La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

La Défense au musée Rodin de Meudon

  • 2018 -
  • MUSÉE RODIN MEUDON -

C’est autour de La Défense que les participants à La classe, l’œuvre ! vont se réunir au musée Rodin de Meudon cette année. Ce monument allégorique représentant un soldat blessé soutenu par un génie ailé fût présenté par Rodin en réponse à l’appel lancé par l'État français pour un Monument à la défense de Paris en 1879. L’œuvre fut refusée par le jury mais sera agrandie au double en 1912, avant d’être reprise et de nouveau agrandie, entre 1917 et 1919, pour un comité hollandais qui l’offrit alors comme monument commémoratif à la ville de Verdun

Œuvre étudiée

La Défense

Auguste Rodin
La Défense, agrandissement au quadruple Domaine : sculpture Auteur(s) : Auguste RODIN Titre : La Défense Date de création : 1882 – 1912 Matériaux : Plâtre patiné Dimensions : H. : 452 cm ; L. : 240 cm ; P. : 167 cm (Hors tout) H. : 452 cm ; L. : 240 cm ; P. :167 cm (Œuvre) Inscription(s) : devant : Rodin (signature) sur le flanc droit : 1882 1912-1920 (date) Numéro d'inventaire : S.00145 La participation aux concours était pour les sculpteurs le moyen privilégié de se faire connaître et d’obtenir des commandes. En 1879, Rodin présenta deux projets, Bellone et L’Appel aux armes ou La Défense, en réponse à l’appel lancé par l'État français pour un Monument à la République et un Monument à la défense de Paris. Projet de « monument allégorique représentant la défense de Paris en 1870 » destiné au rond-point de Courbevoie, La Défense représente un soldat blessé, nu, qui rappelle le Christ du groupe en marbre de la Pietà de Michel-Ange (Dôme de Florence). Un génie ailé le soutient, dont l'expression furieuse, les bras tendus à l'horizontale et les poings fermés, évoque La Marseillaise de Rude. Mais le groupe de Rodin fut refusé dès le premier tour, au profit de celui du sculpteur Barrias, plus classique et équilibré. Il « dut paraître trop violent, trop vibrant. On a fait si peu de chemin depuis La Marseillaise de Rude qui elle aussi crie de toutes ses forces » affirma Rodin en 1917. Le groupe fut agrandi au double en 1912, avant d’être repris et de nouveau agrandi, entre 1917 et 1919, pour un comité hollandais qui l’offrit alors comme monument commémoratif à la ville de Verdun Guide des collections du musée Rodin, Paris, Editions du musée Rodin, 2008 ; p.101