La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Empreintes végétales, entre science et art

  • 2019 -
  • MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE -
  • Lycée Agricole et Horticole Vert d'Azur
Le projet  associe découverte et compréhension des matériaux d’étude des archéobotanistes (graines, charbons, pollen, etc…) et la découverte et la compréhension du couvert végétal actuel sur littoral antibois, engageant une mûre réflexion sur la relation hommes-plantes et plus largement hommes environnement. Ce projet associe le musée d’Archéologie d’Antibes, le laboratoire GreNES du  CEPAM (UMR 7264 du CNRS, Université de Nice Sophia-Antipolis), le service Mer-Littoral de la Direction Santé-Environnement, Développement Durable, de la ville d’Antibes.

Ce projet est réalisé en associant des lycéens de 1ere bac pro et des étudiants de BTS,  engagés dans des études liées à l’environnement végétal, inscrits au Pôle de Formation Vert d’Azur (lycéens et étudiants du CFA horticole).

Etablissements oeuvrant au projet:

-Pôle de formation Vert d'Azur (CFA): classe de 1ere bac Pro "Aménagements paysagers",  référents: Elisabeth Catala, enseignante en biologie végétale et écologie, et Philippe Pisano, formateur/ classe de BTS Production Horticole, référente: Agnès Laurens, enseignante en éducation socio-culturelle

-musée d'Archéologie, Antibes, référente: Elyse Poignant

-Laboratoire GreNES du CEPAM (UMR 7264 du CNRS, Université de Nice Sophia-Antipolis), responsable: Claire Delhon

-Direction Santé-Environnement-Développement Durable, service Mer-Littoral de la Ville d'Antibes: chargé de mission Didier Laurent


Œuvre étudiée

Noisettes

sans
Noisettes (Corylus avellana L.), épave de la Tradelière, île Sainte-Marguerite, Cannes, vers 15-10 avant J.-C.

Établissements

  • Lycée Agricole et Horticole Vert d'Azur 1285 Avenue Jules Grec 06600 Antibes

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

La première séance a eu lieu au musée d'Archéologie: les élèves ont découvert quels vestiges en lien avec l'environnement végétal antique pouvaient être  conservés au musée. Les vestiges directs témoignant de la présence, du commerce, de l'usage de certaines parties des végétaux leur ont été présentés, comme les noisettes provenant de l'épave de la Tradelière (fin du Ier siècle avant J.-C.

Après la nuit européenne des musées

-Lors de la Nuit des musées, les oeuvres de martelage de végétaux sur tissu et les cyanotypes ont fait l'objet d'une installation éphémère au musée: elles ont été suspendues à des cables, de façon à ce que les laizes restent mobiles et conservent l'esprit de légèreté, de mouvement, comme les végétaux peuvent bouger au gré du vent, en extérieur. Il en est de même pour les cyanotypes, enfilés sur un cable mince, mobiles eux aussi. 

Une dizaine d'élèves ont pu être présents pour livrer les explications au public, en interrogation devant ces oeuvres légères, témoignages directs du vivant, dans un musée riche en céramiques archéologiques et aux vestiges lapidaires. Ils ont pu restituer l'ensemble du projet, les questionnements soulevés au fil des différentes séances du projet et à