Des micros en classe, créer une "voix off" dans une vidéo École des Ecuyers, St Germain en Laye (78)

Publié le

Création d’un film d’animations avec voix off, à partir d’une réadaptation du conte africain Rafara

Emily Thieffine et Morgane Brumaud, professeures à l’école des Ecuyers, à St Germain en Laye, ont emprunté 2 Micros Easi-Speak, dans le cadre d’un projet "création d’un film d’animations" avec des CE1 et CE2.

Voici leur témoignage concernant l’utilisation de ce matériel en classe.

Aspects techniques

  • les points positifs
    • micro avec port USB intégré : cela nous permet de le connecter à l’ordinateur de la classe et de copier directement ses fichiers sur l’ordinateur (comme nous le ferions avec une simple clé usb standard), qui sont d’ailleurs automatiquement reconnus et lus.
    • son aspect "micro" rend l’enregistrement plus ludique auprès des élèves, mais cela peut aussi en intimider certains.
    • l’élève peut s’évaluer en réécoutant directement sur enregistrement via l’option du microphone.
    • le voyant permet de savoir si l’enregistrement est en cours ou non.
    • très bonne qualité de l’enregistrement.
  • les points négatifs
    • utilisation des boutons : un temps de latence entre le moment où l’on appuie sur le bouton "enregistrement" et le réel enregistrement. Ce qui oblige l’élève à attendre un peu avant de commencer son enregistrement.
    • veiller à s’isoler du bruit extérieur pour ne pas parasiter l’enregistrement voulu.
    • batterie : veiller à bien recharger les micros entre chaque séance. Autonomie moyenne, selon le temps d’enregistrement.
    • mémoire : veiller à vider les micro régulièrement ; impossibilité d’enregistrer 31 élèves d’un coup.

Aspects humains

  • les points positifs
    • motivation accrue par l’aspect ludique du micro.
    • les élèves peuvent écouter directement leur travail et se rendre compte par eux-même de la difficulté de communiquer clairement (articulation, vitesse de prononciation, intonation,...).
    • situation amusante pour les adultes et les enfants, tous intimidés et amusés par le micro.
  • pas de point négatif

Aspects pédagogiques

  • démarche : utilisation des micros dans le cadre d’un projet transversal (création d’un film d’animations, à partir d’une réadaptation du conte africain Rafara) avec deux classes : Ce1 et Ce2.
    Après avoir réécrit le conte, devenu "Alinga un conte australien", les élèves se sont enregistrés pour faire la bande son du film ( les voix off).
  • Apport du matériel
    • l’option "écoute" des micros a permis aux élèves de s’écouter et d’améliorer instinctivement leur enregistrement.
    • les 2 micros nous ont permis aussi de travailler simultanément (1 micro par groupe de travail, pièce différente).
    • grâce au port USB intégré, chaque groupe pouvait connecter son micro à l’ordinateur et présenter directement son travail au groupe-classe.

Le bilan

Finalement, nous nous sommes rendu compte que ce type de matériel était une vraie mine d’or, car il pouvait nous servir dans tous les domaines : travail de diction (poésie, préparation d’exposé), reportages scientifiques, enregistrement de sons et bruits divers ...
Ce qui nous a poussé à en commander plusieurs pour notre école !

Emily Thieffine et Morgane Brumaud, professeures
École des Écuyers, à St Germain en Laye (78)

Matériel prêté dans le cadre de Créatice