La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

La Classe l'Oeuvre !

  • 2016 -
  • MUSÉE DES BEAUX-ARTS -
  • Lycée général Vaugelas
Au cours de la présente année scolaire, dans le cadre d'une étude de la
Chrétienté médiévale et de la Renaissance, les élèves de Seconde 8 du Lycée
Vaugelas de Chambéry établissent des relations entre l'œuvre de Godefroy, La Cène,
exposée au Musée des Beaux-Arts,  et celle de Léonard de Vinci, La Cène, qui
se trouve à Milan. 

Œuvre étudiée

Godefroy, La Cène, huile sur bois, 1482.
© musées de Chambéry

La Cène

Godefroy
Godefroy, La Cène, huile sur bois, 1482. Cette peinture du XVème siècle offre un bel exemple de la peinture des primitifs de Savoie. Le duché est à cette période traversé par diverses influences artistiques que l’on retrouve ici : l’élégance de la ligne et l’emploi de la feuille d’or du gothique français, la recherche de perspective italienne et le réalisme des visages individualisés ainsi que les détails anecdotiques de la peinture du Nord.

Établissements

  • Lycée général Vaugelas 8 RUE JEAN-PIERRE VEYRAT 50628 73006 Chambéry 04 79 62 19 62

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Dans le cadre du programme d'Histoire de la classe de seconde sur la chrétienté médiévale et la Renaissance, nous avons choisi avec l'enseignant d'étudier une oeuvre de nos collections intitulée La Cène de Godefroy. En classe, les élèves ont effectué un travail autour de Léonard de Vinci et du contexte artistique de la Renaissance. En parallèle, les élèves sont venus deux fois en visite guidée au musée. Ils ont découvert, dans un premier temps, le parcours illustrant le passage du Moyen-Age à la Renaissance. Ils ont ensuite participé à une visite sur le thème de la restauration des peintures puisque le tableau de la Cène met en lumière un choix de restauration original. Un troisième temps de médiation en classe a été consacré à une étude comparée de la Cène de Godefroy et celle de Léonard de Vinci. Les élèves ont ensuite imaginé une restitution sous la forme d'un spectacle mêlant musique, danse, théâtre pour le soir de la nuit des musée. Ils seront aussi les médiateurs d'un soir et expliqueront l'oeuvre et leur travail au public lors de cette soirée.

Après la nuit européenne des musées

Le soir de la nuit des musées, de nombreux élèves volontaires de la classe de seconde 8 ont participé à la restitution devant le public du musée des beaux-arts. Celle-ci s'est déroulée en deux temps, une partie "spectacle" dans le rez-de-chaussée du musée et une partie médiation dans la salle des collections permanentes. Les élèves n’ont pas hésité à se lancer avec enthousiasme dans une restitution artistique et vivante du tableau, interprétant en direct des musiques anciennes ou récentes. Au son du violon, de la trompette, de la guitare électrique ou du piano, ils ont affronté courageusement la difficulté d’une pratique instrumentale et vocale récente.

Les élèves ont ensuite conduit les visiteurs devant l'oeuvre étudiée et se sont transformés en médiateurs d'un soir pour le plus grand plaisir des personnes présentes lors de cette soirée.

Le bilan de cette édition de la Classe l'oeuvre est positif à la fois pour les élèves, l'enseignant et les médiateurs du musée. 

Quelques retours d'élèves :

« J’ai apprécié les échanges avec les personnels du Musée des Beaux-Arts qui sont intervenus dans notre classe et le partage avec les autres élèves, ce qui nous a permis d’être plus soudés. J’ai pu découvrir le Musée des Beaux-Arts que je n’avais jamais visité. C’est un lieu où l’on doit être sérieux et vigilant par rapport aux œuvres. La restauration est une étape très longue et très importante. J’ai appris à analyser une œuvre correctement et à regarder tous les petits détails qui la caractérisent. La journée du 21 mai fut pleine de joie, de stress et d’entraide. Merci beaucoup pour ce beau projet ». Manon

« J’ai beaucoup appris sur le fonctionnement d’un musée. Le spectacle autour d’une œuvre nous a rapprochés. Nous avons pu échanger, partager et nous aider les uns les autres. Le soir du 21 mai, j’ai ressenti beaucoup d’émotions, de la fierté, de la joie, et j’en garde un très bon souvenir ». Louise