient techniques, qu'ils aient trait à l'accueil et l'information, aux relations extérieures, aux loisirs, à l'information scolaire et professionnelle et naturellement à l'animation pédagogique.

ASPECT TECHNIQUE DE LA FONCTION

Le documentaliste bibliothécaire est un spécialiste :

  • de la recherche, de l'élaboration et de l'exploitation de la documentation ;
  • de l'audiovisuel ;
  • de la communication.

La finalité pédagogique de ces aspects techniques est à la fois indirecte et directe.

D'une part, les connaissances techniques du documentaliste bibliothécaire en ces domaines servent à faire du CDI et des ressources qu'il contient un instrument de travail aussi efficace que possible, à la disposition de tous, professeurs et élèves.

D'autre part et surtout, il transmet ces techniques aux utilisateurs, initiant les élèves (et éventuellement les professeurs) à leur maniement.

Cette orientation pédagogique n'est pas conciliable avec l'emploi systématique du documentaliste bibliothécaire à des tâches de secrétariat ou à d'autres travaux purement matériels : réparation d'appareil ou toute autre fonction exclusivement technique.

ACCUEIL ET INFORMATION

Le CDI étant un lieu privilégié de rencontre et le documentaliste bibliothécaire, de par sa fonction, étant en rapport avec l'ensemble des partenaires qui constituent la communauté éducative, il lui revient :

  • D'une part de contribuer à l'accueil des nouveaux membres de cette communauté, professeurs et élèves :
    • en collaborant à la publication du carnet d'accueil, du bulletin de rentrée, de feuilles d'information, éventuellement à la réalisation, en liaison avec professeurs et élèves, et à la présentation d'un diaporama ;
    • par l'organisation en début d'année, à l'intention des personnels et des élèves, de visites systématiques du CDI, avec initiation à son fonctionnement et aux principes du rangement et du classement des documents.
  • D'autre part et plus généralement, tout au long de l'année, de faciliter la diffusion, à l'intérieur de l'établissement, de l'information administrative, pédagogique, culturelle parue notamment dans le Bulletin officiel, tant en direction des élèves que des professeurs.

Cet aspect de sa fonction suppose évidemment que le documentaliste bibliothécaire soit lui-même parfaitement informé de la vie de l'établissement et qu'il soit donc associé, sous une forme ou sous une autre, aux différentes instances qui la régissent.

ASPECT RELATIONS EXTÉRIEURES

Il appartient au documentaliste bibliothécaire de tenir l'inventaire des ressources qu'offre la région sur le plan culturel, professionnel, des loisirs, etc., ainsi que, plus généralement, de toutes sources d'information, afin d'être toujours en mesure de savoir, s'il n'en dispose pas lui-même, où s'adresser pour obtenir de la documentation spécialisée, ainsi que pour organiser des visites ou des stages dans les entreprises, des sorties culturelles, pour obtenir des conférenciers, etc.

Il va de soi qu'il ne revient pas nécessairement ni toujours au documentaliste bibliothécaire d'organiser, ou d'organiser seul, les activités que rendent possibles ces informations. Mais c'est auprès de lui que l'on trouve les renseignements, les conseils et les introductions permettant de les organiser.

Il va de soi également que le documentaliste bibliothécaire peut difficilement, à lui seul, réunir cette masse d'informations : il ne peut s'agir que d'une tâche collective, réalisée notamment avec le concours des C.R.D.P. et C.D.D.P. et en liaison avec les autres CDI de la région.

La finalité pédagogique de cet aspect de la fonction qui tend à faciliter la nécessaire ouverture vers l'extérieur de nos établissements scolaires, pour être indirecte, n'en est pas moins évidente.

ASPECT LOISIRS

Il est normal et souhaitable que la bibliothèque du CDI ne soit pas seulement un instrument de travail, mais regroupe également les ouvrages et revues de détente et de distraction, ne serait-ce que pour inciter les élèves à sa fréquentation.

Le documentaliste bibliothécaire devant veiller à la bonne composition de cette section de la bibliothèque, son rôle pédagogique consiste ici à conseiller et guider les élèves, notamment les plus jeunes, dans le choix de leurs lectures.

