La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Ici et d'ailleurs : partir et après ?

  • 2016 -
  • MUSÉE DU QUAI BRANLY - JACQUES CHIRAC -
  • Collège Louise Michel

Les élèves de 4ème du collège Louise Michel de Clichy-sous-Bois ont entrepris d'écrire un conte à partir de leurs découvertes des objets issus des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques.

Niveaux :

Œuvre étudiée

Vase tripode aux papillons

Teotihuacán (civilisation), Teotihuacán, Mexique, Amérique
Datation : 350-550 Matériaux : Terre cuite brune décorée en champlevé Dimensions et poids : 21,3 x 22,7 x 21,5 cm ; 1,2 kg Description Ce vase cylindrique à trois pieds est fermé par un couvercle à bouton de préhension. Ses parois sont décorées de trois différents motifs, disposés en alternance. Des bandes horizontales et verticales constituées de losanges et de séries de segments – symboles du feu – encadrent tantôt un papillon, tantôt un autre dessin moins explicitement figuratif. Ce dessin est constitué d’une base horizontale en forme de U, à laquelle viennent s’accrocher trois autres sections verticales. Il représente un ornement nasal bordé de trois crocs de félin. Usage Ce vase était sans doute utilisé pour conserver des offrandes faites aux dieux. Il est même probable qu’il ait été destiné à accompagner le défunt dans sa tombe pour le protéger dans l’au-delà. À Teotihuacán, la classe religieuse jouait un rôle essentiel et les aspects cosmogoniques* étaient prépondérants dans l’organisation de la vie de la cité. Il semblerait que toutes les productions de cette civilisation aient été dotées d’une dimension symbolique – depuis le tracé de la ville jusqu’aux représentations très réalistes sur les peintures murales de papillons, d’oiseaux ou de plantes, en passant par les céramiques. Le panthéon de leurs divinités ressemble beaucoup à celui observé dans toute la Méso-Amérique*, surtout dans ses parties septentrionales et centrales, et une grande partie des dieux vénérés à Teotihuacán a continué de l’être pendant de nombreux siècles dans différentes régions du Mexique ancien. Sont ainsi couramment représentés le Vieux dieu, le Serpent à plumes et le dieu de l’Orage – connus plus tard dans le panthéon aztèque sous les noms de Huehueteotl, Quetzalcóatl et Tlaloc. La décoration de ce vase associe trois symboles, le feu, le papillon et le dieu Tlaloc. Associé au papillon, le feu – figuré par l’alternance de losanges et de segments – représente l’âme des guerriers morts aux combats ou sacrifiés sur l’autel. Le papillon, insecte butineur, est aussi le symbole du renouveau de la nature, ce qui lui vaut d’apparaître ici aux côtés du dieu Tlaloc – mentionné via l’ornement nasal bordé de crocs. Divinité de la terre et de l’eau, dieu de la pluie et de l’orage, Tlaloc était particulièrement vénéré à Teotihuacán et ses représentations se retrouvent sur de nombreux vases jusque dans des régions reculées, preuve de la vaste zone d’influence de cette civilisation. De son action dépendait en effet la culture des terres arides des régions alentours et, partant, la vie et la prospérité de leurs populations. Cette pièce permet par ailleurs d’observer une technique de décor caractéristique de cette période – la technique du décor en champlevé. Cette pratique consiste à modeler puis à cuire une pièce de céramique sans décor, avant d’inciser la surface cuite avec un outil tranchant de façon à dégager les motifs souhaités. La pièce est ensuite légèrement polie, laissant ressortir le décor sombre et brillant sur le fond gratté mat et clair. Culture Teotihuacán est une grande cité-état qui a dominé le bassin de Mexico entre 0 et 600 après J.-C. environ. À son apogée, la société de Teotihuacán était l’une des plus importantes de toutes les civilisations de son époque. Son rayonnement était religieux, politique et économique. La raison de son déclin n’est toujours pas identifiée. Son site fut vénéré comme lieu de culte par les civilisations suivantes. Des siècles après son abandon, les Aztèques la baptisèrent Teotihuacán – « là où naissent les dieux » – car selon eux une telle cité ne pouvait être que l’œuvre de dieux ou de titans. Célèbre pour ses immenses pyramides du Soleil et de la Lune et son Allée des morts, le site possède également de nombreux palais aux peintures murales très bien conservées.

Établissements

  • Collège Louise Michel 1 BOULEVARD GAGARINE 93390 Clichy-sous-Bois 01 43 02 01 30

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Projet : « Ici et d’ailleurs : Partir et après ? », 4e7 Collège Louise Michel, professeure Rim Rejichi.

Les élèves préparent un recueil de nouvelles sur la migration (causes-départ-voyage-arrivée-adaptation) coécrit avec les stagiaires de l’Association Solidaire des Travailleurs Immigrés. Pour cela diverses actions sont réalisées : lecture d’une bibliographie sélective, parcours muséal : -musées du quai Branly, musée de l’histoire de l’immigration, musée d’art et d’histoire du judaïsme, rencontre d’un ethnologue, documentaires, filmographie… Cela permettra d’avoir une vision historicisée du sujet, et de lutter contre le déterminisme, les préjugés, les stéréotypes à travers l’échange des témoignages et des expériences.

C’est donc dans ce cadre que les élèves se sont rendus à plusieurs reprises au musée du quai Branly : -Visite guidée Découverte pour présenter le musée, -Exposition Esthétique de L’Amour Sibérie extrême orientale pour aborder l’adaptation de l’homme à son milieu de vie, -Visite guidée Métissage pour les questions de syncrétisme (n’kisi), d’acculturation, de mixité, et -l’atelier Objectif Ailleurs pour rendre compte du monde par la photographie.

Pour « la classe, l’œuvre », les élèves ont voté pour choisir l’œuvre sur laquelle ils écriraient, "le vase tripode".