La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Terra Amata : un foyer d’inspirations

  • 2018 -
  • MUSÉE D'ARCHEOLOGIE DE NICE - SITE PRÉHISTORIQUE DE TERRA AMATA -
  • Ecole élémentaire Papon

La domestication du feu par l’Homme est l’une des étapes les plus importantes dans l’histoire de l’Humanité. Le site préhistorique de Terra Amata a livré parmi les plus anciens foyers aménagés du monde. La classe de Mme POUSSEREAU de l’école Papon, à Nice, fera découvrir au public, de façon originale et sous plusieurs angles, la conquête du feu par l’Homme, ses apports et ses conséquences.

Œuvre étudiée

Le foyer du sol DK

Inconnu
Le gisement préhistorique de Terra Amata a livré 26 sols d'occupation humaine. Les foyers aménagés mis au jour sur ces sols sont parmi les plus anciens découverts de par le monde. L'oeuvre étudiée correspond à un foyer découvert sur le sol DK. Les Homo erectus ont creusé une cuvette dans le sable et ont alimenté le feu avec notamment des algues marines.

Établissements

  • Ecole élémentaire Papon 6 RUE PAPON 06300 Nice 04 92 00 24 11

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Les élèves travaillent en amont sur l’œuvre choisie, le foyer du sol DK, de façon purement scientifique. Ils feront une petite médiation devant l’œuvre en guise d’introduction.

Tout au long de l’année, la classe a fourni un travail artistique sur le thème plus général du feu. Par exemple, sur les consignes de leur maitresse, « le feu selon moi c’est … », ils ont réalisé des « tableaux » à la peinture à l’eau, à l’acrylique et au charbon de bois, matière utilisée par les hommes préhistoriques pour l’Art pariétal et issue du feu. D’autres œuvres rappelleront les représentations dans les grottes rendues possibles grâce à l’utilisation du feu pour s’éclairer.

Certaines productions artistiques s’inspirent du foyer en tant que cercle (œuvres plus géométriques ou inspirées du land art). Enfin, d’autres travaux des élèves auront un lien avec le travail d’Yves Klein sur le feu dans l’art.

Un petit groupe d’élèves commentera leurs travaux au public en expliquant le choix de l’utilisation de certaines matières premières et le choix de l’illustration.

Les élèves travaillent sur « l’éclairage au fil du temps », de la maîtrise du feu jusqu’à l’invention de l’électricité. Au terme, ils réaliseront un quizz électrique, aboutissement de leur travail sur les circuits simples ainsi que sur le thème « s’éclairer ».  

Plusieurs scénettes sur la domestication du feu et de ses apports ont été imaginées par les enfants et la maîtresse. Parmi les thèmes évoqués, la découverte du feu, les différentes techniques de production de feu, les apports du feu pour l’homme et ses conséquences ainsi que la naissance des premières légendes. Tout cela étant illustré par des reproductions d’objets préhistoriques en rapport avec le feu.

Ils ponctueront cette représentation par une courte danse sur le thème du feu (L’oiseau de feu, I. Stravinsky, Danse infernale du roi Katschei) imaginée par les enfants en expression corporelle.

Enfin, toute la classe répète une chanson de Pascal Genneret jouant avec tous les mots issus du vocabulaire de la Préhistoire. Ils l’interpréteront à la fin de leur médiation.

Après la nuit européenne des musées

Compte rendu « La classe, l’œuvre 2018 »

Terra Amata : un foyer d’inspirations

Mme Poussereau, enseignante de la classe de CE2 de l’école Papon, à Nice, est venue préparer la salle où les enfants allaient se produire.

Les murs ont été recouverts du travail des enfants durant l’année. On pouvait ainsi voir :

-          Des mains négatives à la manière de l’art pariétal.

-          Les  évocations du feu selon les enfants (les éclairs, les volcans, les feux de forêts, le foyer, les feux de camps, les feux de cheminées).

-          Leurs travaux sur les foyers et les pierres de protection en tant qu’œuvres géométriques circulaires issus du Land Art.

-          Des peintures d’animaux représentés dans les grottes préhistoriques s’inspirant des travaux d’Yves Klein sur le feu dans l’art.

-          Et enfin, les cercles concentriques, toujours en lien avec le foyer en tant que figure géométrique circulaire.

Pour la médiation des enfants, l’enseignante a reconstitué un foyer préhistorique avec une représentation du feu, des peaux de d’animaux, des ossements.

Par petits groupes, les élèves ont expliqué au public venu nombreux, leur travail artistique exposé sur les murs.

Autour de la reconstitution du foyer, par petits groupes, les enfants ont joué des scénettes sur la domestication du feu et ses apports.

