Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

Les multiples interventions des professeurs documentalistes ont mis en évidence certaines difficultés, parfois connues mais à surmonter, parfois inattendues chez des jeunes que l'on penserait peut-être un peu vite habitués à circuler sur le net. Ces difficultés peuvent être décourageantes, elles expliquent peut-être, en partie au moins, les marques de non-motivation de certains élèves.

Avant l'écriture : la lecture

Les problèmes d'appropriation de l'information et de restitution peuvent être liés à des difficultés de lecture : comment viser l'autonomie, c'est-à-dire guider en donnant les clés ?

1 - Apprendre à repérer la structure d'un site

Dans le cadre de l'accompagnement personnalisé « Méthodologie et orientation », les élèves sont invités à effectuer une recherche sur le métier de leur choix sur le site de l'ONISEP et à en faire une présentation orale avec l'appui de leurs notes. Beaucoup se heurtent à des difficultés de lecture à l'écran, ils ne repèrent pas les différents onglets (Le métier, où l'exercer ? Carrière et salaire, etc.). Opens external link in new windowVoir une page

Le professeur documentaliste leur propose la même tâche sur papier après avoir imprimé la page : les onglets sont alors remplacés par un jeu de titres et de sous-titres. Les élèves mènent leur lecture, surligneur en main. [voir le document]

L'activité est à nouveau proposée en lecture sur le site, mais le professeur documentaliste propose un support d'aide qui reprend les onglets, une grille vide [voir la grille]. Il évite donc une partie du repérage aux élèves.
L'une de ses collègues du département procède autrement : elle propose un guide de lecture [voir le guide] certes, mais un guide de prise de repères sur le site, prise de repères qui servira à chacune des visite sur le site de l'ONISEP et initie plus largement au fonctionnement des sites web.
On peut noter que ce travail de repérage de l'architecture de surface au moment de la lecture pourrait être réutilisé au moment des phases d'écriture par les élèves.

2 - Apprendre à repérer la structure, même cachée, d'un texte compact

Les élèves effectuent une recherche sur la religion gauloise avec un questionnaire-support pour les aider. En passant par le portail e-sidoc de leur lycée, ils découvrent deux sites répondant à leur attente. Opens external link in new windowL'un de ces sites, réalisé par un enseignant, propose une iconographie abondante et se présente sous forme de tableaux et de tirets. Il est assez intuitif, avec de nombreux titres en gras. L'œil du lecteur est guidé pour aller vite.

Opens external link in new windowLe second, réalisé par un chercheur du CNRS, se présente tout autrement, il est compact, sans intertitres. Les informations arrivent de façon linéaire. Les élèves ont été dérangés par cette présentation peu habituelle pour eux. Ils ont dû faire preuve de plus de concentration ; de plus, les questions posées ne portaient pas sur le début du texte mais sur le milieu. Les connecteurs logiques sont ici bien présents et n'ont apparemment pas posés de difficultés aux élèves qui comprenaient pour la plupart la hiérarchisation de l'information ; par contre le temps demandé pour décrypter l'information, l'effort demandé a parfois décontenancé certains élèves qui ont « laissé tomber ». Certains pour s'aider ont sélectionné des phrases avec la souris pour lire plus facilement à l'écran, pour hiérarchiser les données.

Le rôle de l'enseignant est ici :

  • dans un premier temps de rassurer l'élève, de lui faire comprendre qu'il sera de plus en plus confronté à ce genre de texte et que plus il aura l'habitude de lire et d'analyser des documents de nature et de forme diverses plus grande sera la facilité à comprendre rapidement ;
  • et dans un deuxième temps de varier les sources pour éviter un découragement. Ce genre de texte ne peut être donné à des élèves en difficultés sans leur donner les clés d'analyse : c'est peut-être là que le stabilo peut aider à repérer la structure du document, la hiérarchisation des informations, les thématiques et leur enchaînement, les indicateurs de cohésion et les connecteurs logiques. Voir le travail de repérage, titrage et mise en page sur le texte de Jean-Louis Brunaux, avec son aimable autorisation. [lire le texte travaillé]

3 - Apprendre à orienter sa lecture en fonction de ce que l'on cherche

Les enseignants de discipline, ou les professeurs documentalistes, pour gagner du temps, fournissent parfois aux élèves un questionnaire ou un tableau à remplir. C'est sans aucun doute une aide pour cibler les réponses attendues, mais n'est-ce pas cantonner les élèves dans des rôles de répondeurs (je lis pour trouver une réponse), et les priver d'une posture plus générale de recherche par eux-mêmes ? Cet axe rejoint la réflexion sur le choix des supports-guides proposés par les enseignants (ci-dessus, point 1).
Brigitte Chevalier[1] écrivait : « Le questionnement, étape primordiale, l'est encore plus lorsque l'élève, à partir de ses lectures, doit élaborer une production personnelle. Il est amené dans cette optique à, non seulement dégager les idées importantes en elles-mêmes (ce qui serait le cas d'un résumé), mais celles qui le sont par rapport au but de son travail. »

Le questionnement contribue (il représente même le seul moyen) à passer de l'attitude passive du "copieur" à l'attitude active du "chercheur". L'élève est prêt à filtrer l'information.

Cf. plus loin, le travail préparatoire mené en ce sens avec des élèves de lycée au moment de la réalisation de cartes mentales.

Notes de bas de page

[1] Chevalier, Brigitte / Colin, Michelle. Exploiter l'information au CDI. INRP, 1991. Rencontres pédagogiques, 29

Recherche avancée