La classe, l'œuvre!

La classe, l'œuvre !

Valoriser les projets éducatifs artistiques et culturels

  • Imprimer

A l'Orée, projet danse

  • 2018 -
  • MUSÉE DES BEAUX-ARTS -
  • Ecole élémentaire Jean Goueslard

A partir d'un travail en classe autour d'une photographie d'Arnaud Lesage, extraite de la série Openings, pensée autour du paysage et de ses apparitions singulières, des élèves de CM2 de l'école Goueslard à Fleury-sur-Orne ont étudié et se sont exprimés sur leur perception de l'œuvre (neige, arbres, branches cassées, formes, agencements,...). En s'interrogeant sur les notions d'espaces représentés (espaces réels, espaces construits mentalement, nature composée par l'homme, durable ou éphémère...), puis en jouant sur l'espace scénique et la relation à l'autre, les mots et les images sont devenus danse.

La proposition chorégraphique est un écho visuel de la photographie d'Arnaud Lesage présentée à l'entrée du musée.

Œuvre étudiée

sans titre, série Openings, 2012

Arnaud Lesage
Le travail d’Arnaud Lesage, plasticien-photographe, a été retenu dans le cadre de différents prix ou festivals internationaux de photographies ou d’art contemporain, soutenu par l’Institut français (Villa Médicis-Hors les murs) et le Centre National des Arts Plastiques. Il a publié un premier livre en 2013, Anatopées (Éditions Gang). Artiste voyageur, il explore le paysage en accumulant les prises de vue dans des territoires très variés. Ses influences sont multiples, du Land Art américain (Michael Heizer) et anglais (Richard Long) des années soixante au cinéma de Stanley Kubrick avec 2001, l’Odyssée de l’Espace, en passant par l’œuvre d’Andy Warhol et son goût de la répétition. La photographie exposée dans l’atelier d’arts plastiques du musée fait partie d’une série, Openings. La série s’appuie sur le paysage et ses objets singuliers (ici des branches) pour évoquer des ouvertures, des passages. À partir de ses archives, par le choix de ses œuvres et leur articulation, l’exploration du paysage par l’artiste devient construction mentale : « mettre les images en relation, c’est pour moi le véritable voyage, qui se déroule sur ce que j’appelle le continent archive. » La prise de vue de l’œuvre se situe dans le centre du Québec, dans une forêt qui a brûlé quelques années auparavant. On y voit un arbre cassé, des branches qui probablement brisées par le poids de la neige au fil des hivers se trouvent dans le triangle formé. La combinaison du soleil et du point de vue permettent de transformer en carré ce qui apparaît d'abord comme cassure triangulaire. La disposition des branches au premier plan favorise une perception géométrique du réel. On peut aussi y voir un clin d’œil au principe de photographie avec une écriture par la lumière et par la formation d’un cadre. Ainsi, le point de vue transforme l'objet en autre chose. L’objet devient photographie dans la photographie.

Établissements

  • Ecole élémentaire Jean Goueslard 20 RUE F MITTERRAND 14123 Fleury-sur-Orne 02 31 52 11 19