La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Portraits et autoportraits

  • 2018 -
  • MUSÉE DÉPARTEMENTAL MATISSE -
  • Collège Jean Rostand

Au musée départemental Matisse, les élèves du collège Jean Rostand du Cateau-Cambrésis ont participé à 4 animations axées sur 4 approches différentes du thème du portrait : « Autobiographie et autoportrait », « Portrait, autoportrait », « Le portrait fauve » et « Portrait gravé ». Ils ont appris à analyser une œuvre et étudié de nombreux portraits, avant de réaliser leurs propres productions plastiques. A l’occasion d’une cinquième séance au musée, ils ont finalisé leur projet en réalisant leur outil de médiation numérique. Après avoir rédigé en classe leurs propres étude de 5 portraits choisis, les élèves se sont improvisés médiateurs d’un jour en déclamant leur étude face caméra. Leurs vidéos seront accessibles via un Flashcode situé sur un cartel placé à côté des œuvres et pourront être vues par les visiteurs lors de la Nuit européenne des musées, qui pourront également admirer leurs portraits gravés et dessinés exposés ce jour-là.

Œuvre étudiée

Autoportrait

Henri MATISSE
Henri MATISSE, 1869, Le Cateau-Cambrésis – 1954, Nice. Autoportrait, 1918, Huile sur toile, 65 x 54 cm. Signé en bas à droite « Henri Matisse . Don de Madame Jean Matisse, 1979. Comme beaucoup de peintre, Matisse a été plusieurs fois préoccupé par le thème de l’autoportrait, instrument de réflexion sur soi. Les deux jalons les plus importants étant certainement L’Autoportrait de 1906 et cet Autoportrait peint au début de l’année 1918 à Nice, deux œuvres correspondant à deux moments psychologiques et picturaux à plus d’un titre exceptionnels. Après l’explosion fauve, période à laquelle correspond l’Autoportrait de 1906, après les années d’expérimentation tendue de la guerre, Matisse vient découvrir Nice (en décembre 1917), pôle lumineux de détente et d’apaisement. Il est sur le point d’entrer dans un nouveau cycle, c’est de son propre aveu le temps « d’une peinture d’intimité ». L’Autoportrait de 1918, un des derniers tableaux à conserver la structure géométrique des années 1912-1916, est comme un regard jeté en arrière. Matisse y exprime en même temps, de la manière la plus apaisée, un sentiment de certitude et de pleine possession de lui-même. Comme en 1906, mais dans un sentiment entièrement différent, Matisse dresse une sorte d’icône, de représentation emblématique du peintre, dans le noble exercice de son métier.

Établissements

  • Collège Jean Rostand 1 ALLÉE AUX LIEVRES 59360 Le Cateau-Cambrésis 03 27 84 64 00