La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

L’homme qui marche, qui court, qui danse…

  • 2016 -
  • MUSÉE DE L'ABBAYE / DONATIONS GUY BARDONE - RENE GENIS -
  • Lycée professionnel Pierre Vernotte,
  • Cité scolaire pré saint sauveur

En association avec la Cité scolaire du Pré Saint-Sauveur de Saint-Claude et le Lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne, des collégiens, lycéens et étudiants - encadrés par Caroline Grosjean (danseuse chorégraphe) et Benoît Huot (sculpteur) - présenteront des créations plastiques et dansées avec pour thème "L'homme qui marche, qui court, qui danse..." en référence à l’œuvre d'Auguste Rodin présentée dans le jardin du musée.

La sculpture de Rodin, point de démarrage du projet, impliquera les élèves dans des créations chorégraphiques et en volumes. Ils seront amenés à réfléchir sur les questions du corps et de la sculpture, et à cette thématique, ou ces thématiques, de l'homme qui marche, qui court, qui danse.

Pour l'artiste Benoit Huot, l'homme qui marche au XXIe siècle est le migrant. Les élèves allophones et de seconde seront amenés à créer autour de cette question.

Œuvre étudiée

Auguste Rodin L’homme qui marche, 1900 Bronze Collection musée de l'Abbaye / Donations Guy Bardone - René Genis Rez-de-jardin du musée
© Pierre Guenat

L'Homme qui marche

Auguste Rodin
Auguste Rodin (Paris, 1840 – Meudon, 1917) L’homme qui marche, 1900 Bronze - EA II/IV Collection musée de l'Abbaye / Donations Guy Bardone - René Genis Rodin moderne ! Pour Rodin, tous les moyens sont bons, même les moins académiques ! Son but ? Mettre de la vie dans ses sculptures. Au risque souvent de choquer ses contemporains. Rodin privilégie la représentation d’un corps en mouvement plutôt qu’une pose académique et figée. Cette recherche de la vérité de la nature et du mouvement le conduit à s’écarter des normes de la représentation du corps : rompant avec la tradition, il choisit dans L’Homme qui marche, de ne représenter qu’une figure fragmentaire — un tronc, sans tête ni bras, planté sur deux jambes tendues comme les branches d’un compas. Ayant supprimé tous les détails anecdotiques pour se concentrer sur la sensation du mouvement, Rodin en donne une version inédite et puissamment expressive, retrouvant la force qui le séduit tant dans les statues antiques incomplètes.

Établissements

  • Lycée professionnel Pierre Vernotte 6 ROUTE DE ST LAURENT 8 39261 Moirans-en-Montagne 03 84 42 02 07
  • Cité scolaire pré saint sauveur Pré Saint Sauveur 39200 Saint-Claude

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Des élèves de seconde et de la classe allophone de la Cité scolaire du Pré Saint-Sauveur (Saint-Claude) ont participé à une semaine de création avec Caroline Grosjean (chorégraphe) et Benoit Huot (artiste), autour de l’idée selon laquelle « L’homme qui marche » au XXIe siècle est le migrant. Les élèves gardent un souvenir très fort de ces moments de création partagés.

Avec Benoit Huot, les élèves ont créé une installation, une déambulation de personnages : des migrants, ayant chacun leur propre identité et histoire.

La réflexion et la proposition chorégraphiques menées avec Caroline Grosjean permettront d’entrer en résonance avec cette installation. Il s’agira de déplacements donnant à habiter l’espace et à devenir cette installation.

Par ailleurs, un travail d’écriture et une proposition sonore (des voix et des ambiances) sont également menés par les élèves pour donner une voix à ces migrants : l’aspect symbolique de ce départ (ce qu’un migrant emporte dans son sac…).

Les étudiants en MAN MA du lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne, accompagnés de Caroline Grosjean, préparent actuellement un projet combinant scénarios chorégraphiques et créations d'objets scénographiques.

Il a été demandé aux étudiants de réfléchir sur la question de la "marche" dans le quotidien et le monde contemporain. La restitution de ce projet sera visible sous forme de performances individuelles, collectives voire interactives avec le public, de vidéos, présentation d’objets, dispositifs ou installations scénographiques.

RESTITUTION : samedi 21 mai à 16h et vendredi 20 mai à 15h

Après la nuit européenne des musées

L'installation, réalisée par les élèves de la Cité scolaire du Pré Saint-Sauveur et Benoit Huot, a soulevé la curiosité de la population sanclaudienne. Cette déambulation de migrants  présentée à l'extérieur du musée, dans un espace public, a suscité des interrogations et échanges. Les écrits des élèves de seconde (fiches de renseignements administratifs, carnets de voyage, témoignages, etc.), mis à disposition du public, ont donné une identité et une voix à ces migrants.

La proposition chorégraphique des élèves, imaginée avec Caroline Grosjean, a permis d’entrer en résonance avec cette installation, de la faire vivre, donnant à habiter l’espace et à devenir cette installation. Une proposition sonore accompagnait également la chorégraphie : les voix des migrants, leurs témoignages.

Les étudiants en MAN MA du lycée Pierre Vernotte de Moirans-en-Montagne, accompagnés de Caroline Grosjean, ont présenté des scénarios chorégraphiques et objets scénographiques, nous interrogeant sur la question de la "marche" et du mouvement empêché ou contraint : performances individuelles ou collectives, vidéos, présentation d’objets, dispositifs ou installations scénographiques.