Doisneau Sport TV et les jeunes reporters sportifs Collège Robert Doisneau de Clichy-sous-bois

Publié le




Mme Di Crescenzo, professeure au collège Robert Doisneau (Clichy-sous-Bois), a emprunté des tablettes tactiles via le service CREATICE. Elle a ainsi pu poursuivre le projet Les Jeunes reporters de « Doisneau sport TV »



Le projet Doisneau Sport TV : une démarche pédagogique rendant l’élève responsable et auteur, au service d’apprentissages en classe parfois inversée.

La formation des jeunes reporters sportifs a été lancé il y a maintenant 3 ans.

Cette année, je me retrouve seule avec un groupe de 17 reporters allant de la 6ème à la 3ème avec des gros écarts de niveaux et des profils très variés. Ils se présentent à l’atelier et travaillent de façon volontaire. Aux vues du nombre d’élèves présents et des reportages à réaliser, il m’est apparu incontournable de créer une véritable méthodologie précise, plus poussée mais traduite en langage d’élève afin de mieux les former et les cadrer. Une partie de ces fiches a été co-construite avec les reporters pour qu’ils puissent mieux comprendre et assimiler les contenus.

Pour 2019-2020, j’ai fait le choix de m’orienter vers le travail en classe inversée afin d’augmenter les possibilités d’investissement des élèves. Par pronote leur permettre d’accéder de nouveau aux contenus vus en cours, corriger en direct leurs productions, faciliter l’organisation hebdomadaire, faire un dernier point sur les attentes pour un évènement à couvrir de façon proche. Mais aussi écouter leur voix off enregistrée à la maison et transmise par www.wetransfer.com ou encore proposer aux élèves certains évènements à couvrir.

Les Ipad empruntés auprès de CANOPE, un outil incontournable au service des reportages

Grâce à une mallette d’Ipad, nous avons pu réaliser de nombreux reportages en Handball, Escalade, Football, Gymnastique, Danse, Natation, Cross, deux journées sur la semaine olympique et paralympique. Au total 11 vidéos réalisées entre novembre et janvier. Elles sont ensuite publiées ponctuellement sur notre page facebook :

https://www.facebook.com/Doisneau-S...

Dans chaque vidéo, les Ipad nous permettent d’aller au bout de plusieurs rôles avec nos reporters en herbe. Bien sûr celui de cadreur, mais aussi présentateur terrain, intervieweur et la voix off. L’étape de journaliste plateau sera filmée et montée plus tard pour réunir un ensemble de reportages dans un seul épisode plus long. Celui-ci sera alors publié sur notre chaine Youtube :

https://www.youtube.com/channel/UCe...








Je forme les élèves à l’ensemble de ces rôles étape par étape afin que par la suite ils puissent se rendre sur les évènements de façon autonome. De cette manière, 9 reportages ont pu être créés par des équipes de reporters allant de 2 à 4 en toute autonomie. En début d’année on observe souvent des oublis, des rôles peu maitrisés mais reportages après reportages une nette amélioration est visible et les profils de chacun s’oriente différemment. L’outil Ipad permet d’attester des compétences informelles de chacun et un réel suivi de leurs progrès au travers d’un travail motivant et valorisant.

Pour le moment, je m’occupe des montages grâce à l’application Imovie créée par Apple. Cette appli est très intuitive et riche. Elle permet aussi bien de couper et assembler les vidéos, ralentir, accélérer, mais aussi ajouter une voix off par-dessus des images, ajouter des titres et sous titres, monter des images sur une partie ou tout un interview, ajouter des musiques, remplacer un fond vert par des images ou vidéo, etc. L’objectif est d’accélérer la formation sur l’ensemble des rôles journalistiques pour amener les élèves par la suite à s’essayer également à la technique : le montage à partir de méthodes simples que j’aurais élaboré pour eux.

