La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Du crâne à l'oeuvre

  • 2019 -
  • MUSÉE CHARLES DE BRUYÈRES -
  • Lycée professionnel Camille Claudel

Deux classes de 1ère bac pro du Lycée Camille Claudel de Remiremont ont choisit deux oeuvres au musée Charles-de-Bruyères pour se les réapproprier ensuite en faisant appel à leur créativité et leur sensibilité. Leurs choix se sont portés sur une nature morte de Barend van der Meer et une vanité d'Adrian Verdoel. Il en est ressorti de leur étude des oeuvres un élément récurrent dans ces deux types de peintures, un symbole qui a frappé et intéressé les élèves : le crâne. C'est donc naturellement que leurs travaux se sont basés sur cet élément d'inspiration précis.

Deux projets de création ont vu le jour :

- une installation reprenant les archétypes de la nature morte picturale, mais en l'inscrivant dans le monde matériel tangible, réel : des fruits décomposés à différents stades constitués en corbeille et associés à un crâne ;

- diverses interprétations figurées du crâne sur aluminium brossé ; les élèves choisissent pour leur composition initiale la technique qu'ils souhaitent (pastel, aquarelle, etc.). Une seule interprétation sera exposée, les autres seront prises en photo et montrées au public.

L'objectif de cette démarche est de déclencher un éveil culturel : permettre aux élèves de se réapproprier un objet de culture, présent dans une institution culturelle, les encourager à fréquenter ces institution et leur prouver qu'ils sont légitimes à le faire. Enfin, l'objectif est également de les sensibiliser à l'art en faisant ressortir l'artiste qui est en eux, mettre le doigt sur leur potentiel artistique et les faire appréhender les mécanisme et processus de création qui aboutit à la naissance d'une oeuvre d'art.

Œuvre étudiée

Vanité ; Nature morte aux fruits et à la verrerie

Barend VAN DER MEER ; Adrian VERDOEL
Vanité d'Adrian VERDOEL : Extrait de Françoise Haudidier (dir.), La peinture hollandaise et flamande au dix-septième siècle, cat. expo., Remiremont, musée Charles-de-Bruyères, Remiremont, Imprimerie Lalloz-Perrin, 2002, p. 97. "Le tableau illustre un genre particulier de nature morte, la Vanité, qui est une réflexion sur la vie et les fins dernières. Verdoel reprend l'un des schémas qui se sont fixés au début du dix-septième siècle, dans les milieux humanistes de Leyde puis de Harlem : désordre d'objets divers, construction en diagonale, monochromie ou harmonie chromatique comme c'est le cas ici, passage des rouges intenses au brun-rouge, au cuivre doré puis à la gamme des oranges et des jaunes jusqu'à la couleur paille du parchemin. Alors que les trophées de guerre : le drapeau, le casque orné du plumet autrichien, symbolisent la puissance, le goût de la conquête et des victoires, le globe, les livres, le bouquet de roses et le violon évoquent les voyages, la science et les plaisirs des sens. Mais l'instabilité de certains éléments montre déjà leur précarité et le temps que comptent le sablier et la montre, aura raison de notre fragilité. A côté du crâne, symbole traditionnel de la mort, Verdoel dispose le témoignage de deux documents ; sur l'un on peut lire le mot EYN(DE) : fin ; sur l'autre MENS GEDENCKT TE STERVE : Homme, pense à la mort qui viendra. Enfin, le Livre du prophète Daniel est considéré, dans sa seconde partie, comme apcalyptique. Toutefois, Verdoel n'en reste pas à cette seule perspective d'anéantissement. La plume bleue qui s'incline vers le casque et le crâne, devient signe de la promesse fait d'une vie nouvelle et éternelle. Les effets lumineux rembranesques donnent, à cette allégorie peinte dans une manière fine et minutieuse, sa dimension philosophique et religieuse." --- Nature morte de Barend VAN DER MEER : Extrait de Françoise Haudidier (dir.), La peinture hollandaise et flamande au dix-septième siècle, cat. expo., Remiremont, musée Charles-de-Bruyères, Remiremont, Imprimerie Lalloz-Perrin, 2002, p. 69. "L'attribution de cette somptueuse nature morte à Barend van der Meer, est celle qui a été proposée par le vendeur après avoir relevé les dernières lettres de la signature, en bas à gauche, le tableau ayant été coupé à cet endroit. Cette proposition semble plausible, la composition présentant le répertoire fastueux habituel du peintre, avec une apparence de désordre - caractéristique de Barend van der Meer - que des effets décoratifs d'un baroque audacieux équilibrent parfaitement. Proche de son contemporain Willem Kalf, Van der Meer s'en distingue par des compositions moins solennelles, plus décoratives, aux harmonies sourdes plutôt que vives, mais toujours riches en symboles. Sur un lourd tapis aux couleurs chaudes et cuivrées, sont disposés plats argentés et ciselés, verreries fragiles qui scintillent dans la pénombre, fruits épanouis à la pulpe transparente et juteuse, montre, verre qui se vide et pelure de citron qui se déroule, raisins bleu-gris dans l'ombre. C'est l'expression symbolique de la vie qui s'écoule sur une terre généreuse avant d'atteindre le bonheur promis. Pour l'historien iconographe Eddy de Jongh, la magnificence d'une telle peinture pouvait être regardée comme coupable aux yeux des Calvinistes et Baptistes mais Charles Sterling affirme qu'elle répond, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, à la demande d'une clientèle avide de peintures décoratives, une ère de prospérité ayant succédé aux misères de la guerre de Trente Ans. Si les symboles moralisateurs ou religieux sont toujours présents, ils ne sont pour l'artiste que prétextes à rendre dans la poésie du clair-obscur une sorte d'enchantement par le rendu et le scintillement de chaque objet, virtuosité qui semble atteindre, dans cette féerie, les limites du réel. Nous proposons une datation vers 1600 - 1670

Établissements

  • Lycée professionnel Camille Claudel 2 RUE DU PARMONT 70158 88202 Remiremont 03 29 62 04 84

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

La création du projet est terminée. Les oeuvres ont été apportées au musée. Finalement, il n'y aura pas de toile photographiée. Seule l'installation des fruits décomposés au crâne a été retenue et photographiée sous deux angles. Voici donc les deux oeuvres qui seront exposées :

- Coupe de fruits en décomposition : photo d'une installation de fruits réellement décomposés ; imprimée sur aluminium brossé.

- Vanité et finitude : même installation que précédemment, mais photographiée sous un angle différent ; imprimé sur aluminium brossé également.

  • Coupe de fruits en décomposition Coupe de fruits en décomposition
    © Copyright Lycée professionnel Camille-Claudel de Remiremont
  • Vanité et finitude Vanité et finitude
    © Copyright Lycée professionnel Camille-Claudel de Remiremont

Après la nuit européenne des musées

Le projet de classe est toujours exposé et le restera jusqu'au 30 juin. Passé ce délais, les œuvres seront récupérées par l'enseignante responsable. Malheureusement, l'opération n'a eu que peu de succès et de portée. Cela dû à un problème structurel de l'administration (service communication hors service) concomitant à l'exposition. Le projet a eu son lot de visiteurs curieux lors de la Nuit des musées en elle même. Mais il manquait clairement une animation ou un autre biais de médiation (présence d'un élève pour présenter le projet par exemple ; jeu théâtral autour ou autre) pour faire un coup de projecteur sur ce travail. Le médiateur du patrimoine des musées n'était pas disponibles pour le faire, car il avait d'autres visites à assurer. Cela est donc aussi dû à un manque de moyen matériel et humain inhérent à l'administration de la commune.