La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Performance - des peintres et leurs modèles

  • 2019 -
  • MUSÉE GATIEN-BONNET -
  • Lycée Saint-Laurent notre Dame

Des peintres et leurs modèles :

réflexion menée sur la relation entre le peintre et son modèle, à savoir la capacité pour l’artiste d’artialiser par son regard observateur et toute sa sensibilité, la personne qui se donne à voir devant lui !

Œuvre étudiée

La femme rousse

Léo Gausson
Huile sur toile, 1890

Établissements

  • Lycée Saint-Laurent notre Dame 47 Rue Saint-Laurent 77400 Lagny-sur-Marne

Compte rendu du projet et médiation

Après la nuit européenne des musées

Dans le cadre du projet "la classe, l'œuvre", les élèves ont fait le choix de s’intéresser à un portrait répondant à celui de l'oeuvre choisie pour la classe, l'oeuvre. Ils ont donc mis en parallèle l'Autoportrait,d’Emile Prodhon , datant de 1938 face à celui de Léo Gausson, La femme rousse, datant de 1890.

Souhaitant faire fusionner ces deux œuvres, ils ont tenté de faire correspondre les deux personnages représentés, à travers une histoire mettant en scène « le peintre et son modèle », ayant pour dénominateur commun la question du « masque » présent  dans l’œuvre de Gausson.

Ils ont pour commencer, crée leurs propres « masques » en plâtre. A l’instar, d’un véritable « workshop » et dans la continuité d’un « work in progress », ces masques, ont inspiré un second projet, à savoir une vidéo titré "le balai des masques".

La vidéo présente un peintre vu de dos, rappelant la figure de l’artiste créateur, en référence à l’autoportrait de Prodhon, en train de peindre le portrait d’une femme qui n’est autre qu’une reproduction de l’œuvre de Gausson. Les masques représentant
une vaste scène de théâtre où chacun s’observe et incarne un rôle.

C’est sur une musique rythmique, que « le balais des masques » s’expose, rendant impossible la découverte des vrais visages des personnages. Le spectateur est alors emporté dans un monde énigmatique, psychédélique et étrangement inquiétant…


Le dernier projet est une performance qui a eu pour objectif de faire écho au mythe de Pygmalion et de Galatée où l’artiste façonne à son idée et de ses mains dans la matière, la représentation, ou du moins, la projection qu’il se fait de la beauté et de l’amour !

C’est dans cette démarche collaborative et de co-création, que les élèves se sont impliqués avec enthousiasme dans une pratique portée par l'envie de relever un défi, celui de réaliser un projet en commun !