Un enregisteur numérique en classe pour améliorer l’expression écrite École élémentaire Marie de Cressay - Neauphle le vieux (78)

Publié le

Rédaction collective d’une enquête policière.

Marielle Mollé, professeure des écoles à Neauphle-le-vieux, témoigne de son usage d’un enregistreur numérique dans sa classe.

Dans le cadre d’un projet de classe autour du roman policier, l’utilisation d’une mallette pédagogique a conduit mes élèves de CM1 à la rédaction collective d’une enquête policière.

Objectifs du projet Objectifs pour les élèves
Faire lire une histoire policière.
Faire travailler sur les structures du récit
policier.
Faire lire des histoires policières.
Faire écrire un récit policier.
Faire réaliser un livre (textes et
illustrations).
Développer le plaisir de lire.
Être capable de lire et comprendre un récit policier : connaître les structures de ce type d’écrit.
Être capable de produire une histoire policière : rédiger une histoire en respectant les structures du récit policier.
S’impliquer dans un projet individuel ou collectif.
Être capable de présenter à la classe un travail collectif en s’exprimant avec des phrases correctes et dans un vocabulaire approprié.
Être capable de réagir à l’exposé d’un autre élève en apportant un point de vue motivé.Coopérer avec un ou plusieurs camarades.

Support

Mallette pédagogique : Le récit policier de Céline Hénaff,
collection La mallette pédagogique, Lire et écrire en classe cycle 3 aux éditions Milan

Aspects pédagogiques

Objectifs pédagogiques liés à l’utilisation de l’enregistreur pour les élèves

  • Participer à la maîtrise de la langue française orale : présenter un travail à la classe en s’exprimant avec des phrases correctes et dans un vocabulaire approprié.
  • Participer à la maîtrise de la langue française orale : réagir à l’exposé d’autres élèves en apportant un point de vue motivé.
  • Coopérer avec un ou plusieurs camarades.
  • Appréhender les techniques usuelles de l’information et de la communication.

Après la lecture d’une histoire et l’étude de la structure de ce type d’écrit, un jeu de cartes a aidé les élèves à construire la trame de leur propre enquête.
En s’appuyant sur ces cartes et sur les choix effectués par la classe, les élèves ont inventé en groupe les trois étapes principales de leur histoire :

  • étape 1 « le mystère est posé »
  • étape 2 « l’investigation »
  • étape 3 « le dénouement ».
    Étape 1 - Le mystère
    Étape 2 - L’investigation
    Étape 3 - Le Dénouement


À chaque étape, chaque groupe a produit un écrit devant répondre à des critères précis puis a présenté son travail à l’oral à la classe. Toutes les prestations ont été enregistrées. La classe a ainsi bâti collectivement la trame en analysant les différentes propositions par rapport aux critères fixés. Le temps d’écoute des six groupes demandant un certain effort de concentration, les analyses ont été faites à partir des enregistrements et non pas lors des passages « en direct ».
Lors de l’étape « dénouement », dans un premier temps, aucun groupe n’avait tenu compte de l’ensemble des critères imposés par le jeu. Lors de l’écoute des enregistrements et de l’analyse des prestations, le tableau des points de réussite par rapport à ces critères leur a montré cet écueil. Nous avons reformulé les attentes de l’étape et ils ont tous pu corriger leur proposition et passer devant la classe avec plus de succès.
Les trois enregistrements sélectionnés ont ensuite servi de base à une production écrite plus complète qui est pratiquement terminée.

Aspects techniques

L’enregistreur Micro Talk-Tracker

  • Un bouton sur le côté permet de mettre en l’appareil fonction.
  • Les flèches haut/bas permettent de se promener dans le menu qui est
    présent au centre de l’appareil.
  • Pour enregistrer, il faut se placer sur le menu « Record » et appuyer sur
    le bouton bleu. Un appui rapide sur le bouton rouge met l’enregistrement en pause, un appui prolongé arrête l’enregistrement et permet la création d’un fichier.
  • Pour écouter les enregistrements, il faut se placer sur le menu « Play ». Un appui sur le bouton vert lance la lecture, les flèches haut/bas permettent de se promener d’un fichier à l’autre.
  • Un câble USB permet de connecter l’appareil à un ordinateur. Les fichiers à récupérer sont dans le dossier MIC_REC. Ils sont au format MP3.
    Il faut évidemment penser à charger l’appareil avant son utilisation avec la classe (en utilisant le câble USB branché à l’ordinateur) !
    La qualité du son enregistré n’est pas extraordinaire : on entend mal l’élève qui parle trop doucement par contre, les bruits de la classe ou de celle d’à côté sont enregistrés ! C’est un peu dommage, même si le but recherché n’était pas d’avoir un son impeccable, mais d’avoir un appareil simple et pratique.
    Nous nous sommes servis de cet appareil pour enregistrer mais pas pour écouter les exposés. J’ai en effet utilisé le logiciel Audacity pour « nettoyer » les silences ou les applaudissements afin de conserver l’essentiel de chaque prestation. Puis nous avons passé les enregistrements sur l’ordinateur de la classe qui est pourvu de bonnes enceintes.

Aspects humains

Le travail étant présenté sous forme de jeu et sachant que leur proposition serait peut- être retenue par la classe, tous les groupes se sont lancés dans l’écriture avec motivation.
Lors des enregistrements, les élèves se sont bien organisés entre eux pour que chacun prenne la parole. Beaucoup lisaient leur production d’écrit : ils sont encore jeunes pour
avoir des notes et parler « naturellement ». De plus, ils n’ont pas eu tout le temps qu’il aurait fallu allouer à ce type d’exercice.
Lors des écoutes, dans l’ensemble, ils n’aimaient pas s’entendre. Ils percevaient nettement les « défauts » : volume de la voix trop faible, trop fort, ton inapproprié, bafouillements, phrases lues incorrectes, absence de sens ... Heureusement, les analyses faites par les autres élèves pouvaient mettre en valeur des points positifs : respect des critères, originalité, humour, ... !

Bilan

Grâce à l’utilisation de l’enregistreur et à l’analyse de leurs prestations, les élèves ont été sensibilisés à l’importance de la maîtrise de la langue française lorsque l’on présente un travail aux autres. Bien sûr, il va falloir leur proposer d’autres exercices pour qu’ils continuent à progresser dans ce domaine.
Les phases enregistrements/écoutes/analyses/choix par vote ont amplifié l’adhésion de la classe au projet. À présent, ces enregistrements nous permettent de garder la cohérence de notre histoire car son écriture est « partagée ». Nous avons en effet découpé les trois étapes en chapitres : chaque groupe développe une partie de l’enquête et doit respecter au mieux la trame élaborée ensemble.

Marielle Mollé, professeure des écoles
Neauphle-le-vieux (78)

Matériel prêté dans le cadre de Créatice