La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Redécouvrons la cité-jardins de Suresnes

  • 2016 -
  • MUS - MUSÉE D'HISTOIRE URBAINE ET SOCIALE -
  • Ecole élémentaire publique Les Raguidelles

Dans le cadre du projet "La classe, l'œuvre" les élèves ont découvert et étudié la cité-jardins de Suresnes.

Il s'agit d'un quartier d'urbanisme social de l'entre-deux-guerres, remarquable par son urbanisme, ses équipements et son architecture de briques, béton et fer forgé.

Suivant l'exemple d'Henri Sellier et des architectes Alexandre Maistrasse et Julien Quoniam, les enfants sont devenus urbanistes et architectes en herbe créant un nouveau quartier avec ses équipements, sans oublier les végétaux !

Œuvre étudiée

La cité-jardins de Suresnes - groupe d'habitations pour familles nombreuses

Alexandre MAISTRASSE, architecte
Il s'agit d'un dessin des bâtiments réalisés lors de la première tranche de construction de la cité-jardins de Suresnes à partir de 1919. Ce quartier de logements sociaux a été pensé au sein d'un réseau de quinze cités-jardins autour de Paris, permettant d'accueillir les "sans adresse" habitant jusque-là dans des conditions d'hygiène et de salubrité déplorables. Henri Sellier, conseiller général de la Seine et maire de Suresnes entre 1919 et 1941 va collaborer avec des urbanistes et des architectes afin de définir l'urbanisme de ce quartier totalement nouveau associant habitat pour tous et équipements variés. La cité-jardins de Suresnes, ensemble de bâtiments associant habilement briques, béton et fer forgé, présente donc tous les équipements modernes nécessaires à la vie en collectivité : trois établissements scolaires de la maternelle au certificat d'étude (dont un avec une piscine et gymnase), un centre culturel, un lavoir bains-douches, un dispensaire et bien sûr des habitations sous forme d'un hôtel pour célibataires, d'immeubles ou de pavillons mitoyens. La nature est aussi représentée par des espaces verts au cœur des îlots d'habitations, les jardins des pavillons et un "poumon vert" d'un hectare constitué par le square Léon Bourgeois. Il est donc possible de vivre toute sa vie dans la cité-jardins : de la petite enfance à la retraite, que l'on soit célibataire ou que la famille s'agrandisse, quelle que soit ses revenus et son statut social.

Ressources associées

Établissements

  • Ecole élémentaire publique Les Raguidelles 5 RUE DU DOCTEUR EMILE ROUX 92150 Suresnes 01 45 06 65 51

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Après une visite de l'exposition permanente du MUS - Musée d'Histoire Urbaine et Sociale de Suresnes et de sa section consacrée au projet urbain et social d'Henri Sellier dans l'entre-deux-guerres, les élèves ont étudié la cité-jardins de Suresnes.

Une visite du quartier leur a permis de mesurer l'importance de la verdure, des équipements et des voies de circulation dans cet espace.

Ils se sont ensuite transformés en urbanistes en herbe, dessinant le plan de leur propre cité-jardins en disposant astucieusement les équipements et réflechissant à l'occupation de l'espace.

 Il a ensuite fallu se mettre dans la peau des architectes pour composer des façades harmonieuses et fonctionnelles ! A la manière d'un carnet chinois, ils ont composé une suite de façades, respectant l'esprit original des cité-jardins.

Lors de la Nuit européenne des Musées, les élèves seront chargés de présenter au public leurs créations, en écho aux œuvres de l'exposition permanente relatives à la cité-jardins.

Après la nuit européenne des musées

Suite au travail tout au long de cette année, la classe est revenue au musée une semaine avant la Nuit des Musées pour préparer la médiation des œuvres. A cette occasion, les élèves ont choisi leur espace d’exposition, et se sont familiarisés avec la maquette interactive de la cité-jardins permettant d’éclairer les différents bâtiments du quartier. En atelier, nous avons ensuite récapitulé les différents points à aborder lors de la future présentation qu'ils ont retravaillée avec leur enseignante.

Le samedi 21 au soir, la médiatrice du MUS annonçait les différents points de parole d’environ 10 min ; chaque groupe d’élèves a ainsi pu présenter sa cité-jardins rêvée et celle de Suresnes au public. Certains enfants encourageaient leurs camarades en posant des questions et en rebondissant sur l’exposé. Les enfants se sont également bien approprié le musée en utilisant le dispositif numérique de la maquette pour présenter les lieux dont ils parlaient : ils ont même pris l’initiative de présenter au public présent la cité-jardins de Chatenay-Malabry, présente dans l’exposition temporaire !

Le bilan est donc très positif quant à la médiation autour de la classe l’œuvre.