Vous êtes ici :

Mise en place d'une page Facebook pour promouvoir les actions culturelles locales à destination des adolescents

Par CRDP de Bordeaux,
[août 2011]

Mots clés : réseau social

  • Google+
  • Imprimer

Entretien avec Anne Sandoval, enseignante-documentaliste au collège Jules-Ferry de Mérignac.

Pourquoi vouloir créer une page Facebook pour promouvoir les activités culturelles locales? Quels sont les objectifs généraux de l’activité pédagogique ?

Les actions culturelles à l'attention des adolescents de la ville de Mérignac sont méconnues des collégiens.  Pour  promouvoir ces actions culturelles, il a été jugé opportun  de travailler sur un outil de communication très utilisé des jeunes.  Même si en général  ils connaissent la structure, ils ne sont pas forcément informés  de ce que la structure propose (désintérêt ou problème de communication des structures). De plus, il y a, de ma part, un intérêt professionnel à collaborer avec les structures culturelles de la ville de Mérignac : nouveau souffle à mon travail ainsi que l'intégration d'un public nouveau venant essentiellement du quartier de Beaudésert peu familier des activités culturelles proposées hors de leur quartier (une centaine d'élèves du collège Langevin qui a fermé ses portes en juin 2010), Il fallait donc intégrer ces élèves et pour ce faire il était important de nouer des relations avec les associations de quartiers.

Objectifs :

  • développer le partenariat avec les associations de quartier et des associations (loi 1901) qui ont travaillé avec le collège (ou en cours) ;
  • diffuser l'information culturelle pour les adolescents, aux adolescents ;
  • intégrer les collégiens dans un projet de citoyenneté (cf. socle commun ) : apprendre à utiliser des outils numériques en respectant le droit à l'image et le droit d'auteur (demande auprès de toutes les structures l'autorisation d'utiliser leur logo, leurs écrits). On peut également parler de citoyenneté car le groupe d'élèves effectue un travail pour la communauté.
  • Associer les adolescents de troisième (notamment ceux qui sont arrivés cette année) dans un projet qui a lieu au CDI, lieu privilégié de médiation et de veille culturelle.

Qui est le responsable de cette page ?

Le chef d'établissement a donné son accord,  c'est lui qui est responsable de la page. Au niveau de l'approvisionnement de la  page les responsables sont les élèves et moi. En cas de commentaires répréhensibles, il existe la possibilité de supprimer la fonction commentaire et de signaler des ces contenus. Toutefois, il n'est pas possible de mettre en place une modération, semblable aux blogs, sur facebook. Il s'agit d'être vigilant par rapport aux commentaires (qui ne peuvent pas être anonymes).

Pourquoi le choix de FB ? quels sont les avantages de FB par rapport à un autre outil, par ex un blog ?

Il faut partir de ce que dit le public visé, ici les adolescents entre 14 et 16 ans.   Il est intéressant d’utiliser un outil connu des élèves et qu’ils utilisent très régulièrement. Cela permettra de les impliquer davantage et d’utiliser leurs compétences dans la maîtrise de l’outil.
Le groupe d'élève  a été intégré dans toutes les étapes menant à la création de l'outil et  leurs réflexions ont nourri progressivement  l'avancée du travail. Il y a constamment interaction entre l'adulte et les adolescents du groupe de travail. Entre ces derniers et leurs camarades à qui ils ont posé des questions sur leurs pratiques de facebook et sur leurs activités culturelles à Mérignac. Des échanges ont eu lieu également avec les élèves  qui venaient directement voir la documentaliste pour proposer des idées.
Rapidement un consensus autour de Facebook  s'est imposé. C'est l'outil le plus utilisé et le groupe ne voyait pas l'utilité d'utiliser twitter (« on verra plus tard ») ou un blog (« c'est compliqué », « c'est long »).

Qui sont les élèves avec qui vous travaillez ? Y a-t-il des rencontres régulières pour alimenter la page ?

Deux classes de troisième ont une heure de permanence le vendredi de 15h à 16h. Il a été décidé en concertation avec la vie scolaire et le professeur documentaliste, d'utiliser ce créneau pour proposer aux élèves des animations autour de la santé et de la citoyenneté. En février, dix élèves ont accepté de travailler autour d'un outil de communication des actions culturelles pour les adolescents de Mérignac. Ils alimentent la page le vendredi et de chez eux après répartition des structures à suivre (répartition déterminée préalablement). Pour chaque structure, ils doivent vérifier la boite aux lettres mail de la page et aller sur le site de la structure lorsqu'il existe.

Les élèves étaient-ils déjà des familiers de FB ?

Résultats d’un questionnaire posé à 50 élèves de troisième et 20 de seconde pro et générale : 97% sont inscrit sur FB.

Quel est le rôle du professeur-documentaliste ?

