La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Figés par la photographie

  • 2019 -
  • MUSÉE NICÉPHORE NIEPCE -
  • Ecole primaire Jean Lurcat
Après avoir découvert les débuts de la photographie au temps de pose instantané au musée, devant appareils et images originales, les 25 élèves de CE1 / CE2 de l'école Jean Lurçat vont travailler avec ce principe de prise de vue. Ils vont imaginer des petits scenarios à mettre en image par la prise de vue instantanée. Le principe sera de représenter le quotidien scolaire mais l'inattendue interviendra dans les clichés : objets volant, élèves en lévitation et bien d'autres représentations permises par l'instantanéité. Ces productions photographiques seront confrontées aux prises de vue instantanées historiques présentées dans le parcours du musée dans la salle dédiée à ce sujet lors de la nuit européenne des musées.

Œuvre étudiée

Photographie instantanée

Dr. Bohumil Kröhn (1905 - 1992)
Entre 1930 et 1940 Photographie au temps de pose instantané Tirage sur papier au gélatino-bromure d'argent 29 x 23 cm L’œuvre sélectionnée permet de montrer « les nouvelles sensibilités » permises par l’arrivée d’une émulsion argentique performante : le gélatino-bromure d’argent. Introduite par l’anglais Richard Leach Maddox (1816 – 1902) en 1871, d’abord sur plaque de verre puis dès 1884 sur film pelliculable (Georges Eastman (1854 – 1932), Kodak), cette nouvelle émulsion est très sensible à la lumière et va permettre des temps de pose instantanés, en dessous de la seconde. Supports photographiques dits « secs », les plaques de verres ou films sont pour la première fois fabriqués en masse. Ainsi le photographe n’a plus besoin de réaliser la chimie de sensibilisation de son support à la lumière. L’emploi de la photographie s’en voit largement simplifié. Elle peut se démocratiser. Il en résulte d’autres révolutions. Les appareils se réduisent pour tenir dans la main. En effet, il est désormais possible, grâce à la « nouvelle sensibilité » de l’émulsion, d’obtenir un temps de pose instantané, et ainsi de tenir son appareil en main, même au moment de la prise de vue. Mais surtout la photographie est désormais capable de figer le mouvement. En effet, de nouveaux sujets, mobiles, deviennent photographiables : les jeux, rires et gestes spontanés d’enfants, une conversation, mais aussi des personnes en action (sportifs…), des animaux (cheval au galop, vol de l’oiseau…) ou encore la photographie devient capable de fixer l’image de l’invisible à l’œil (une explosion…). Ainsi la photographie crée de nouvelles représentations qui influenceront les arts picturales. Les photographes développent de « nouvelles sensibilités » et vont trouver, dans cette capacité de la photographie à figer le mouvement, de nouveaux sujets à développer artistiquement. Le Dr. Bohumil Kröhn propose, par son cliché, la vision d’une femme effectuant une roue sur une main dont la robe, au mouvement arrêté par la photographie, s’apparente à une corolle de fleur.

Établissements

  • Ecole primaire Jean Lurcat 13 RUE DES PRES DEVANT 71100 Chalon-sur-Saône 03 85 43 49 29

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Les élèves de CE1 / CE2 ont imaginé le scénario de cinq photographies utilisant la prise de vue instantanée. Partant du quotidien de l'école, chaque scénario a été réalisé par groupe : un modèle, un photographe, un ou des assistants pour créer les objets en lévitation dans l'image. Les enfants ont également réfléchi au cadrage (vertical ou horizontal suivant le sujet) et à l'angle de prise de vue. La contre plongée est privilégiée pour accentuer les effets de saut et donc de lévitation des élèves. Les prises de vue sont réalisées en rafale. Dans chaque série, les élèves ont sélectionné la meilleure image. L'ensemble des cinq clichés sélectionnés sera présenté lors de la nuit européenne des musées dans la salle du musée consacrée à l'arrivée de la photographie instantanée.