La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Tableaux de couple

  • 2017 -
  • MUSÉE MUNICIPAL DE VIRE -
  • Lycée Marie Curie

La classe cherchera à provoquer des jeux de résonance entre un texte (Acte 1 d'Une maison de poupée d'Henrik Ibsen), un lieu et son architecture (le musée de Vire) et des oeuvres électives (les tableaux qui font écho aux problématiques psychiques des personnages. Nous exploiterons les rapports possibles entre fonctionnalité du lieu effectif(portes, ouvertures, entrées, sorties) et la fonctionnalité du lieu qu'Ibsen a imaginé pour son texte dans la longue didascalie qui amorce l'acte I.

Œuvre étudiée

Portrait de René Castel , par Louis Germain, 1832, Legs du commanditaire en 1877 au musée des Beaux-arts de Reims

Portrait de René Castel

Louis Germain
Huile sur toile 1832 Legs du commanditaire en 1877 au musée des Beaux-arts de Reims Dépôt au musée de Vire en 2011 Restauré par la Ville de Vire en 2011 Le comte de Chevigné commande au peintre rémois Louis Germain un portrait de Castel l’année de sa mort. L’érudit est habillé suivant le goût de l’époque d’une veste-redingote ; le nœud de cravate appelé « stock » lui serre le cou. Son attitude est moins celle d’un botaniste que d’un poète. Le regard est vif et perçant. La bouche est entrouverte, surprise dans la concentration. L’expression du visage s’anime d’une passion ardente. La pose est travaillée, mais le peintre exacerbe l’attitude et le geste pour donner l’illusion d’un portrait pris « sur le vif », alors que le poète vit ses derniers instants ou a déjà quitté ce monde. Sur le bureau, le bouquet de narcisse, d’anémone de Caen, de nivéole, de dahlia jaune..., une anémone et le livre (un poème sur la chasse écrit par de Chevigné) composent une nature morte qui accueille la main en cours d’écriture. L’ouverture à droite du visage, dans la perspective d’un paysage, représente l’horizon d’une pensée dévouée à l’étude de la Nature. Ce portrait de Castel synthétise avec vivacité l’application intense du travail du poète-naturaliste qui poursuit chaque jour son œuvre.

Établissements

  • Lycée Marie Curie 16 rue Octave Gérard B.P. 158 14504 Vire Normandie

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

La classe cherchera à provoquer des jeux de résonance entre un texte (Acte 1 d'Une maison de poupée d'Henrik Ibsen), un lieu et son architecture (le musée de Vire) et des œuvres électives (les tableaux qui font écho aux problématiques psychiques des personnages. Nous exploiterons les rapports possibles entre fonctionnalité du lieu effectif (portes, ouvertures, entrées, sorties) et la fonctionnalité du lieu qu'Ibsen a imaginé pour son texte dans la longue didascalie qui amorce l'acte I.

Après découverte et prospections du lieu du musée et des oeuvres qu'il expose, la classe de 1ere a engagé un travail de jeu dans une et une seule salle. Ce choix a découlé des résonances dramaturgiques et imaginaires possibles entre tableaux, texte et personnages. En effet, les portraits de X et Y (les deux portraits masculins) nourrissent les personnages du drame Une maison de poupée d'Ibsen, en particulier Helmer et Krogstadt. Le texte donne à son tour une orientation imaginaire aux tableaux. Quant au jeu des élèves-acteurs, il relève d'un défi: celui de mettre l'intime des tableaux et du drame à l'épreuve du rythme et de l'espace.

Déroulé : 

Venues des jeunes au musée les 9-30 janvier, 6 février, 6-13-20-27 mars, 3-27 avril, 15 mai

Travail sur les textes, repérage des oeuvres et salles pouvant convenir aux contraintes d'un tel acte de médiation dans ce musée en ayant conscience des règles de sécurité des personnes et de conservation des oeuvres.

Choix d'une salle  et de portraits, apport par la médiatrice du musée sur les oeuvres et personnages choisis.

Emission de souhait quant à la modification de la scénographie et de l'accrochage des oeuvres, réflexion à l'installation du public

Choix d'un horaire

Répétition des textes, coupes et répétitions in situ par scène

  • répétition dans la salle du musée choisie par les jeunes, le 13 mars 2017 répétition dans la salle du musée choisie par les jeunes, le 13 mars 2017
    © Copyright Musée de Vire

Après la nuit européenne des musées

A 18h30 les jeunes de Première option théâtre du lycée Curie nous ont accueillis dans le Hall du musée et nous ont guidés jusqu'au premier étage (une salle normalement consacrée à certains personnages de la vie culturelle et scientifique de Vire dont la plupart était botaniste. Pour l'occasion, la salle a été remaniée, un tableau déplacé, des éléments de décor ajoutés, les cartels retirés pour donner l'apparence d'un intérieur bourgeois du 19e siècle. Les jeunes ont joué des extraits d'"Une maison de poupées" d'Ibsen, pièce écrite au XIXe siècle. Ils ont travaillé les transitions entre les scènes et les passages de relais entre les comédiens interprétant le même personnage.

Bilan :

La représentation a duré environ 40 minutes. Il s'agissait pour certains jeunes de leur première représentation publique.

L'apprentissage d'un texte d'auteur, à la différence du projet proposé en 2015, où les textes avaient été écrits par les jeunes, a été tâche ardue pour la plupart, et d'autant plus pour le rendre audible et compréhensible (à travers notamment l'articulation).

Une jeune, malade, a du être remplacée au pied levé et texte à la main, par une camarade le soir de la Nuit des musées ; cela a pu déstabiliser les élèves. Le travail de mémoire du texte, se confronter au jeu, être regardé et écouté par un public, dépasser le stress ont constitué de vrais challenges pour les jeunes.

Par ailleurs, ces jeunes ont durant 5 mois, fréquenté presque chaque semaine le musée, tentant d'y trouver leurs repères, d'intégrer les règles et d'en transmettre quelque chose à leurs proches et au public de leur représentation.

Bilan rapporté par l'enseignant coordinateur au lycée :

_ Le bilan des élèves : une expérience avec une bonne part de difficultés

  • il n'a pas été aisé pour certains jeunes de s'investir au départ dans un projet si excentré du schéma habituel du cours (théorie - pratique)
  •  pour d'autres, des difficultés exprimées à aimer et s'approprier le texte choisi par l'enseignant

Dans l'ensemble, une expérience qui a permis beaucoup de découvertes et de progrès, qui a permis de traverser la difficulté d'un travail de groupe.

_bilan personnel de l'encadrant:

"Expérience très riche néanmoins, très féconde au fil des séances car elle remet chacun devant la justesse, le vivant, l'exigeant d'un projet à la fois théâtral et pédagogique.

Expérience qui a permis la formalisation d'une présentation de travail, qui a permis de faire advenir une rencontre essentielle pour les jeunes élèves : celle avec l'altérité (altérité de structure et des professionnels (le musée); altérité d'un texte (Ibsen) avec la nécessaire décentration narcissique et ethnocentrique; altérité du public, multigénérationnel et aux provenances diverses.

C'est donc une expérience fertile à leur chemin de maturation; je suis tout à fait partant pour la renouveler et réinventer."