La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Langages et patrimoine, au coeur de l'identité

  • 2017 -
  • MUSÉE D'ART ET D'HISTOIRE -
  • Collège Géneral Ferrie
Ce tableau nous permet d'aborder la question de la langue, mais aussi d'éveiller une forme de conscience patrimoniale chez les élèves. Celle-ci pourra s'exprimer en peinture, à travers des descriptions de l'oeuvre, mais aussi au cours d'un dialogue théâtral joué devant les parents des élèves.

Œuvre étudiée

François Ier visitant la Sainte-Baume

Prosper François Barrigue de Fontainieu
1819, huile sur toile, 217 x 277 cm. Commandé en 1817 pour la Galerie de Diane au Château de Fontainebleau, ce tableau fut présenté au Salon en 1819 avant d’être déposé à Draguignan en 1876. Le sujet en est simple : revenant de l’Italie après y avoir enchaîné les succès militaires, le Roi François Ier décida de se rendre à la Sainte-Baume, haut lieu de pèlerinage, afin d’y honorer Marie Madeleine. Il y retrouva la Reine Claude, et séjourna dans la grotte du 1er au 2 janvier 1516. Marqué par le mauvais état des bâtiments, François Ier décida de financer leur restauration. L’Hospice des étrangers, qui ne comptait jusqu’alors que huit chambres pour les pèlerins, se vit ainsi augmenté de trois autres réservées à des membres de la Cour. C’est cet épisode qui est représenté sur le tableau de Barrigue de Fontainieu. Le Roi revint à la Sainte- Baume à d’autres reprises : en 1533 lors du mariage de son fils Henri d’Orléans avec Catherine de Médicis à Marseille, et après la libération de la Provence en 1538.

Établissements

  • Collège Géneral Ferrie PLACE YITZHAK RABIN 83300 Draguignan 04 94 60 63 60

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

En plus de nous permettre de développer un discours sur l’histoire de la peinture historique dite troubadour, le tableau François Ier visitant la Sainte-Baume de Prosper François Barrigue de Fontainieu nous donne la possibilité à la fois de parler de l’histoire de France, de celle de la Provence, mais aussi de celle du langage, entre latin ecclésiastique, provençal et français suite à l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539. Enfin, grâce à ce tableau nous pouvons aborder la question de la restauration du patrimoine. Nous avons donc décidé de l’inscrire au centre de notre projet pour « La classe, l’œuvre ! », afin de traiter ces sujets avec des jeunes et de participer à l’éveil d’une forme de conscience patrimoniale en lien avec la rénovation du musée. Pour ce faire, le Musée des Beaux-Arts s’associe au collège Général Ferrié de Draguignan, et plus particulièrement avec une classe de 5e. Les professeurs de français, de provençal, de latin, de musique et d’arts plastiques contribueront chacun dans son domaine à travailler sur ces thématiques, en préparant le travail de restitution qui se fera durant la Nuit Européenne des Musées, le 20 mai 2017. Nous souhaitons que certains élèves présentent l'oeuvre aux visiteurs dans les salles, que d'autres exposent des travaux exécutés en classe d'arts plastiques et s'inspirant du tableau étudié. En parallèle, nous envisageons l’écriture en plusieurs langues d’un dialogue théâtral rejouant la scène. Celui-ci pourrait donc être joué devant les parents d’élèves, dans le musée. Nous travaillons aussi à la possibilité de tisser un lien entre deux générations en associant des personnes âgées à la création de costumes pour les enfants. Pour ce faire, nous travaillons avec le Centre Communal d'Action Sociale pour élaborer des coiffes et d'autres éléments de costume. Ainsi, ce projet nous permettra d’aborder plusieurs thèmes dont certains fondamentaux comme le langage, le patrimoine et l’insertion du musée dans le tissu urbain ; autant de questions qui se recoupent et qui touchent à celle, essentielle, de l’identité.