Collège George Sand de la Motte-Servolex (UPE2A second degré)Collège George Sand de la Motte-Servolex (UPE2A second degré)

Collège George Sand de la Motte-Servolex (UPE2A second degré)

Diverses Cités

 

Ce reportage a été réalisé par la délégation Éducation et Société de Canopé.

L'édito

Cécile BogeyQuand 17 élèves de 11 à 16 ans, de 10 nationalités différentes, apprenant depuis moins d’un an la langue française s’attellent à ce projet, la cité se multiplie et devient diverse. Diversité des villes, bien sûr, mais aussi de langues, comme le japonais, l’afghan, l’indonésien, le portugais, le bengali, l’anglais ou l’arabe, qui se mêlent au français pour raconter la cité de cœur, celle que l’on connaît le plus intimement et qui n’est pas forcément celle où l’on est né.

Raconter sa ville, c’est aussi parler de son nouveau lieu de vie et, là encore, il n’est pas unique : si tous les élèves étudient à La Motte-Servolex, certains n’y habitent pas, ils logent dans les environs, à Chambéry ou à Aix-les-Bains. Pour ne pas s’éparpiller, il a été décidé de se centrer sur l’endroit le mieux connu par ces jeunes récemment arrivés : le collège George-Sand.

Par l’exploration de l’histoire et de la géographie de leur établissement, les élèves saisissent la particularité de La Motte-Servolex, commune rurale devenue urbaine qui connaît de profondes mutations. Ce travail se nourrit de belles rencontres avec ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont fait ou font ce lieu. En interrogeant, témoignant, commentant, construisant, les élèves allophones portés par l’enthousiasme du projet progressent de manière remarquable en français, tout en s’appropriant une nouvelle histoire et de nouveaux paysages.

Ainsi, le webdocumentaire, structure souple permettant une multiplicité de supports, nous donne de retracer le passage de diverses cités à la diversité d’un lieu nouveau.

Cécile Bogey, professeur de lettres et de français langue seconde (FLS)

Une classe, un collège, une ville

Géolocalisation de l'école

Le collège George-Sand, est situé à La Motte-Servolex, deuxième ville de la communauté d’agglomération de commune Chambéry métropole. Bordée à l’ouest par la chaîne de l’Épine, la commune, gros bourg entouré de villages et hameaux, était principalement agricole et forestière jusque dans les années 1970. Aujourd’hui, elle continue de se développer avec la proximité de zones d’activités industrielles et la traversée d’un complexe routier important (autoroute A43, entrée est du tunnel de l’Épine, échangeur vers Annecy, voie rapide urbaine de Chambéry). Dans ce cadre à la fois rural et urbain, le collège George-Sand, de construction récente (1996), propose un enseignement innovant et ouvert, avec notamment une section internationale britannique et une unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A).

Le collège George Sand et ses environs

L’UPE2A fonctionne en structure ouverte. Madame Bogey, assistée par Madame Rovayaz, accueille une vingtaine d’élèves de 11 à 16 ans, originaires de dix pays différents[1], tous inscrits dans une classe ordinaire correspondant à leur âge. Elle leur dispense l’enseignement du français, en s’adaptant au niveau de maîtrise de la langue et à l’itinéraire scolaire de chacun.

En participant à l’opération « Raconte ta ville », qui s’inscrit dans le projet « Ville » du collège initié en 2011, ces jeunes, issus d’horizons et de cultures différentes, parfois détenteurs d’une histoire personnelle particulière, ont l’opportunité d’évoquer leur cité d’origine et de mieux appréhender la ville qui les accueille. En cela, au-delà de son intérêt pédagogique, le projet facilite peut-être l’insertion de ces jeunes dans le collège, et dans leur nouveau lieu de vie.

Le webdoc de l’UPE2A du collège George-Sand de La Motte-Servolex

« Diverses cités »

En présentant le projet aux élèves, Madame Bogey leur a proposé deux axes de travail : leur ville d’origine et les différents visages de leur cité d’accueil.

Les élèves s’investissent fortement sur l’évocation des lieux dont ils sont originaires, tout en proposant des séquences originales sur leur nouveau lieu de vie. Ces séquences s’élaborent en grande partie devant les baies vitrées de la classe qui s’ouvrent sur des paysages diversifiés : montagne, clocher, champs, autoroutes, immeubles.

