La baladodiffusion pour travailler « le parler en continu »
Ecole les Trianons de Rueil-Malmaison (92)

Publié le

Utilisation d’une mallette de baladodiffusion en classe de CM1 pour travailler l’écoute de chansons et l’expression en anglais.

Isabelle Grundy a expérimenté, de mai à juin 2016 dans une classe de CM1, l’utilisation d’une mallette de baladodiffusion.

Nous vous proposons ci-dessous son retour d’usage.

Introduction

Après avoir testé l’utilisation de la mallette de baladodiffusion auprès d’élèves de CM1/CM2 et forte du résultat très positif auprès des élèves avec un travail renforcé de l’écoute, de la concentration et de la compréhension de l’anglais, il me paraissait intéressant d’utiliser ce matériel afin de travailler « le parler en continu » et de pouvoir l’évaluer au mieux.
En effet, si certains élèves parlent volontiers en cours sans aucune inhibition, il est difficile de les faire progresser dans leur production sans répéter constamment, ce qui est parfaitement contre-productif, voire même paralysant. Enfin que dire de tous ceux qui, timides, manquant de confiance, n’osent pas se lancer et qu’il est difficile d’évaluer ?
C’était le but de mon travail cette fois-ci auprès des élèves.

Bilan technique - Points positifs et difficultés rencontrées

Connaissant l’utilisation du matériel, il m’a été beaucoup plus facile de le prendre en main rapidement. L’utilisation du logiciel Scolasync permet de synchroniser tous les baladeurs, ce qui est très utile pour y installer un fichier audio commun.
Il permet également de personnaliser chaque appareil au nom d’un élève. Enfin, lorsque l’on récupère les fichiers d’enregistrement, ceux-ci se mettent directement dans les dossiers individuels des élèves qui se créent automatiquement avec Scolasync. Grâce à ce système de dossiers, il est ensuite facile d’écouter les enregistrements de chacun et d’évaluer les progrès réalisés.
Malgré tout, la récupération des fichiers audio reste une phase longue et fastidieuse, m’obligeant à limiter le nombre d’enregistrements à chaque séance.

En revanche, pour les élèves, après une phase de « découverte/appropriation », il a fallu rapidement mettre en place un cours afin de :

  • connaître la procédure d’enregistrement ;
  • aller rechercher dans le dossier travail son enregistrement et l’écouter ;
  • puis recommencer.
    L’impossibilité pour les élèves de pouvoir effacer eux mêmes les productions ratées était frustrante. En effet, il n’est possible de les effacer qu’en passant par l’ordinateur.

Le travail peut parfaitement être réalisé en groupe d’élèves puisque chacun possède des écouteurs qui l’isolent du reste de la classe. S’agissant de l’enregistrement d’une chanson, tous les élèves pouvaient chanter ensemble.

Déroulé des activités proposées

Après un travail approfondi sur l’album « My cat likes to hide in boxes » d’Eve Sutton, les élèves ont pris plaisir à en écouter la chanson.
Le travail proposé d’enregistrement s’est fait en plusieurs étapes. Tout d’abord, il s’agissait de ne dire qu’une phrase : « My cat likes to hide in boxes ». Puis, d’être capable de chanter les deux premiers couplets et ensuite toute la chanson.

L’évaluation portait sur la capacité d’identifier les groupes syntaxiques et de les répéter correctement (ex « The cat from Greece join the police »).
Il était impossible d’évaluer toute la chanson, puisque la fatigue se ressent pour les élèves mais le plaisir de chanter la chanson en entier était là.

Un exemple de travail d’élève :

Apport pédagogique

Pour les élèves

  • plaisir de travailler avec un outil innovant, actuel ;
  • plaisir de s’écouter ;
  • plaisir de pouvoir se réenregistrer et se corriger ;
  • plaisir de pouvoir parler ou chanter sans être jugé par des pairs.

Pour l’enseignant

  • permettre aux élèves une grande motivation avec l’utilisation d’un outil numérique ;
  • favoriser l’autonomie des élèves ;
  • favoriser l’écoute ;
  • favoriser et améliorer le « parler en continu » ;
  • pouvoir l’évaluer plus facilement.

Bilan des parents

Les parents ont trouvé cette expérience très motivante pour leurs enfants qu’ils ont vu progresser. Très clairement également, la motivation est apparue comme un élément clé de cette expérience.

Isabelle Grundy, professeure des écoles à l’école les Trianons de Rueil-Malmaison
Emprunt réalisé dans le cadre de Créatice