Dans un premier temps, le rôle du professeur documentaliste a été de former à utilisation de facebook, moins dans l'aspect technique que dans l'aspect législatif (respect de la loi française, respect moral, respect des conditions d'utilisation de ce réseau).Il y a eu l'intervention d'un animateur du bureau Information jeunesse spécialiste des questions d'ordre juridique autour des réseaux sociaux.
Même si les élèves connaissent bien l'outil, ils ne maitrisent pas suffisamment ce service notamment l'aspect législatif et les 2 principes essentiels pour s'inscrire : une personne ne peut posséder qu'un compte et un compte doit être ouvert par une personne physique. Ils ont ensuite remarqué que la publicité sur facebook était payante (rubrique aide de Facebook) Ils ont par la suite découvert l'ampleur de ce réseau social en terme de surveillance et d'utilisation des données personnelles car rapidement des propositions d'amis ont été faites par facebook à partir de la page Mérignac mouv'. Il paraît intéressant de développer un travail sur l'identité numérique l'année prochaine avec le nouveau groupe d'élève responsable de la page,
Après avoir fait ces mises au point, le rôle de la documentaliste est celui de coordonnatrice. Rien sur la page n’indique son rôle car il s'agit d'un projet qui doit dépasser le cadre du CDI et du collège à l'origine du projet. C'est un outil fédérateur qui est à destination de l'ensemble des adolescents de Mérignac, il ne fallait pas qu'il soit identifié à un collège X.

Quelles ont été les étapes de la mise en oeuvre de la page Facebook?

1. Création d’un compte nominatif dédié à ce projet afin d'éviter toute interférence avec les comptes personnels des participants.
2. Création d’une une page fan « activités culturelles » à partir de ce compte (il faut aimer la page, mais il n'y a pas de relation d'amitié et donc pas d'intrusion dans les profils des personnes qui aiment la page). En outre ces pages sont consultables  sans être inscrits à Facebook. Cela permettra de montrer la page à des enseignants ou des parents n'étant pas inscrits. Facebook propose un suivi statistique hebdomadaire. Dans un premier temps les commentaires sont ouverts. La possibilité de fermer les commentaires sera envisagée en cas de débordements.
3. Création d’une adresse mail propre à la page ; cela permet au collectif d'avoir l'identifiant et le mot de passe.
4. Sélection des structures suivies. Compte tenu du taux de fréquentation des MJC et centre sociaux et culturel par les adolescents jusqu'à 15/ 16 ans (41,7 % fréquentent un centre social ou une MJC), il a été décidé de suivre ces 11 structures. Il semble indispensable d'intégrer le cinéma et le conservatoire dans les structures suivies, en raison de la renommée de ces lieux (deux des élèves fréquentent le conservatoire et expliquaient qu'il y avait souvent des spectacles d'élèves dans plusieurs endroits de Mérignac et gratuit en général). L'atelier 53, la compagnie théâtrale Le rat bleu et l'association effort2conscience et le « satellite » de cap science  ont été retenu car ces structures ont travaillé avec le collège référent. Toutes les structures ont été contactés afin de leur expliquer le principe de cette page,  de réfléchir sur la diffusion de l'information et de leur demander l'autorisation pour utiliser leur logo. Elles ont toutes accueilli favorablement notre proposition étant toujours à l'affut de nouveaux moyens de communication.
5. Création d’un logo reprenant les logos des structures
6. Choix d’un nom pour la page par un vote de toutes les classes de troisième pour attribuer un nom à cette page fan. 7 noms issus du questionnaire et des propositions du groupe ont été soumis au vote  en fin d'une heure de cours avec l'aide  de professeur disciplinaire
7. Mise à jour de la page assurée par des élèves pour un laps de temps donné. L es élèves administrateurs de la page auront les identifiants ainsi que le mot de passe. Ce dernier sera changé entre chaque passation de responsables par le coordonnateur.
Dans la mesure du possible les élèves ont décidé de diffuser une information par jour. Une même information fait l'objet de 2 diffusions : une première, au moins une semaine avant l'évènement et une seconde dans la semaine de l'évènement. En cas de manque  de manifestations à annoncer, des vidéos sur d'autres actions seront mises en ligne sur la page.
Le 1 mars la page est lancée avec le programme du café théâtre l'atelier 53. Le collectif des élèves informe via leur facebook de l'existence de la page. L'information est aussi donnée oralement aux élèves du collège.
Parallèlement des affiches ont été réalisées par des élèves pour annoncer l'existence de cette page et distribuées à toutes les structures (envoi mail mais également affiche papier apportée par les élèves ou la documentaliste.)

Comment envisagez-vous l'évaluation de ce projet ?

  • Bilan avec le groupe
  • nombre de « j'aime »
  • Évaluation par les structures en terme de fréquentation, mais ce sont des données extrêmement difficile à mesurer
  • retours des élèves 
Recherche avancée