À terme, le webdoc, construit en deux parties, présentera :

  • les villes de Guimarães, Porto, Tokyo, Dakka et Gazipur, Pul el Khuri ;
  • cinq séquences sur le collège et la ville d’accueil : « La classe » (présentation), « De nouveaux paysages » (premières impressions d’élèves à leur arrivée), « À la découverte du collège » (présentation de l’établissement), « Des routes et des chemins » (description des parcours domicile-collège), « Avant le collège » (rencontre de la classe avec Monsieur et Madame Thomas, anciens propriétaires des terrains du collège).

Les élèves sont associés à toutes les étapes du projet : conception, élaboration des contenus et réalisation. Ils travaillent en petits groupes selon leurs affinités.

Traduction avec le clavier arabe sous Google

Plusieurs intervenants se mobilisent pour les aider :

  • Philippe Chal, responsable informatique au CDDP de Chambéry, apporte son aide technique ;
  • Monsieur Lothe, professeur retraité, et Monsieur Baix aident à la réalisation de vidéos ;
  • Vincent Maury, auteur illustrateur, développe l’aspect artistique ;
  • des professeurs du collège, notamment Monsieur Freysse, enseignant de technologie, interviennent ponctuellement à la demande de Madame Bogey ;
  • la direction du collège, qui soutient le projet et aide à l'accueil des intervenants.

Le foyer socio-éducatif du collège a aidé financièrement le projet.

Activités

Photos, vidéos, enregistrements sonores et illustrations au cœur du projet

Pour la première partie du webdoc, les élèves choisissent des documents personnels ou recherchent sur Internet les photos les plus représentatives de la réalité de leur pays. Cela les oblige à porter un regard nouveau et plus distancié sur les lieux de leur enfance.

Captation vidéo sur le terrain et recherche d'images sur le Web

Madame Bogey aborde les questions touchant au droit d’utilisation des photos sélectionnées sur Internet. Lorsque les droits ne sont pas disponibles, l’illustrateur Vincent Maury réalise, en collaboration avec les élèves, des illustrations inspirées des vues collectées sur Internet

Pour la seconde partie, la vidéo complète et prend le relais de la photographie. Monsieur Lothe et Monsieur Baix apportent leur contribution en réalisant avec les élèves les plus motivés des séquences filmées. 

Communiquer à l’oral et à l’écrit

Un autre aspect prépondérant de ce projet est de donner à ces collégiens, qui sont dans l'apprentissage du français (langue seconde), les moyens de communiquer à l’oral et à l’écrit. En grand groupe ou en accompagnement individuel, Madame Bogey propose des activités langagières pour :

  • enrichir le lexique, avec apport de vocabulaire spécifique à la ville et à son environnement ;
  • faciliter l’expression orale et écrite – description de photos et de lieux, récits, textes explicatifs, préparation d’interviews ;
  • améliorer la lecture à voix haute en mettant l’accent sur la phonétique à partir des enregistrements sonores de leurs séquences.

Les productions d’écrits rédigées à la maison sont corrigées en classe, parfois traduites par les élèves dans leur langue d’origine pour être affichées dans le webdoc.

Étude de l’histoire et de la géographie locales

Les élèves ont mené différentes activités qui leur permettent de mieux connaître leur environnement :

  • interview de l’agriculteur, ancien propriétaire du terrain sur lequel est bâti le collège ;
  • recherche de documents sur des manuels au CDI ;
  • étude de photos anciennes de la commune ;
  • visite du château des ducs de Savoie au Bourget-du-Lac ;
  • lecture de paysages, de cartes, avec la notion d’échelle et de légende. 
Arts plastiques

Le dessin, moyen d’expression privilégié pour certains élèves, est utilisé dans certaines séquences (« De nouveaux paysages » en particulier).

Musique

Les collégiens et leur enseignante ont le projet de créer une ambiance sonore incluant des chants traditionnels des pays d’origine.

