La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Tromelin, l'ile des esclaves oubliés

  • 2016 -
  • MUSÉE D'HISTOIRE DE NANTES - CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE -
  • Ecole élémentaire Les Batignolles,
  • Lycée général et technologique Jean Perrin

 Projet 1

Liberté, libertés

La classe de Seconde Générale du lycée Jean Perrin a monté un projet d’éducation artistique et culturel à partir de l’exposition. Les élèves découvrent cette tragédie humaine en croisant les regards : celui de l’écrivain, de l’historien, de l’archéologue, du scientifique. Les spécificités de chaque approche sont relayées par les enseignants de différentes matières (français, Histoire/Géographie, SVT, Arts visuels mais aussi initiation à la philosophie). L’ambition de ce projet est de développer une prise de conscience citoyenne. L’objectif est de leur permettre de s’interroger sur les formes de liberté et d’esclavages de notre société du 21e siècle.

Les élèves vont

  • écrire des textes argumentatifs avec débats.
  • créer et réaliser un jeu sur plateau permettant de mettre en œuvre les différents aspects découverts

Projet 2 A la découverte de l'archéologie

La classe de CM2 dans la découverte de l’exposition a choisi une double approche historique et archéologique. Ce projet sera aussi l’occasion de travailler

en géographie, en sciences(autour de la faune et de la végétation), en histoire, en éducation moral et civique et en littérature (autour de Robinson Crusoé).

Dans le cadre de ce projet, les élèves vont

  • travailler sur le récit historique
  • appréhender l'archéologie (métier, méthodes utilisées...)

 

Œuvre étudiée

Tromelin, l'ile des esclaves oubliés

exposition
Présentation de l’exposition Parti de Bayonne le 17 novembre 1760, l’Utile, un navire de la compagnie française des Indes orientales, s’échoue le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (aujourd’hui île de Tromelin), un îlot désert de 1 km² au large de Madagascar. Il transporte 160 esclaves malgaches achetés en fraude, destinés à être vendus à l’île de France (l’île Maurice actuelle). L’équipage regagne Madagascar sur une embarcation de fortune, laissant 80 esclaves sur l’île, avec la promesse de venir bientôt les rechercher. Ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, que l'enseigne de vaisseau, futur chevalier, Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, sauve les huit esclaves survivants : sept femmes et un enfant de huit mois. Cette exposition a l'ambition d'évoquer une page importante de l'histoire maritime, ainsi que la question de la traite et de l’esclavage dans l’océan Indien, illustrées par ce naufrage et ses rescapés malgaches qui tentèrent de survivre pendant près de quinze années sur cet îlot inhospitalier. L'exposition s’appuie sur les efforts conjoints du GRAN (Groupe de Recherche en Archéologie Navale) et de l’INRAP (Institut National de Recherche Archéologique Préventive) pour mener des fouilles terrestres et sous-marines sur l’île. L’étude de ce naufrage et de la vie des rescapés a fait l'objet d'une recherche pluridisciplinaire, afin d'élucider les circonstances du drame et de documenter au mieux les conditions de vie des survivants. C’est à travers ce drame singulier, une évocation universelle de l’esclavage. Sur cette ile inhospitalière, l’équipage d’un navire de traite et ses esclaves ont vu brièvement leur sort se mêler puis se séparer. Puis, oubliés de tous, ceux-là même ont résisté au sort inhumain de leur abandon perpétuel. L’exposition présente les recherches historiques, archéologiques et environnementales effectuées sur Tromelin

Ressources associées

Établissements

  • Ecole élémentaire Les Batignolles 45 ROUTE DE PARIS 44300 Nantes 02 40 49 51 89
  • Lycée général et technologique Jean Perrin 20 RUE DU CHATEAU DE REZE 44400 Rezé 02 40 32 44 00