D'autre part, si le CDI ne doit en aucune façon être confondu avec le foyer socio-éducatif, il peut servir de support, du fait de ses ressources, à l'activité de certains clubs (clubs de lecture, clubs presse, etc.) le documentaliste bibliothécaire pouvant alors, sans que cela constitue une obligation pour lui, apporter à ces activités le concours de sa compétence technique.

Enfin, il appartient au documentaliste bibliothécaire de signaler les manifestations artistiques et culturelles qui ont lieu dans la région, et d'apporter son concours pour l'organisation des sorties liées à ces manifestations.

ASPECT INFORMATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE

Le documentaliste bibliothécaire fait partie de l'équipe d'animation que la circulaire n° 71-194 du 8 juin 1971 sur l'information scolaire et professionnelle demandait au chef d'établissement de constituer autour de lui, afin "d'assurer directement certaines tâches d'information au plan de l'établissement, de susciter divers concours souhaitables et de favoriser la coordination des actions mises en œuvre".

Il s'agit là d'une participation à une tache collective d'animation, qui doit concerner l'ensemble de la communauté éducative.

Il ne saurait en revanche être question qu'il soit demandé au documentaliste bibliothécaire de sortir de sa compétence propre, et d'assumer lui-même des tâches spécifiques d'information et d'orientation professionnelles, auxquelles il n'est pas préparé, et pour lesquelles il ne peut prétendre se substituer aux spécialistes que sont, notamment, les conseillers d'orientation.

Toutefois, il peut lui être demandé d'utiliser les techniques qu'il possède pour préparer et, éventuellement prolonger, sur le plan de la documentation, l'intervention des spécialistes : à cette fin, notamment, il classe et présente, soit dans la salle d'auto-documentation lorsqu'elle existe, soit dans un coin de la salle de documentation spécialement aménagée à cet effet, la documentation pouvant servir à l'auto-information des élèves et de leurs parents (fiches documentaires, brochures, publications de l'O.N.I.S.E.P., etc.).

Il va de soi qu'un tel type d'action, même limité, suppose qu'il travaille en étroite liaison avec les spécialistes.

ASPECT ANIMATION PÉDAGOGIQUE

Les aspects de la fonction précédemment définis ont tous une finalité pédagogique, en ce sens qu'ils concourent à la formation des élèves et requièrent une action personnelle du documentaliste bibliothécaire auprès de ceux-ci, mais dans des domaines qui ne relèvent pas directement de l'enseignement au sens traditionnel du terme.

Le dernier aspect en revanche, à divers égards le plus important, est lié directement à l'activité d'enseignement et confère au documentaliste bibliothécaire un rôle pédagogique proprement dit. Il suppose que le documentaliste bibliothécaire travaille en étroite liaison avec les professeurs, et peut se jouer à plusieurs niveaux :

  • Le documentaliste bibliothécaire collabore avec l'enseignant ou les équipes d'enseignants pour la préparation d'un cours fondé ou appuyé sur les documents ; en fonction de la documentation et des moyens dont il dispose ou qu'il sait pouvoir se procurer, il suggère les orientations et les exploitations possibles.
  • Le documentaliste bibliothécaire collabore avec l'enseignant ou les équipes d'enseignants pour l'exploitation, par les élèves, des documents qui leur ont été fournis, soit que le professeur ou l'équipe de professeurs l'invite à venir dans la classe, soit que la classe vienne travailler au CDI avec son ou ses professeurs et le documentaliste bibliothécaire.
  • Le documentaliste bibliothécaire exerce une action pédagogique directe auprès des élèves pour leur enseigner les méthodes de recherche du document et du travail sur document, soit, individuellement ou en petits groupes, à l'occasion des travaux qu'ils viennent faire au CDI (préparation d'exposés, travail indépendant, etc.) soit, en groupe classe, dans le cadre horaire d'une discipline, en collaboration avec le professeur.

L'intérêt certain que suscitent les CDI confirme la mission du documentaliste bibliothécaire au sein de la communauté scolaire. Accompagnant et prolongeant le rôle de l'enseignant, il favorise une organisation de la vie scolaire plus souple, suscite des contacts à l'intérieur et à l'extérieur de l'établissement et facilite ainsi des relations plus ouvertes où l'élève se sent à la fois plus libre et plus responsable de son travail.

Recherche avancée