Ces scénettes, écrites par les enfants, s’inspiraient directement des notions scientifiques abordées par le médiateur lors de leurs visites au musée. Parmi les thèmes évoqués : la découverte du feu, les différentes techniques de production de feu, la transmission du savoir (techniques de chasse, créations d’outils, apparition de l’art) les apports du feu pour l’homme et ses conséquences ainsi que la naissance des premières légendes. Tout cela étant illustré par des reproductions d’objets préhistoriques en rapport avec le feu.

En guise de transition, chaque groupe constitué de  quelques élèves a récité une petite poésie sur le feu.

Puis, toute la classe a interprété une chanson de Pascal Genneret jouant avec tous les mots issus du vocabulaire de la Préhistoire.

Ils ont enfin proposé une chorégraphie, imaginée par les enfants en expression corporelle, sur « L’oiseau de feu, I. Stravinsky, Danse infernale du roi Katschei ».

La représentation a été un franc succès. L’enseignante et les élèves ont fourni un travail exceptionnel tout au long de l’année tant au niveau de la médiation directe qu’indirecte. Tous les enfants se sont impliqués dans leur projet et l’enseignante leur a donner toutes les idées et pistes de travail nécessaires.

Dominique Capacci, médiateur

 

La classe de CE2 a travaillé tout au long de l’année sur ce projet de manière interdisciplinaire  (voir les différents domaines dans le récapitulatif  ci-joint).

Plusieurs visites au musée ont permis aux élèves de découvrir l’œuvre de départ, le foyer du sol DK et de s’approprier les lieux.

Le médiateur Dominique Capacci a su communiquer aux enfants de manière vivante et passionnée des connaissances précises et documentées sur le musée Terra Amata, la préhistoire, le thème du feu.

Grâce à ses médiations de grande qualité, ils ont réinvesti toutes les notions  scientifiques, techniques et historiques dans des scénettes où chaque groupe présente les apports du feu pour les hommes regroupés autour du foyer, à la manière d’une pièce de théâtre. Les thèmes étaient les suivants :

- Techniques de chasses, stratégies, armes, 1ères légendes

- Fabrication du feu par percussion, les apports du feu, les progrès

- Fabrication du feu par frottements, les apports du feu, les progrès

- Les apports du feu dans l’art (couleurs, bruloirs, modelages)

 Ils ont ainsi reproduit les gestes, le maniement des objets : le nécessaire à feu, matériel pour l’art (ocres, bruloir), les armes (épieu). Ce travail a permis aux enfants  d’apprendre par la manipulation et de manière durable les notions de la préhistoire.

Ils ont répété devant toutes les classes de l’école pour préparer le spectacle du 19 mai et cela était très valorisant pour eux. Outre l’écriture de dialogues, la représentation de ces scénettes a offert une restitution des connaissances originale et vivante.

Ils avaient tout au long de l’année, créé des œuvres artistiques sur des panneaux que nous avons affichés dans la salle du musée :

- mains négatives à la peinture pulvérisée

- représentation du feu (foyers, feux de forêt, feux de camps,  de cheminée, éclairs…) à la peinture et au charbon

- cercles de feu au compas, peinture et charbon, pierres de protection du feu

- cercles concentriques à la manière du land art

- peintures rupestres cerclées de feu à la manière des Peintures de feu d’Y. Klein

Les enfants ont récité en groupes des poésies suivies d’un chant.

Enfin, ils ont présenté une danse sur la musique de l’oiseau de feu d’I.Stravinsky.

Toute la classe était présente (sauf 2 absents), en costumes préhistoriques.

Le public était venu en nombre : parents, familles, intervenants de l’école et collègues.

Les enfants étaient enchantés, et leurs parents aussi. J’étais extrêmement fière de leur implication. Dès le départ et tout au long du projet, la motivation des élèves n’a pas faibli. Ils ont montré un grand sérieux et ont su présenter leur travail avec clarté et éloquence.

Je remercie le médiateur pour sa grande disponibilité (visite du musée, ateliers, choix et présentation du thème, échange de mails, pistes de travail, installation de l’espace pour la représentation) et son énergie ainsi que sa passion communicative pour les découvertes et les expositions du musée Terra Amata.

Il sait adapter son discours aux élèves et transmettre son savoir de manière claire et fluide. Chaque passage à Terra Amata soulevait un grand engouement chez eux, qu’ils ont su transmettre à leur tour le jour de la médiation du projet « La classe l’œuvre ».

Ce projet a demandé beaucoup de travail et fut couronné de succès le samedi 19 mai car les enfants, en acquérant les notions sur la préhistoire, ont également appris à présenter leur travail et à jouer devant un public. Je suis donc très satisfaite de m’être engagé dans ce projet avec Dominique Capacci, car cela a enrichi mes pratiques de classes, en donnant du sens aux apprentissages pour mes élèves, qui ont vu avec joie le fruit de leurs travaux. Merci. 

Virginie POUSSEREAU professeur à l’école PAPON.

  • Chargement...
  • Chargement...
  • Télécharger le document texte
  • Télécharger le document texte