Varier les supports en classe : le vidéoprojecteur École Jean-Jacques Rousseau, à Mantes-la-Jolie(78)

Publié le

Projection de documents, corrections, vidéos...

Khalid El Gassi, professeur en classe de CM2 à l’école Jean-Jacques Rousseau, à Mantes-la-Jolie(78), a emprunté un kit tablette/projection.
Voici son témoignage.

Aspects techniques 

Le vidéoprojecteur est un matériel que les enfants connaissent bien car tous les élèves de la classe ont bénéficié de l’utilisation d’un TNI en CM1.
Afin de faciliter l’utilisation du matériel, un investissement a été fait dans l’achat d’un écran ainsi que d’un petit meuble sur lequel le vidéoprojecteur est posé. La difficulté réside dans l’utilisation de l’Ipad. En effet, en dehors du côté pratique, la différence avec un ordinateur portable se fait peu sentir. Dès lors, l’Ipad a été peu utilisé si ce n’est pour mettre en avant les applications ludiques et pédagogiques qui pouvaient être utilisées. C’est une chose qui fait écho auprès des élèves dans la mesure où beaucoup d’entre eux sont équipés à la maison.

Aspect humain 

Bien que familiers de ce type de matériel, la présence d’un vidéoprojecteur en classe reste une source « d’attraction » pour les élèves. Très vite ceux-ci confient être plus intéressés.
Alpha (élève de la classe) me dit : « on voit mieux en couleur avec le projecteur et pour les corrections c’est plus facile ». Ils regrettent le manque d’interactivité mais louent la clarté des couleurs notamment lors de la projection de documents en histoire ou géographie.
Lorsque nous avons convié les parents, ces derniers étaient ravis de voir que ce matériel permettait à l’école d’entrer dans l’ère du numérique.
Quant aux collègues, ceux-ci mettaient surtout en avant les performances du vidéoprojecteur. Le contraste est frappant avec ceux présents dans l’école. En effet, la luminosité est bien meilleure (nul besoin désormais d’être dans l’obscurité) et les différents réglages sont accessibles (y compris par les élèves).

Aspect pédagogique 

Tout d’abord, je tiens à rappeler ce qui m’a poussé à emprunter ce matériel pédagogique. Nous possédons un nombre restreint de vidéoprojecteurs dans l’école et cela complique le fonctionnement dans la mesure où cela demande beaucoup de coordination et, dès lors, moins de souplesse. De plus, l’école est en zone REP + depuis cette année. Pour favoriser le numérique, des flottes de tablettes arriveront l’an prochain. Ainsi, j’avais sollicité cet emprunt afin de me familiariser avec cet outil et en étudier les possibilités.
Le bilan est extrêmement positif et c’est d’ailleurs ce qui m’a conduit à demander la prolongation du prêt.

  • Dans ma démarche, le vidéoprojecteur m’a permis de varier les supports, d’avoir davantage de réactivité et d’optimiser l’interactivité avec les élèves. Prenons l’exemple d’une séance-type en histoire. Je me suis essayé à plusieurs fonctionnements. Tout d’abord, j’ai pu préparer divers documents en couleur que j’ai alors projetés. Les élèves ont accès aux documents (couleur et plus besoin de photocopies) et ont quelques questions qu’ils étudient par groupes de 4.
  • Puis, en cette fin d’année, les élèves ont visionné des vidéos. Un premier visionnage leur permettait de recueillir quelques informations tandis que le deuxième servait à mettre par écrit les différents événements. L’apport est conséquent dans la mesure où les allers-retours sont possibles lors d’une correction afin de valider ou d’invalider les propositions des enfants. L’interactivité est alors de mise puisque les élèves se prennent au jeu et osent davantage prendre la parole.
  • Ce fonctionnement a aussi été testé en sciences, en géographie ainsi qu’en histoire des arts.
    Dans cette discipline, l’apport de la tablette est un vrai « plus » car des diaporamas ont pu être crées et visionnés ensemble.
    Quant aux limites du matériel, elles se situeraient au niveau de l’impossibilité de l’exploiter au maximum. En effet, sans connexion internet dans la classe durant une longue période, l’interactivité est limitée.

Enfin, je terminerai en mentionnant que ce fut une expérience enrichissante et bénéfique. Je me positionnerai avec grand plaisir pour renouveler l’expérience au mois de septembre prochain.


Khalid El Gassi, professeur
École Jean-Jacques Rousseau, Mantes-la-Jolie(78)

Matériel prêté dans le cadre de Créatice