La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

L'industrialisation en Franche-Comté : faïenceries

  • 2019 -
  • MUSÉE MUNICIPAL -
  • Collège privé Les Augustins

A travers l'étude de la collection de faïences du Musée de Pontarlier, les élèves s'intéressent plus particulièrement à l'industrialisation de la Franche-Comté et aux faïenceries qui se sont développées dans la région, ainsi qu'à l'évolution de la place de la bourgeoisie dans la société aux XVIIIe et XIXe siècles.

Le soir de la Nuit des Musées, les élèves présenteront les collections sous la forme de scénettes théâtralisées, par petits groupes dans les salles consacrées aux collections de faïences du Musée.

Niveaux :

Domaines artistiques :

Œuvre étudiée

Collection de faïences

Faïenceries de Franche-Comté
Les faïences du Musée de Pontarlier, datées du XVIIe au XXe siècle, donnent un aperçu de la qualité et de l'utilisation des objets, à travers les prouesses techniques de leur fabrication, l'histoire des manufactures comtoises, l'évolution des arts de la table et des décors.

Établissements

  • Collège privé Les Augustins 1 RUE DU FBG ST ETIENNE 25300 Pontarlier 03 81 46 49 76

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

En janvier 2019 l'enseignant de français des 4 e du collège des Augustins de Pontarlier décide de les inscrire dans un parcours La Classe L’œuvre. Ceci va leur permettre de construire un partenariat avec le Musée sur plusieurs mois, concrétisé par trois visites entre ses murs et un travail scolaire réalisé autour de leur projet, les jeunes étant évalué sur le travail de rédaction qu’ils réaliseront au Musée. Ils viennent une première fois découvrir le lieu. Ayant un intérêt tout particulier pour la faïence, leur enseignant les convainc de travailler sur cette collection. Lors de cette visite au Musée, les jeunes gens découvrent donc les objets que lui a légué le Président Willemot en 1889 et qui raconte l’histoire de l’industrie faïencière en Franche-Comté. Après une visite guidée de la collection, ils suivent un atelier de peinture sur faïence qui leur permet de mieux appréhender les différents motifs présents sur les pièces du Musée. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que les collégiens vont travailler à donner vie aux faïences. Au fil des semaines, les élèves et leurs enseignants s’engagent dans un EPI alliant les enseignements de l’histoire et de la science de la vie et de la terre à celui du français. L’industrie faïencière vient s’ancrer dans l’étude de l’Europe de la révolution industrielle en histoire; les argiles s’intègrent à la thématique portant sur l’exploitation des ressources naturelles par l’être humain en SVT. En français, c’est l’occasion de revoir ses classiques de la littérature française et de plonger dans l’atmosphère des romans de Zola grâce à l’ambiance Second Empire créée par l’évocation des arts de la table. Les collégiens se lancent dans l’écriture de scénarii mettant en scène les œuvres du Musée. Après plusieurs semaines à travailler en classe, les jeunes reviennent au musée au mois de mai, pour deux séances au cours desquelles ils peaufinent leur travail d’écriture et s’entraînent à jouer leur visite théâtralisée.

Après la nuit européenne des musées

Pour le jour J, il est décidé de diviser l’équipe en six groupes. Deux élèves resteront à l’accueil afin de regrouper le plus grand nombre possible de visiteurs et les sensibiliser au travail réalisé au sous-sol, où sont localisées les faïences. Une autre équipe réceptionne les groupes ainsi formés et les guide d’une salle à l’autre en faïence, introduisant les scénettes. La première représentation nous emmène à la rencontre d’un maître et de son apprenti. Elle permet de comprendre la base de la fabrication d’une faïence. La deuxième scène met en avant trois objets d’époques et de styles différents à travers un échange entre trois amies exprimant chacune leur goût en matière de décors ornant les faïences. Les visiteurs sont ensuite guidés vers une salle dans laquelle ils sont introduits à l’art de la table, à travers un service de table complet et une tapisserie nous plongeant dans l’esprit des dîners mondains du Second Empire. Finalement, après avoir pénétré dans une dernière salle, ils découvrent deux jeunes personnes plongées dans une discussion en train de prendre le thé. Grâce à ces univers variés et passionnants, les 4e du collège des Augustins de Pontarlier ont su raviver l’intérêt des visiteurs pour ces pièces de faïences uniques. 80 personnes ont assisté à leur performance et sont sorties ravies de leur expérience. Quant aux élèves eux-mêmes, leur épanouissement face au public a été notable au cours de la soirée. Celle-ci restera dans l’esprit des visiteurs du Musée de Pontarlier comme une soirée mémorable grâce au projet la Classe l’Œuvre et à l’implication sans faille des collégiens et de leurs enseignants.