IPad et IMovie, d’un point de vue technique :

Nous avions déjà essayé différents types de tablettes empruntées notamment à la DANE la seconde année. Néanmoins, pour la réalisation de vidéo, les IPad permettent incontestablement un rendu de meilleure qualité.
D’autre part, l’appli IMovie, en plus d’être gratuite permet énormément de possibilités rendant la formation des élèves possible. Le seul hic est que nous n’avions pas de IMovie fonctionnel sur les tablettes. J’ai donc dû réaliser les montages à partir de mon IPhone.
L’autre avantage est qu’avec AirDrop, le transfert de vidéos entres IPads et IPhone est un jeu d’enfant et est extrêmement rapide. Les élèves sont tous formés à savoir le faire et cela a permis de leur faire faire un premier tri sur l’ensemble des vidéos filmées. Les vidéos supprimées restent un mois dans un dossier « supprimé ». Il est donc aisé de faire confiance au tri choisi par les élèves puisque dans une première étape on pourra vérifier ce qu’ils ont sélectionné et éventuellement en discuter avec eux après coup, dans une logique de progression.
De plus, avoir 2 à 3 tablettes par évènement couvert permet d’obtenir simultanément plusieurs types de cadrages vidéo en même temps, sur le même lieu ou des lieux différents. Pendant qu’un élève s’occupe des plans d’ensemble et moyens, une autre peut gérer par exemple les plans rapprochés et gros plans. D’autre part, nous avions une journée avec 4 reportages sportifs à créer en même temps. Avoir eu une valise de 8 tablettes a donc permis à chaque équipe d’avoir 2 tablettes à sa portée en simultané. Enfin, cela permet d’avoir plus d’aisance car elles n’ont pas une grande mémoire et donc nous devions stocker les vidéos d’un reportage sur une à deux tablettes en même temps.

Un bilan au niveau humain

Le projet permet à nos élèves, comme nous l’avions souligné, de se responsabiliser. De ce fait, l’appel est fait mais non notifié. L’élève absent n’aura aucune pénalité. Pour autant, la grande majorité sont présents à chaque cours, malgré les contraintes parfois d’horaires les obligeant à manger rapidement un sandwich ou en 10 minutes à la cantine.
De plus, certains élèves se sont mis à adopter un rythme de travail régulier, et sont très demandeurs du travail en classe inversée en plus des ateliers. On observe aussi chez ces élèves une capacité à répéter un nombre impressionnant de fois afin d’arriver au meilleur résultat possible. Par exemple, des élèves qui refont leur enregistrement de voix off 15 fois d’affilé avec réécoute leur permettant de voir avec un camarade ce qu’il faut modifier ; des présentations d’évènement sur le terrain réalisées entre 10 et 15 fois afin de pouvoir offrir un rendu le plus complet, crédible, fluide ou naturel possible. Il en est de même pour la rédaction des voix off.
Parmi ces élèves, j’en ai un qui a été diagnostiqué TDAH. Pour autant, s’il a des difficultés à se concentrer et se motiver à travailler en classe entière, dans ce projet il s’épanouit pleinement. Il a d’ailleurs développé de véritables compétences en tant que cadreur et intervieweur. L’utilisation de la tablette le captive et la volonté de permettre un reportage de qualité le motive à passer aussi devant celle-ci. Son inclusion auprès des autres élèves fonctionne également car la volonté de produire des vidéos de qualité passe finalement sur les devants de la scène et donne un objectif commun, unificateur.
Au niveau des collègues, régulièrement mes collègues EPS donnent leur avis sur tout ou partie des montages. D’ailleurs, il me parait essentiel de souligner que sans mon équipe EPS, ce projet n’aurait pas lieu. En effet, lorsque les reporters sont en autonomie, ils sont avant tout accompagnés et sous la responsabilité de mes collègues sur les évènements en question. Les reportages restent accessibles et sont ponctuellement communiqués à l’ensemble des professeurs du collège, qui peuvent se rendre sur les reportages pour voir le travail des élèves ou l’évènement en lui-même.
Certains parents nous suivent, parfois depuis 3 ans sur la page facebook. Mais je souhaiterais amener un plus grand nombre d’entre eux à s’y intéresser. Lors de l’un de ces reportages, un parent accompagnateur a d’ailleurs été interviewé.
A plus large échelle, le projet intéresse l’UNSS de niveau départemental, académique mais aussi l’inspection et l’académie de Créteil. De nombreux collègues d’EPS me questionnent régulièrement sur le projet et les méthodes de réalisation. Cela continue de prendre de l’ampleur puisque j’ai été contactée par un organisateur de la Journée Académique pour le Numérique Educatif (JANE) du rectorat de Nancy afin de présenter notre travail et faire intervenir sur place nos reporters hors académie.

Liens aux premiers reportages publiés cette année :
-  Reportage en handball : https://www.facebook.com/8736297628...
-  Reportage en escalade : https://www.facebook.com/8736297628...

Mme Di Crescenzo, professeures au collège Robert Doisneau, Clichy-sous-Bois (93)