Vous êtes ici :

  • Google+
  • Imprimer

Conférence de Serge Bouchardon (agrégé de lettres modernes, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Technologie de Compiègne), du 16 septembre 2015 à l’atelier Canopé d’Orléans.

Au cours de cette intervention en deux parties, Serge Bouchardon va s’intéresser à la littérature numérique et à l’écriture numérique en tant qu’objet d’enseignement.

Date : janvier 2016 Durée : 47s Auteur : Serge Bouchardon Copyright : Savoirs CDI
Date : janvier 2016 Durée : 59min3s Auteur : Serge Bouchardon Copyright : Savoirs CDI

Dans ce premier temps ses propos portent sur la littérature numérique : la création littéraire au regard du numérique, la définition, les filiations et les caractéristiques de la littérature numérique, les enjeux de l’enseignement de la littérature numérique (culture informationnelle et culture numérique).

Date : janvier 2016 Durée : 40min15s Auteur : Serge Bouchardon Copyright : Savoirs CDI

Dans cette seconde partie, il aborde la question suivante « Dans quelle mesure l’écriture numérique est-elle une écriture spécifique et est-il pertinent de former les élèves à cette écriture numérique ». Pour y répondre, il développe plusieurs points : définition et caractéristiques de l’écriture numérique (compétences spécifiques liées), l’enseignement de l’écriture numérique appréhendé selon les niveaux théorique, technique et réflexif, le projet PRECIP (cinq types d’écriture identifiés : collaborative, interactive, multimédia, sous modèles et traces numériques) et les modules pédagogiques disponibles en ligne pour enseigner l’écriture numérique, des exemples d’œuvres de littérature numérique pour s’interroger sur l’écriture numérique avec les élèves, les enjeux de l’enseignement à l’écriture numérique (la constitution d’une littératie numérique).

Pour aller plus loin

Le projet PRECIP [1] (Opens external link in new windowhttp://precip.fr) est un projet de recherche mené par l’Université de Technologie de Compiègne et financé par la Région Picardie (2009-2014).

Plus qu’un projet sur les TICE [2] (qui étudierait par exemple dans quelle mesure les TIC facilitent ou non l'apprentissage), il s’agit avant tout d’un projet sur l’écriture numérique. Le projet s’intéresse moins aux pratiques numériques pour l’enseignement qu’à l’enseignement de l’écriture numérique, qu’à l’écriture numérique comme objet d’enseignement.

Le projet PRECIP part d’un constat : la fracture numérique est en général traitée en termes d’équipement et d’accès, rarement en termes de pratiques d’écriture numérique. Or, sans une formation de l’utilisateur aux pratiques d’écriture numérique, un ordinateur est au mieux une machine à écrire améliorée, au pire une machine inintelligible. Le projet PRECIP fait ainsi l’hypothèse que l'écriture numérique, dans ses différentes modalités (multimédia, interactive, collaborative), présente des spécificités et que l’on peut enseigner ces spécificités.

D’un point de vue théorique, nous avons travaillé à un modèle pour appréhender l’écriture numérique, en 3 niveaux (théorique, applicatif, interprétatif). Nous avons notamment illustré le niveau 2 par une carte heuristique des fonctions d’écriture numérique (Opens external link in new windowhttp://precip.fr/map).

Ce modèle a fait l’objet de transpositions didactiques dans des modules pédagogiques sur l’écriture numérique (Opens external link in new windowhttp://precip.fr/modules) : 

  • écriture collaborative
  • écriture interactive (incluant l’écriture hypertextuelle)
  • écriture multimédia
  • écriture sous modèle
  • écriture des traces

Ces modules pédagogiques reposent notamment sur des œuvres de littérature numérique, car nous faisons l’hypothèse que la sensibilisation à des pratiques créatives favorise la réflexivité sur les pratiques d’écriture numérique.

Ces modules ont été expérimentés sur différents terrains (enseignement secondaire, enseignement supérieur, Espaces Publics Numériques).

L’enjeu pédagogique est de faire émerger une littératie numérique, au-delà de l'alphabétisation classiquement prise en charge par les formations traditionnelles à l'utilisation des outils.

Nous soutenons que la question de la culture numérique et de l’éducation aux médias numériques est avant tout celle d’une formation à l’écriture numérique. D’où la nécessité d’inclure dans les programmes une telle formation, en l’inscrivant dans une histoire de l’écriture et de ses supports.

Participants au projet : Serge Bouchardon, Victor Petit, Bruno Bachimont, Stéphane Crozat, Isabelle Cailleau, Thibaud Hulin, Hélène Bourdeloie.

Notes de bas de page

[1] « PRatiques d’ECriture Interactive en Picardie ».

[2] Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement.