La traduction

par Anne Lehmans, ESPE Bordeaux,
[mai 2016]

Mots clés : technique de la traduction

  • Google+
  • Imprimer

Ce dossier a été coordonné par Réseau Canopé - Bordeaux pour Savoirs CDI.

Anne Lehmans est docteur en sciences politique, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université de Bordeaux, ESPE d'Aquitaine.

Chacun cherche à communiquer et en découvre les difficultés croissantes. Dans la communication, on recherche le même, mais on finit par négocier avec l'autre : informer n'est plus communiquer… Informer, c'est construire et transmettre. Communiquer, c'est recevoir et négocier.

Dominique Wolton Indiscipliné. La communication, les Hommes et la politique. Odile Jacob, 2012

À noter

Ce dossier est disponible dans les formats epub et mobi.

L'insistance de Dominique Wolton pour différencier l'information de la communication et mettre l'accent sur l'ardente nécessité de rencontrer l'autre, en passant éventuellement par la recherche du même, est particulièrement adaptée à la question de la traduction et de sa place dans le paysage littéraire et éducatif contemporain. La traduction désigne le fait de transposer un texte d'une langue dans une autre. On distingue les traductions techniques des traductions littéraires, qui retiennent notre attention ici. Une traduction littéraire nécessite en effet un travail de transposition qui oscille entre le respect du texte d'origine et la qualité de la langue d'arrivée. Pour cette raison, le traducteur est considéré comme un auteur à part entière, et de grands auteurs ont été également des traducteurs, comme Mallarmé et Baudelaire pour Edgar Allan Poe, passeurs de culture, médiateurs d'imaginaires.

La problématique de la traduction se pose dés les premiers écrits dans l'histoire des civilisations. Dans le monde judéo-chrétien, où « au commencement était le Verbe (…) » (Prologue de l'évangile selon Jean), l'incarnation de l'impératif de communication s'impose comme fondamental dans la Bible. Mais l'expression même que nous connaissons est le résultat d'une traduction de l'hébreu au grec et au latin dans un processus de sélection, de transposition et d'interprétation qui transforme les figures de style et gomme le contexte. Dans la mythologie religieuse encore, Babel est à l'origine de la diversité des langues et de l'incompréhension entre les hommes, au départ unis dans une langue commune. Cette image de la diversité, qui appelle des efforts de communication, s'est projetée sur celle de la Bibliothèque : chez Borges ou Eco, Babel imprime le principe de la diversité dans l'architecture de la bibliothèque et dans la composition du livre. Babel symbolise la confusion, le conflit né du brassage et de la différence, mais aussi « le premier repère sur les voies de la communication et de la création [1]”. La question de la traduction est essentielle, autant pour le bibliothécaire que pour l'enseignant, elle est incontournable pour le professeur documentaliste. Ce dossier propose quelques pistes de réflexion et d'actions autour de la traduction.

Plan du dossier

Notes de bas de page

[1] Dauphiné, J. Le mythe de Babel, Babel [En ligne], 1/1996, mis en ligne le 24 mai 2013, //babel.revues.org/3088 

Recherche avancée