Apprentissages 

Le profil particulier de la classe, qui compte de jeunes allophones d’âges et de cultures différents, conduit l’enseignante à donner la priorité à la maîtrise de la langue. Elle se réfère au Cadre européen commun de référence pour les langues, en particulier pour évaluer le niveau des compétences des élèves.

La pluridisciplinarité du projet favorise l’acquisition de connaissances en histoire, géographie, arts plastiques et musique.

En outre, le projet participe à renforcer les compétences sociales et civiques (comprendre l’importance du respect mutuel et accepter les différences) et à développer l'autonomie et l'initiative (apprendre à travailler en équipe et à s'impliquer dans un projet collectif).

Les Tice

Pour les élèves

C’est par la présentation de webdocumentaires en ligne (par exemple À l’abri de rien de la fondation Abbé Pierre) que les élèves ont découvert et se sont approprié le concept de webdoc.

Projeté sur le tableau de la classe, le storyboard s’élabore collectivement et progressivement : choix et titres des séquences, navigation et liens entre elles.

Travail collectif sur le storyboard du webdoc

Des bilans d’étape réguliers permettent de visualiser l’avancée du travail, de réfléchir à la pertinence de certaines séquences et à l’utilisation des textes par rapport aux images.

Les jeunes les plus compétents (on note une certaine hétérogénéité dans la maîtrise de l’outil informatique) participent au montage du webdoc avec le logiciel Klynt.

Montage du webdoc sous Klynt

En travaillant sur leur webdocumentaire, les élèves acquièrent des compétences du B2i : « Savoir créer, produire, traiter, exploiter des données », « Savoir se documenter et s’informer » et « Adopter une attitude responsable ».

À travers des débats en classe, l’enseignante aide les collégiens à comprendre et à accepter les règles et les lois qui encadrent l’usage d’internet (parfois différentes de celles de leur pays), en particulier celles qui ont trait aux droits d’auteur et au droit à l’image. Elle propose en parallèle des séances en salle informatique pour apprendre à faire des recherches, à classer et nommer des fichiers, etc.

Pour l’enseignant

Au cours de ce projet, Madame Bogey s’est approprié le concept de webdocumentaire et a introduit dans sa classe un usage régulier et justifié des Tice en les intégrant à sa pédagogie.

Premier Bilan

Les élèves

Pour ces jeunes, le webdocumentaire est un projet très valorisant qui favorise les apprentissages ainsi que leur intégration, et leur donne le sentiment de participer à « une aventure commune ».

Ils ont conscience de progresser dans la maîtrise de la langue, d’acquérir des connaissances et de se familiariser à un nouveau média.

Enfin, ils ont l’opportunité de mieux se connaître les uns les autres, en évoquant leur pays d’origine, leur culture et leur histoire dans un climat de respect mutuel

Le groupe classe se renforce ainsi, grâce à des échanges réciproques de savoirs, mais aussi au travers d’un travail collaboratif.

L’enseignante

Inscrite tardivement dans le projet, Cécile Bogey aurait souhaité bénéficier d’un temps de préparation plus long. « Un projet de cette envergure doit se préparer dès la fin de l’année scolaire précédente afin de solliciter des financements, de s’équiper d’un matériel adapté, d’impliquer d’autres enseignants dans un travail d’équipe, de se familiariser avec le concept de webdocumentaire et de prendre en main les logiciels nécessaires au projet », précise-t-elle.

Cependant, la formation proposée par le CNDP et l’aide de Monsieur Chal lui ont permis de mener le projet malgré les difficultés techniques.

Perspectives

Motivée par cette première expérience, Madame Bogey souhaite intégrer le webdoc à sa pratique professionnelle, avec l’appui du CNDP et du CDDP, afin d’explorer toutes les possibilités de ce média. La possibilité de construire, sous un mode très souple, un récit non linéaire et interactif lui ouvre de nouveaux horizons pour sa pédagogie.

Pour accompagner la diffusion du webdoc de la classe, elle envisage de créer un événement qui regroupera les jeunes auteurs du projet, leurs parents, les élèves et les enseignants du collège, afin de présenter ce travail et de le valoriser.

Annick Mahé

Juin 2013

[1] Afghanistan, Albanie, Algérie, Bangladesh, Indonésie, Japon,  Kosovo, Palestine, Portugal, États-Unis.