La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

Autour de Niki de St Phalle

  • 2018 -
  • MUSÉE DES BEAUX-ARTS -

En prenant comme point de référence en histoire de l'art "l'arbre aux serpents" de Niki de st Phalles et l'évènement culturel "la nuit européenne des musées", les élèves s'engagent dans une démarche de création. Ils se rapprochent de la démarche de l'artiste, et s'approprient des compétences techniques (matériaux et sculpture, méthodologie, outils...)  et des connaissances (biographie d'un artiste, œuvres internationales réalisées, mouvement artistique) pour proposer des sculptures dont la base est en grillage. Ils étudient aussi l'espace d'exposition,  et le design de communication pour présenter leur démarche au public.

Objectifs pédagogiques :

- Engager l’élève dans une démarche de projet, individuel et collectif, en lien avec un évènement national et européen contemporain.

- Valoriser le travail de l’élève, qu’il soit plastique, recherche documentaire, expression orale et écrite auprès d’un public.

Domaines en arts appliqués : Le Design de produits, le design d’espace (la sculpture et l’espace d’exposition).

Œuvre étudiée

L'Arbre-serpents

Niki de Saint Phalle
Niki de Saint Phalle L'Arbre-serpent 1992 Résine 3,15 x 3,56 x 2,28 m Niki de Saint Phalle (1930-2002), d’abord chanteuse puis mannequin, commence à peindre en 1952. En 1961, elle est membre du groupe des « Nouveaux réalistes », tout comme Gérard Deschamps, César, Christo et Yves Klein. L’Arbre-serpents, qu’elle réalise en 1992, est composé de deux éléments associés : le végétal et l’animal. On devine à la base de la sculpture un tronc prolongé de branches se terminant par des têtes de serpents. Niki de Saint Phalle a développé un bestiaire où le serpent tient une place très importante, devenant presque son animal totem. Elle raconte sa première rencontre avec l’animal dans son livre Mon secret : « Un calme épais et séduisant enveloppait ma promenade à travers les champs. (...) un gros rocher gris qui me barrait la route était trop grand pour que je l’ignore. Entrelacés au sommet, deux serpents opulents et noirs, au venin mortel, bougeaient doucement. Je m’arrêtai terrorisée ; je n’osais plus bouger ni respirer. » Elle considère alors que le meilleur moyen de se débarrasser de sa phobie est de banaliser sa présence dans son travail. « En fabriquant moi-même des serpents, j’ai pu transformer en joie la peur qu’ils m’inspiraient. Par mon art, j’ai appris à dompter et à apprivoiser ces créatures qui me terrorisaient.» En réalisant cet animal fantastique, Niki de Saint Phalle a vaincu ses peurs. Elle a créé un être fantastique qui ouvre les portes d’un univers propices aux rêves et à l’imagination. Acquise en 2004 par la Ville d’Angers et depuis lors exposée en plein air sur la terrasse du musée des Beaux-Arts, la fontaine a besoin d’une restauration complète de sa couche picturale qui s’écaille en différents endroits. Avant que cette restauration longue et délicate ne démarre, l’œuvre est protégée des intempéries qui menacent son intégrité (C. Besson)

Compte rendu du projet et médiation

Avant la nuit européenne des musées

Après avoir étudié la démarche de Niki de St Phalles, les différents lieux d'exposition de ces oeuvres (France, Italie, USA, Israël...), l'origine et la portée symbolique des oeuvres puis les techniques de construction des sculptures,  les élèves de seconde CAP se sont appropriés des notions et savoir faire en arts appliqués, autour de cet artiste.

Ils ont alors proposé, leurs réalisations collectivement, sur format raisin et en 3 dimensions sur plusieurs mois, de octobre 2017 à mai 2018. Les collègues d'atelier ont aussi participé activement aux réalisations, notamment en métallerie où les élèves ont réalisé avec leur professeur, une armature en métal afin d'édifier l'arbre aux serpents.

Le projet touche à sa fin, l'effervescence est à son comble, la presse vient les interviewer en classe, le vernissage se prépare.

Après la nuit européenne des musées

Une nuit haute en couleurs

Samedi  19 mai, au Musée des Beaux-Arts, l’EREA avait rendez-vous avec  le grand public, venu nombreux célébrer la Nuit européenne des Musées. Pour l’occasion des oeuvres ont été produites par les élèves en cours d’arts appliqués, inspirées de « L’arbre aux serpents », et des "nanas" de  Niki de Saint Phalle.

A 18h, une équipe de choc prépare le vernissage : installation des sculptures et formats papier réalisés par les élèves, encarts de communication écrits en commun avec le musée des Beaux Arts, table avec boissons et gourmandises, sans oublier la documentation sur notre lycée "Les Terres rouges" de Saint-Barthélémy d'Anjou. Mmes Cochard, Ricordel, Mallard, M. Brunet de l'Atelier Canopé ; tout le monde s'affaire afin de rendre ce moment lumineux, comme l'est déjà cette journée ensoleillée.

A 19h, tout est installé sur cette magnifique terrasse du musée des Beaux-Arts surplombant le jardin, n'attendant plus que la venue du proviseur, la Directrice des Musées d'Angers,  l'inspecteur d'Académie, l'adjoint à la culture et quelques élèves. Tout le monde est présent.

Fijas, élève en seconde CAP peintre, prend la parole. Il raconte les différentes étapes de conception des sculptures inspirées de Niki de Saint Phalle :« Les sculptures sont passées par l'atelier de métallerie et peinture car différentes techniques de fabrication ont été nécessaires.... »L'auditoire écoute, surpris et conquis.

Très vite, une vague de personnes arrive, découvre les sculptures, questionne sur l'EREA : « qu'est-ce que c'est ? Que faites-vous dans cet établissement ? »

Puis une dame : « Oh, un deuxième arbre aux serpents, c'est une nouvelle acquisition de la collection Niki de Saint Phalle ? » En effet, l'arbre des élèves est proche de la création de l'artiste.

Toute la soirée, des gens se prennent en photo devant les œuvres, questionnent, se reposent et prennent un verre du cocktail. 


Un peu plus tard, les sculptures prennent d'autres formes, d'autres allures avec les lumières terrestres. Une autre ambiance nous accompagne...jusqu'à la fin de cette belle nuit européenne des musées.